Poésie inspirée par Jacques Prévert, réalisée par Signé Noah, Ana, Loïc, Sandy, Alexis, Nelson, Julien, Loïc, Matteo, élèves de 6e d‘Aigle (12-13 ans) sous la direction d’ Héléna Pisquem, leur professeur de français et d’histoire.
 (Suggestion livralire : imprimer ce texte et le glisser dans une pochette en dernière page de l’album)

Peindre d’abord un vieil avion
avec de grandes hélices
peindre ensuite
quelque chose de simple
quelque chose de léger
quelque chose de magique
quelque chose d’extraordinaire
pour accomplir le rêve d’Elinor
Placer ensuite la toile contre un nuage flottant
dans un ciel immense
dans un crépuscule doré
ou dans une nuit étoilée
se cacher derrière le soleil d’argent
sans rien dire
sans bouger…
Parfois une jeune pilote apprend vite à voler
mais elle peut aussi bien mettre de longues années
avant de voguer dans les airs
Ne pas se décourager
attendre
attendre s’il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l’apprentissage
du vol n’ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l’exploit d’Elinor arrive
s’il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l’avion atterrisse
et quand il est arrivé à bon port
dessiner doucement avec le pinceau Elinor qui descend de l’avion
puis
la joie qui illumine son visage
et la foule qui l’acclame avec enthousiasme
faire ensuite le portrait des journalistes excités
en choisissant les meilleurs clichés
pour immortaliser cet instant inoubliable
peindre aussi le bonheur de ses parents et le sourire de ses amis
les crépitements des éclairs de lumière
et l’émotion dans le cœur d’Elinor
et puis attendre que ce moment unique se dissipe
comme un battement d’ailes qui s’éloigne
Si ce rêve merveilleux ne continue pas
c’est mauvais signe
mais s’il dure longtemps c’est bon signe
signe que vous pouvez signer
alors vous empruntez délicatement et tout doucement
les couleurs vives de l’arc-en-ciel
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.