Une dame  désignée pioche dans la corbeille aux mots. Elle tire Cat. A quel  album ça fait penser ? A Catfish. Le livre étant long, nous ne lisons que quelques chapitres. Pas de bruit, les yeux rivés sur le lecteur, tous restent attentifs à tel point que les chapitres s’enchaînent sans aucun signe de lassitude ni de fatigue pour la majorité. Beaucoup d’émotions et de souvenirs émergent, bien traduits lors de la discussion qui suit.
Un monsieur de nous dire des larmes plein les yeux:  » Moi, ça m’évoque des souvenirs douloureux pendant la guerre d’Algérie : j’ai vu mes collègues, devenus potes, aller au front pour combattre. Certains revenaient blessés, d’autres se sont fait tuer sous mes yeux. Pendant la lecture, j’avais trop envie de pleurer. Et puis maintenant, on attend l’autre moitié, hein? »
Autre commentaire d’un voyageur fidèle :  » Ce livre retrace bien certains faits et représentations de l’Histoire. L’esclavage a été mondial, autant en Afrique, qu’en Amérique, qu’au Moyen Orient. Si mes souvenirs sont bons, c’est notre bon vieux Napoléon 1er qui a rétabli l’esclavage. Vous savez l’homme est un être de sensation et de sentiments, quelque soit sa couleur. »
Une autre participante fait le lien entre Catfish et un autre gros livre que son papa lui avait fait lire et qui s’intitulait « Le tour du monde de François Arago » *. C’est un livre bien écrit et illustré qu’elle nous dit avoir lu plusieurs fois. Nous convenons ensemble de retrouver ce livre, par n’importe quel moyen. A bon entendeur!
Tous ont pu bien évidemment feuilleter le livre Catfish à leur guise et certains ont souhaité en disposer pendant un temps pour une lecture individuelle. Cette première lecture collective a tenu toute ses promesses.
Murielle pour l’EHPAD de Semur en Brionnais

*En allant sur le site http://www.abebooks.fr on trouve des offres d’occasion du livre : à moins de 80 euros.