Lire et écrire en 6e avec des albums

carnet des lectures commentaire »

Depuis que nous avons lancé le projet avec la scénographie, les élèves de 6e ont eu plusieurs semaines pour lire les albums. Le projet a été bien accueilli et la plupart des élèves ont joué le jeu.

Chacun doit réaliser un carnet de lecteur : illustrer une première de couverture et écrire sous la forme d’abécédaire. Cela consiste à choisir des mots clefs et à les définir par rapport à l’album. C’est un bon exercice pour voir si l’élève a compris l’histoire (thèmes abordés) et cela permet de travailler l’expression et la langue sur de petites productions. Ce travail a lieu après une lecture épicée au CDI pendant les heures où je n’ai que la moitié de la classe ; ainsi nous passons auprès des élèves pour reprendre ce qui n’a pas été compris et reformuler avec eux leur pensée quelquefois bien embrouillée. Cela donne par exemple :

Pour Le maître d’école
H comme honte.Le père du garçon a honte quand il va voir le propriétaire et que celui-ci lui montre la lettre car il ne sait pas lire. (Gabin)

O comme obscurité. Il n’y a pas d’électricité dans la maison du narrateur. La famille du narrateur réclame la lumière. L’obscurité peut aussi signifier l’ignorance quand on est analphabète. L’album est dessiné en noir et blanc, cela fait penser à l’obscurité. (Léo)

Pour La Princesse aux mille et une perles
T comme trahison. Chayan trahit sa famille en voulant détruire le collier et en dispersant les perles pour ne pas que Khouniley soit reine. (Lola)

Pour Le Jardin du dedans-dehors
L comme liberté. Dedans, Chiara et son frère sont libres dans leur jardin. Dehors, les habitants de Téhéran ne sont pas libres car le pays est en guerre et les gens n’ont pas de droits. (Léo – le même !)

Chaque lettre sera illustrée à la manière des manuscrits médiévaux.

Delphine NAUCHE, professeur de français au collège de Pont-de-Vaux (01)

Il était comment votre maître d’école ?

carnet des lectures, Le Maître d'école commentaire »

L’album Le maître d’école fait l’unanimité dans notre Ehpad. Les résidents apprécient énormément cette histoire vraie qui soulève maintes discussions et réveillent beaucoup de souvenirs.

Les difficiles conditions de vie : pas d’électricité mais des lampes à pétrole, pas d’eau courante, les WC au fond du jardin, simple trou ou planche avec un trou au milieu !
« On savait quand les dames avaient leurs ours car les serviettes à l’époque séchaient au vent sur l’étendage« .

L’école : le chemin pour s’y rendre à pied et en sabots, l’uniforme, le déjeuner emmené dans un panier et réchauffé sur le poêle de la classe, l’austérité des maîtres d’école qui tiraient les cheveux, les oreilles, qui mettaient des punitions ou des coups de règles.
On n’avait pas le droit de se plaindre,  jamais !
En 39, quand on arrivait à l’école, on hissait le drapeau bleu blanc rouge. On entrait en rang et en silence dans la classe : on restait debout à côté de notre bureau et on attendait l’ordre avant de s’asseoir !
A l’époque dans les écoles, il y avait un grand sentiment de patriotisme.

Pas facile de s’écouter les uns les autres tant les idées fusent et les émotions montent. Mais l’envie est très forte de partager nos manières de voir l’école d’hier et d’aujourd’hui.
Murielle, animatrice, Ehpad Semur-en Brionnais (71)  

Partager le souvenir d’une émotion

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme, Une somme de souvenirs commentaire »

Quelques nouvelles d’1, 2, 3 albums à l’autre bout du monde.

Nos élèves ont eu la présentation des livres au mois de février.
1/ Depuis, ils lisent les albums au CDI, une heure tous les quinze jours. Cette heure de lecture encadrée, à laquelle ils ne sont pas réfractaires, est la seule façon de s’assurer de leur participation au projet.
2/ J’ai fait la lecture épicée d’Une somme de souvenir.
3/ J’ai choisi trois illustrations du Labyrinthe de l’âme que nous avons décortiquées ensemble, dont celle de la colère particulièrement riche.
4/ J’ai sélectionné des sentiments illustrés dans le livre et ai écrit leurs noms au tableau. Après explication et analyse en groupe, chacun a été invité à partager un souvenir en lien avec un de ces sentiments.
5 / Une fois terminée la rédaction des souvenirs, nous les partagerons en utilisant un logiciel qui permet la création de liens hypertextes sur une image.

Fabienne Bourjon, professeur documentaliste au collège Afareaitu/ Moorea/ Polynésie

IDClic 9 : peindre avec Zaü

carnet des lectures, Mille dessins dans un encrier commentaire »

Sur un toit de Paris, Monsieur Ba propose à ses trois jeunes apprentis dessinateurs de faire oeuvre commune :  une feuille blanche, trois pinceaux, quelques consignes et c’est parti. Cette scène (pages 82 et 83 de Mille dessins dans un encrier) correspond exactement à la méthode créative qu’utilise Zaü quand il rencontre du public, enfant et adulte.

C’est ce qu’il m’a confié au téléphone puis détaillé généreusement par écrit, répondant à mon envie de proposer aux lecteurs-voyageurs de prolonger la lecture de son album par un dessin collectif.

Protocole de création :
1/ Préparer une longue table.
2/Déplier du kraft blanc et installer des pinceaux fins et des pots d’encre de Chine.
3/ Tracer au pinceau une ligne de chaque côté à environ 10 cm du bord pour que le public sache où démarrer.
4/ Répartir les personnes debout de part et d’autres en prenant soin d’alterner fille et garçon ou enfant et adulte.
5/ Lancer une consigne de dessin spontanée – au trait et sans modèle : un animal, trois arbres différents…
6/ Eventuellement, une fois l’encre sèche, proposer de colorier avec des feutres en hachurant les fonds mais pas les éléments qui restent évidés.

Si vous lancez des fresques collectives ou autres expressions plastiques, merci de nous envoyer quelques photos et impressions à partager avec Zaü, en échange du cadeau de sa « grammaire » d’artiste.
VML

 

 

Partage de souvenirs

carnet des lectures, Une somme de souvenirs commentaire »

Le très beau texte de Thomas Scotto Une somme de souvenirs suscite immanquablement l’envie d’en partager. Dans le cas d’une rencontre-lecture intergénérationnelle comme nous les animons au collège de Talant (21) avec les seniors volontaires de la ville, les échanges de souvenirs seraient d’autant plus riches que chaque participant y aurait réfléchi avant.

Pour ce faire, chaque élève a préparé une carte souvenir formulée à partir d’une trame commune : Quand je ferme les yeux, je vois … je ressens … j’entends.  Le texte écrit au verso d’une carte format A5 est illustrée au recto d’un visuel noir & blanc différent selon la classe voyageuse.

Exemples : La forêt (visuel ci-contre cliquable pour agrandir)

et le chat (texte de Noha ci-dessous)
Quand je ferme les yeux, je vois encore sa petite bouille avec ses petites moustaches. Je ressens encore sa présence à certains moments. J’entends encore ses ronronnements quand je le caressais. Je regrette d’avoir perdu mon chat, il me manque beaucoup. Il s’appelait Cannelle.

Les seniors ont apporté une photo ou un objet, souvent d’un autre temps, et partagé le souvenir qui lui correspondait.

Exemple 1 : Une bougie par Mme Ta Kim
Simone, la dame du 5e. Quand j’étais plus jeune j’avais une voisine au 5e étage, une vieille dame très distinguée que j’admirais beaucoup. Elle était pauvre quand elle était petite, mais elle a fait ensuite de grandes études. Elle avait grand coeur, elle avait le souci des autres, elle était très généreuse. Elle lisait tous les jours les journaux, écrivait aux hommes politiques pour changer le monde et tous lui répondaient. Elles faisaient des dossiers pour les voisins sur tous les sujets qui nous intéressaient. Un jour je l’ai aidée et elle m’a offert une belle bougie. Je suis heureuse d’avoir gardé cette bougie, ainsi je repense à Simone.

Exemple 2 : Le tablier de Madame Valcin
Ma grand-mère portait un tablier pour protéger des vêtements moins faciles à laver que ceux d’aujourd’hui. Il lui servait aussi de gant pour retirer un plan du four, de panier pour ramasser des légumes au potager, de soufflet pour ranimer le feu.

Conclusion :  la lecture épicée a cette magie de percevoir le sens profond. Partagée, elle offre de magnifiques moments, des regards attentifs, beaucoup d’émotions. Les collègues sont conquis.
On programme un vide grenier de souvenirs à la « Porte ouverte » du collège le 5 avril !

Sylvie Merabti, professeur-documentaliste au collège de Talant (21) et ses collègues enthousiastes.

Un voyage-lecture collectif, des fiches-étape individuelles

carnet des lectures, cartes postales commentaire »

A Leyment, dans l’Ain, 11 classes ont embarqué dans 1, 2, 3 albums : 7 classes du collège (6e, 3e, Ulis), 3 trois classes du primaire et une unité d’enseignement. A l’issu de la scénographie, présentée d’abord à la communauté éducative puis aux élèves, chaque classe a choisi une lecture à préparer sous la forme de son choix, inspirée ou non des lectures épicées fournies par Livralire. Elle sera jouée ce printemps à deux autres classes selon un planning précis.

Dans le cadre du cours de technologie, des élèves de 3e ont imaginé des fiches-étape (fournies avec un guide) pour recueillir les impressions des voyageurs après ces dégustations-lecture.
Chaque album est considéré comme une destination. La compagnie organisatrice est la classe qui offre la lecture, ceux qui en profitent donnent leur identité de voyageur.
Les modèles de fiches sont transmis aux enseignants qui les photocopient pour leurs élèves. Ainsi chaque jeune aura son propre carnet de voyage.
L’enseignant en fera une synthèse et fournira à Emilie, la documentaliste coordinatrice et animatrice très active d’1, 2, 3 albums, une page par livre.
VML

Le labyrinthe de l’âme : lecture épicée

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme commentaire »

Maison des seniors, Chalon / Saône, le 12 mars 2019 :  on retrouve les 6e, après l’embarquement commun en janvier. Au programme : la découverte du labyrinthe de l’âme selon le canevas bâti avec le professeur de lettres.

1/ Pour annoncer le thème, tenu secret, les adultes, installés en cercle avec les jeunes, scandent le texte de la chanson de Mano Solo : les sentiments.

2/ Pour découvrir l’album, on se répartit en 4 groupes. Quatre visuels ont été sélectionnés correspondant à la peur, la joie, la colère et l’espérance. Le texte en vis-à-vis étant occulté, chacun observe l’image et propose un sentiment pouvant correspondre. Le texte est ensuite lu à voix haute.

 

3/ Pour illustrer concrètement ces 4 états d’âme, chacun est invité, dans son groupe, à répondre par écrit aux 4 questions suivantes : Je suis en colère quand … / J’ai peur … / Ce qui me rend joyeux… / Par quel objet, couleur, lieu ou musique représenterais-tu l’espérance ? Les réponses sont découpées et déposées dans des pots en verre. Ceux qui ont fini les premiers se plongent dans l’album.

4/ Pour partager le vécu, un binôme jeune-adulte lit les réponses d’un des pots devant l’assemblée plénière. Le temps manquant, les 6e sont repartis avec le pot des peurs et les adultes ont lu les représentations de l’espérance (envoyées ensuite par mail à l’enseignant).

 

5/ Dans un 5e pot, avait été glissée l’illustration du mot « surprise », reconnue facilement par les élèves. Les adultes, mis dans le secret à la séance précédente, ont partagé oralement une bonne ou une mauvaise surprise comme une livraison surprenante de fleurs, un essaim d’abeilles entre deux vitres, un vélo pour Noël, deux chatons pour le prix d’un, un livre inattendu dans sa boite à lettres.

RESULTATS :
1/ Le programme était trop ambitieux pour le temps imparti (80 minutes). Ça aurait mérité deux séances. Ceci dit, l’album a été introduit et le professeur compte bien poursuivre en classe.
2/ Les jeunes se sont regroupés par affinité et les bons élèves se sont mis ensemble. Ils ont eu des réactions rapides et des propositions pertinentes, éblouissantes même vu leur âge. Ce fut beaucoup plus difficile dans deux autres ateliers où les élèves ne s’écoutaient pas ou ne s’intéressaient qu’à eux. Peut-être aurait-il fallu diversifier la composition des groupes en amont. Pas sûr alors que les collégiens mûrs ou doués auraient parlé si librement, par peur d’être la risée de leurs camarades.
VML


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes