IDClic 7 : s’associer avec un professeur d’histoire

carnet des lectures, Un air de liberté à Congo Square commentaire »

Quand un album s’inscrit dans la Grande histoire, le remettre dans son contexte, c’est lui donner de l’amplitude. Nous en avons fait l’expérience à l’atelier « dégustalivres » de la maison des seniors  à Chalon/ Saône où nous présentions à deux voix la lecture épicée d’Un air de liberté à Congo Square.

Annie, professeur d’histoire-géographie* à la retraite, a fait un vivant exposé, cartes à l’appui, sur la traite négrière rappelant comment les esclaves étaient recrutés (captures de guerre,  enlèvements, achats, échanges) puis triés dans les colonies où le rapport maître-esclave était régi par le code noir. On s’y croyait presque !

La proposition de décompter avec le public de la semaine jusqu’au dimanche festif a bien fonctionné nous amenant jusqu’à aujourd’hui avec les photos de la plaque commémorative et de la stèle près de laquelle on continue à danser et faire de la musique.

* Au collège ou lycée, c’est l’occasion ou jamais d’intégrer des collègues au projet et de leur faire découvrir que des textes illustrés valent des supports de cours !

Pour ceux qui les ont, pensez à proposer en livres cousins, à côté des romans jeunesse sur le sujet :
– deux albums de précédents voyages-lecture évoquant l’esclavage : Les naufragés de l’ile Tromelin d’Alexandrine Civard-Racinais (Belin) et Catfish  de Maurice Pommier (Gallimard).
– deux romans  adulte : Bakita de Véronique Olmi, sorti en poche en janvier 2019 et Underground Railways de Colson Whitehead (Albin Michel).
VML

Ruby Bridges, 49 ans après son entrée à l’école des blancs

carnet des lectures, Ruby tête haute commentaire »

D’Emmanuel Delorme, professeur de lettres – Chalon/ Saône

A mes élèves de 6e, j’ai fait une lecture partielle de Ruby tête haute me concentrant sur le récit personnel de ses premiers jours à l’école des blancs à l’aide également de photos d’archives. L’observation du tableau nous a permis de remarquer que la virulence des manifestants évoquée dans l’album se retrouvait aussi sur le tableau : la tomate éclatée, les inscriptions racistes…

Les élèves ont spontanément demandé s’il s’agissait d’un tableau célèbre et ont voulu savoir où on pouvait le voir. Si j’en avais eu le temps,  je leur aurais passé la vidéo où l’on voit le président Obama et Ruby adulte face au tableau  «The problem we all live with » de Norman Rockwell. Pour finir, je leur ai suggéré de lire l’album dans son intégralité.
Voila notre bilan de lecture.

Elle se prénomme Ruby.
Elle est née en Lousiane, aux Etats-Unis. Elle a grandi à La Nouvelle-Orléans. Elle est courageuse. Elle a la peau noire.

En 1960, elle a passé une année scolaire seule dans sa classe avec sa maîtresse, Barbara Henry, parce qu’elle était noire.

Nous nous prénommons Alexis, Amine, Asma, Aurélia, Axel, Chloé, Dalila, Elona, Hanaa, Hiranur, Iliana, Mariana, Médhi, Mélinda, Nathan, Noé, Noham, Norah, Rayana, Ruben, Salim, Yanis…
Nous sommes nés à Autun, Berlin, Chalon-sur-Saône, Champigny-sur-Marne, Santa Maria das Feira, Tirana…
Nos familles viennent de Montceau-les-Mines, de Reims, de Saint-Etienne, d’Albanie, d’Algérie, d’Allemagne, d’Angola, des Comores, du Portugal, du Maroc, de Mayotte, du Mexique, de Tchéchénie…
Nous sommes gentils, joyeux, rêveurs, ronchons, sociables, sportifs, timides, voire très timides… Nous pouvons aussi avoir un fort caractère !
Nous sommes beaux, belles, blancs, bruns, grands (un peu), métisses, minces, noirs, petits, de taille moyenne. Nous avons des cheveux longs, la peau blanche, mate, les yeux marron…

En 2019, nous ne nous ressemblons pas, nous sommes tous différents les uns des autres, mais nous sommes dans la même classe, le même collège, et c’est très bien comme ça !

IDClic 6 : labyrinthe sentimental

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme commentaire »

En janvier, j’ai réalisé la scénographie devant 20 jeunes d’enseignement spécialisé. Jusqu’à la votation, on va se rencontrer tous les 15 jours, soit à la Médiathèque soit dans les salles de classes de Verdeil, pour partager un album.

L’hôte qui reçoit prépare une présentation d’un album de son choix. Mercredi passé, Corinne et sa classe ont mis en scène Le Labyrinthe de l’âme.

Un grand labyrinthe a été créé sur une table. Chacun notre tour, nous faisions avancer un petit personnage (fabriqué par José),  jusqu’à une image représentant un état d’âme. Arrivé à l’une de ces émotions, un élève lisait à haute voix un extrait du livre. La traversée du labyrinthe a duré environ une demi-heure. Ensuite, chaque élève a reçu la silhouette d’un visage, préparé par Lucas et Jasmin.

Avec peinture, feutres ou crayons, chacun devait figurer un état d’âme de son choix. Au bout d’une demi-heure, les différents portraits ont été réunis sur un tableau. Avec ces nouveaux dessins, on aurait pu réaliser un tome 2 du Labyrinthe de l’âme !


Sandra, bibliothécaire à Aigle (Suisse)

 

IDClic 5 : nature sentimentale

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme commentaire »

A Sens, ce premier semestre 2019, les ateliers de tricot urbain vont s’inspirer du Labyrinthe de l’âme en prêtant des émotions aux arbres du parc de la médiathèque. L’idée, soufflée par Christelle, bibliothécaire, a été adoptée par des groupes participant à 1, 2, 3 albums : IME, ESAT, pensions de famille, clubs du 3e âge.

Le service municipal des espaces verts a validé l’initiative et, pour permettre une harmonisation visuelle, a déjà annoncé les couleurs des massifs printaniers.
Un seul arbre ou plusieurs seront-ils habillés ?  Devinera-t-on aux formes, aux trames et aux couleurs leurs états d’âme ?
Ce sera la surprise qu’on découvrira le 16 mai 2019, le jour même de la rituelle rencontre entre voyageurs-lecteurs de tous âges, avec vote et partage de créations inspirées des albums.

 

IDClic 4 : composition à l’encre

carnet des lectures, Mille dessins dans un encrier commentaire »

Comme monsieur Ba dans Mille dessins dans un encrier (visuel ci-contre de la page 71), le professeur d’arts plastiques du collège Saint Dominique à Chalon, va proposer aux élèves-voyageurs de 5e de faire une composition à partir d’une tâche d’encre aléatoire sur un papier aquarelle préalablement mouillé, enrichie ensuite de collages ou de dessins.

Ce travail permettra l’expérimentation d’un support nouveau dans sa matérialité, sur lequel l’encre offrira des formes permettant la recherche d’éléments narratifs.
La couleur sera différente d’une classe à l’autre. Les œuvres seront ensuite exposées.

Si d’autres groupes adoptaient la même démarche, Livralire pourrait  faire un catalogue partagé sur ce blog.

IDClic 3 : album-catalyseur

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme commentaire »

Au collège de Jassans-Riottier, dans l’Ain, nous avons mis en place un parrainage de tous les 6e par des 3e. L’idée est de prendre soin des plus jeunes, d’éviter leur harcèlement par les grands, de responsabiliser les grands et de rassurer les plus jeunes.

Pour faire vivre ce parrainage, plusieurs actions sont prévues dans l’année dont une à partir du Labyrinthe de l’âme. Les élèves de 3e travaillant sur l’autobiographie, sont amenés à partager un témoignage.

1/ Ils lisent Le labyrinthe de l’âme.
2/ Ils choisissent chacun un sentiment.
3/ Ils rédigent un texte autobiographique qui illustre ce sentiment.
4/ Le parrain de 3e lit son texte à son filleul de 6e.
5/ Le jeune de 6e à partir de l’exemple fourni par son parrain, rédige sa définition du sentiment mis en avant et en dessine sa représentation.

Ce travail devrait donner lieu à une exposition des textes des 3e avec, à côté de chaque texte, la définition et la réalisation artistique de son filleul de 6e.

Emmanuelle Guillet, documentaliste

IDclic 2 : album-baume

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme commentaire »

A Jassans-Riottier dans l’Ain, Madame Bourrou, principale du collège Léon-Marie Fournet, s’intéresse de près à  1, 2, 3 albums. Elle a repéré le potentiel du Labyrinthe de l’âme, un livre à mettre entre toutes les mains.  

1/ Elle a mis en avant cet album sur le blog de l’établissement en conseillant la lecture de « cet ouvrage très beau et simple à lire, qui nous permet de découvrir les différentes émotions qui nous traversent, de les comprendre pour mieux les appréhender ». L’impact a été immédiat : plusieurs adultes du collège en ont acheté un exemplaire.

2/Elle dispose d’un exemplaire qu’elle prête aux exclus de cours qu’elle reçoit dans son bureau, en leur demandant de lire ce qui  concerne les sentiments de leur choix,  de réfléchir et d’exprimer ce qu’ils ressentent.


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes