C’est avec un plaisir immense que nous avons pu réaliser et proposer la scénographie aux résidents de l’Ehpad de Semur-en-Brionnais dans la semaine du 5 au 10 avril.

Durement touchés par la crise sanitaire qui sévit depuis plus d’un an maintenant, les résidents, courageux et battants face à la maladie, mais aussi très patients car isolés en chambre pendant de longues semaines ont été très émus de se retrouver pour découvrir le cru des albums 2021. Beaucoup ont déjà participé à 1, 2, 3 albums, d’autres découvrent.

Après la présentation du projet, nous avons joué la scénographie en salle d’animation, devant un public nombreux et toujours aussi attentif, avec pour la 3e voix, notre cadre supérieure, enchantée de découvrir ce véritable projet d’animation. Les musiques sont des repères du passage d’un livre à l’autre. Certains tapent du pied, d’autres fredonnent. Ils trouvent le spectacle original et vivant. Le barrage et Si je reviens un jour retiennent leur attention.

Dans les jours qui ont suivi, un résident a frappé à la porte de mon bureau pour emprunter Le barrage. Il souhaite le feuilleter, le lire, l’explorer. Il a plein d’histoires de barrages à nous raconter, il pourrait faire une conférence. Rendez-vous est pris pour le jour de la lecture de l’album !

Nous, animateurs, sommes tellement heureux de pouvoir de nouveau créer l’échange et la communication au travers des livres.

Ce voyage est encore plus important que les précédents en cette période difficile où l’évasion « cognitive » est essentielle, voire indispensable.

Murielle Daumur, animatrice, Ehpad Semur-en- Brionnais (71) 

Dans une résidence de personnes âgées, comment promouvoir la lecture à voix haute des albums ?
Annoncer clairement sur le tableau d’affichage et dans l’ascenseur, un atelier-lecture, ou un rendez-vous-lecture parle aux personnes qui lisent encore ou qui ont lu du temps où leur vue était bonne ! Comment attirer d’autres participants, friands de temps en commun, mais que les mots livre ou lecture effraient ou n’intéressent pas ?

Dans ce foyer-logement, la directrice et l’animatrice-lecture bénévole ont, après plusieurs années de participation à 1, 2, 3 albums, retenu pour cette édition l’expression « Invitation à l’évasion… »

Dans le hall d’accueil, sur le tableau des activités et des évènements, est ainsi annoncé le temps hebdomadaire de lecture avec le visuel de l’album qui sera partagé (version sans titre) et une feuille d’inscription. « Si madame Petit a mis son nom, ça doit être bien », se dit monsieur Raoul qui s’annonce pour la prochaine séance.

Est-ce cette invitation à s’évader ou le fait que c’est la seule activité collective qui est organisée ces temps-ci, le succès est là, plus que les autres années, ou plutôt était là jusque fin mars avant que la covid en maraude n’oblige à tout suspendre. Espérons que la séance prévue le mardi 6 avril pourra avoir lieu le mardi 4 mai !

Suggestion :  On peut aussi utiliser, en plus des visuels détourés disponibles sur simple demande, les phrases-accroches créées par Livralire pour la fiche d’identité de chaque album sur le blog. Exemple pour le barrage : « La musique se joue du temps qui passe ».
VML

Attirés sans doute par une activité commune enfin autorisée, les résidents d’un foyer logement bourguignon sont nettement plus nombreux que l’an passé, à participer à l’atelier lecture animé chaque mardi matin par une bénévole et selon les séances, des jeunes retraitées ou la bibliothécaire de la ville.

Le voyage-lecture a démarré début mars, sans les CM2, qui liront de leur côté les albums avant une rencontre intergénérationnelle espérée, en plein air en juin.

Pour les ainés, pas de scénographie cette année mais, pour les deux premiers albums, le jeu des hypothèses à partir de la couverture détourée. Cela fait parler, éveille la curiosité et maintient l’attention des ainés pendant la lecture. L’analyse du visuel de couverture de Kini a particulièrement bien fonctionné. Le public a souligné l’ambiguïté du personnage qui n’a pas de poitrine, porte un chemisier à fleurs, fume (peut-être de la drogue ?) et a eu l’intuition qu’il ou elle avait traversé des déserts.

La lecture épicée des Rides les a fait participer, celle de Kini les a fascinés. Le groupe rit beaucoup –ça fait vraiment du bien-  échange volontiers au point d’oublier l’heure du déjeuner – ce qui n’était jamais arrivé ! Les dames s’arrachent l’album pour l’emprunter !

On se rend compte combien la régularité est importante : une lecture en appelle une autre.

La 3e séance, pleine d’entrain, a été consacrée uniquement au jeu des visuels, à l’issue duquel a été dévoilée l’affiche et ont été distribués les signets.

Sur mon conseil, pour satisfaire l’appétit de lecture et faire connaître aux nouveaux résidents le fonds d’albums (très riche après dix ans de participation au voyage-lecture), des albums cousins seront mis en lien avec les prochaines lectures épicées (qui, nous venons de l’apprendre, sont malheureusement suspendues  jusque mai ! On n’ose pas imaginer la déception des résidentes ! )

Exemples avec des albums de voyages-lecture précédents que l’on peut découvrir en cliquant sur le visuel de couverture.

Pour Quelqu’un m’attend derrière la neige, sur le thème de la rencontre et de la générosité : Philémon et Baucis (albums 14), Elle est où la ligne ? (albums 9), Le Bébé tombé du train (albums 6).

Pour Si je reviens un jour, sur le thème de la Shoah : Le dernier voyage (albums 11), Carton rouge (albums 10).

Pour Les souliers usés, des histoires de princes et princesses : La princesse au don perdu (albums 14), La princesse aux mille et une perles (albums 13), Le prince dragon (albums 10).

VML

 

Françoise, documentaliste du collège de Buzançais (36), découvrant le projet à la BDP de l’Indre fin janvier, en parle à un collègue de lettres. Ils prennent contact avec la bibliothèque de la commune, la sachant associée, depuis plusieurs années avec deux autres BM pour monter et animer 1, 2, 3 albums et donc à même de l’aider pour ce premier embarquement.

Un plan de voyage est sitôt établi :
– Quatre bibliothécaires de Villedieu-sur-Indre, Buzançais et Niherne viennent jouer la scénographie au collège à une classe de 6e.
– Elles reviendront pour une première lecture épicée, passant le relais à Françoise, la voyageuse novice enthousiaste.
– Le professeur de lettres, lui aussi conquis, va encourager les lectures individuelles et prévoit une création à partir de l‘album Les Rides qui l’inspire.
– Au final, la classe préparera une théâtralisation d’un ou des album(s) en utilisant et en valorisant les compétences de tous les élèves : dessins, techno, arts plastiques, lecture à voix haute, mise en scène.

Cette organisation coopérative et cordiale, où chacun a une place sans que ce soit trop lourd, pourrait inspirer ceux qui hésitent à partir dans l’aventure.

Dans le cadre du festival Modes de vie, neuf jeunes du club théâtre du collège de Talant (Côte-d’Or), ont bénéficié de l’accompagnement d’Alexis Louis-Lucas, comédien de la compagnie Taxi Brousse, acteur d’un drôle et superbe seul en scène l’Utopie des arbres.

De novembre 2020 à février 2021, le comédien a animé des ateliers d’écriture et de mise en voix des textes produits par ces volontaires de 6e, 5e, 4e et 3e, avec au final une lecture théâtralisée partagée au collège.

A cette petite équipe si bien entraînée, Sylvie la documentaliste et Pauline, en charge du club théâtre et professeur de français, proposent de préparer trois lectures épicées. Huit élèves répondent présents. Par deux ou par trois, ils s’entrainent, se distribuent les rôles pour Kini le monde à bras le corps, Quelqu’un m’attend derrière la neige et Si je reviens un jour, endossant si besoin deux rôles différents, et prévoyant d’associer, le moment venu, pour les personnages secondaires, l’enseignant et les élèves de la classe « spectatrice ».

En accord avec l’équipe pédagogique, ils feront ces lectures devant toutes les classes de 6e, 5e et 3e, d’avril à mai, chaque semaine étant consacrée à un album.

Si pour des raisons sanitaires imposées par la Covid, le public ne peut se réunir pour des ateliers lecture, il faut faire en sorte que le livre vienne à lui.

Ainsi, à Chalon-sur-Saône, les personnes qui fréquentaient depuis 3 ans les ateliers lecture intergénérationnels, peuvent venir à l’accueil de la maison des seniors (où les activités sont à l’arrêt) emprunter un sac numéroté contenant deux albums* de la sélection en cours. Elles sont invitées à les lire et les faire circuler dans leur famille et leur voisinage. Chacun peut partager une impression, un souvenir, une lecture « cousine » sur une feuille A5** glissée dans chaque volume. Une rencontre en plein air est prévue mi-juin avec les 6e qui lisent les mêmes albums.

A Delle, dans le territoire de Belfort, les bibliothécaires ont embrayé immédiatement sur cette proposition de lectures nomades, que j’évoquais lors de la formation co-animée avec la BDP le 25 février. Elles vont s’appuyer sur quelques grands lecteurs et sur une animatrice du CCAS qui seront cooptés pour des lectures épicées avant de se voir confier les sacs pour lire et faire lire à qui mieux mieux. L’été sera également l’occasion d’organiser des lectures en extérieur en binôme ou d’échanger sous forme de « book dating ».

Nota bene : Livralire fournira 4 sacs tissus et 2 albums aux 3 premières bibliothèques qui voudront leur emboîter le pas.
Au collège, on rêverait qu’un pack d’albums supplémentaire soit offert par un mécène ou prêté par une bibliothèque pour faire circuler un à un les albums dans les familles.

*Notre offre :
Sacs 1 et 2 : Les rides / Les souliers usés
Sacs 3 et 4 : Le barrage / Si je reviens un jour
Sacs 5 et 6 : Je n’ai jamais dit que / Kini le monde à bras le corps
Sacs 7 et 8 : Les dessins de Claire / Quelqu’un m’attend derrière la neige

** : modèle disponible sur demande

 

 

Pour lire en groupe, Livralire crée pour chaque album, une lecture dite « épicée », c’est-à-dire une lecture à voix haute, intégrale ou aménagée (partielle ou/et découpée), brute ou mise en scène, dynamique et coopérative (plusieurs voix possibles), inspirée par des éléments visuels ou narratifs qu’elle souligne ou éclaire.

Les lectures épicées aident à la compréhension, apportent du piquant, donnent une place active aux auditeurs, cadencent les rencontres, varient les séances.

C’est un tremplin pour la lecture individuelle intégrale ou ça la remplace pour ceux qui n’ont pas les compétences nécessaires.

C’est une trame dont peuvent s’emparer les lecteurs pour passer l’histoire à d’autres, comme narrateurs principaux ou voix secondaires.  « Chaque classe engagée  (6e et CM2) est responsable d’une lecture épicée ». « Notre classe Ulis prépare une lecture épicée pour les parents, une pour une autre classe ».

C’est un produit durable. «Pas une semaine au CDI où je ne ressorte une lecture épicée des années précédentes et l’album qui lui correspond pour étayer une thématique travaillée par un prof ou pour un accueil de classe ».

C’est un moyen de faire connaître le projet et de faire tomber les a priori sur les albums. « Les réticences d’une équipe pédagogique au lycée (Des albums en seconde ! Vous n’y pensez-pas ?) sont tombées après que je leur ai joué la lecture épicée de Si je reviens un jour. » 

Pour la 15e édition, Livralire propose :
Une lecture brute sur pupitre des Dessins de Claire.
Une lecture de type kamishibaï : Kini le monde à bras le corps et Quelqu’un m‘attend derrière la neige.
Une lecture mise scène :  Si je reviens un jour et
Les Souliers usés.
Une lecture-installation pour Le barrage.
Un jeu d’observation : Les rides et Je n’ai jamais dit.

Nota bene : Les lectures épicées des titres en bleu ont été filmées et seront prochainement sur le blog.
VML