Pour présenter les albums à des publics variés, lecteurs autonomes ou non, Livralire invente une scénographie qui met en avant les personnages, le cadre et l’intrigue.

Le montage ci-dessous explique les ressorts de la création et donne un aperçu du déroulement. Sur simple demande, les visiteurs du blog peuvent obtenir le lien vers le film de la scénographie intégrale (25 minutes) avec les textes savoureux empruntés aux auteurs.

Cette lecture-spectacle est jouée à partir de janvier 2021 par les animatrices (et animateurs) du voyage-lecture, seules, associées à des collègues ou/et avec le public. Dans certains collèges et lycées, ce sont les jeunes d’une classe ou d’un club qui préparent et jouent la scénographie pour les autres. En juin, des lecteurs-voyageurs l’utiliseront pour promouvoir à leur tour les albums auprès d’autres publics : des jeunes à leurs parents, des ainés à des CM2, des apprenants à du public à la bibliothèque, etc.

VML

En tant qu’enseignante, j’ai toujours pratiqué la lecture en réseaux. Au cours de mes visites en qualité de conseillère pédagogique, j’ai senti que les enseignants avaient besoin d’outils adaptés pour leurs élèves de collège en difficulté scolaire ou en situation de handicap.

J’ai recherché une dynamique à mettre en œuvre, stimulante autant pour les enseignants que pour les jeunes. Ma collègue, directrice de Canopé dans notre département, me parle du projet 1, 2, 3 albums et me met en lien avec la Médiathèque Départementale du Tarn. Ce projet répondait en tout point aux besoins évoqués. La sélection des albums alliant textes, images et thématiques proches des préoccupations des adolescents est tout à fait exceptionnelle.

Après une année « test » très concluante, malgré le confinement, au niveau pédagogique et avec des effets collatéraux spontanés (des documentalistes découvrant la qualité et l’impact des lectures d’albums les ont proposées aux classes généralistes et aux professeurs de français), les enseignants spécialisés de tout horizon (SEGPA, ULIS, IME, ITEP) ont embarqué avec enthousiasme en septembre 2020.

Pour la deuxième année encore, l’équipe de partenaires met en œuvre le projet dans le cadre des enseignements et du développement numérique, en concertation avec les enseignants (formation commune, padlet coopératif) : le SDEI 81, Canopé  (atelier numérique), la MDP  (lancement du voyage,  fonds Facile à lire, suivi avec Livralire) et les bibliothèques publiques quand elles répondent présentes.

L’agenda du voyage nous laisse du temps au premier trimestre. C’est une chance d’avoir trois mois entre adultes pour rechercher et partager des entrées de lecture, des activités et des ouvertures suggérées par les albums. C’est tout bénéfice pour les jeunes qui, n’ayant pas peu ou pas de références culturelles, peuvent entrer dans les œuvres par analogie et par inférence.

Ainsi donc, à l ’automne, on anticipe en semant des graines pour que le moment venu de la lecture des albums, les élèves puissent faire des liens.

Exemples de pratiques d’enseignants :
– La visite d’un barrage local, avant la découverte de celui de la Kielder Valley.
– L’écoute du conte de Grimn, en amont de la version contemporaine des Souliers usés.
Un film pour comprendre les migrants, annonce Quelqu’un m’attend derrière la neige.
Une vidéo sur le métier de vitrier diffusée dans le cadre du parcours Avenir précède Les dessins de Claire.
Des séquences sur la guerre 39-45 prépare l’histoire de Louise (Si je reviens un jour).
– Le film Visages villages éclaire les autoportaits des Rides.

De janvier à juin, les jeunes découvriront, comme acteurs ou récepteurs, les albums selon des modes différents :  lecture intégrale, lecture épicée, adaptations audio, lectures adaptées (FALC =Facile à lire et à comprendre). Quand, après un partage de lecture, un élève s’écrie : « c’est comme dans… », on se dit que cette approche de la littérature n’a pas été vaine.

Les graines germent et poussent.
Marilyne Pingaud – Conseillère Pédagogique, SDEI Tarn

 

L’équipe de Livralire est heureuse d’annoncer l’ouverture en ce début d’année d’Alterbib, un blog sur lequel Véronique Marie Lombard distillera au fil des semaines son testament de bibliothécaire inspiré de son expérience de formatrice. Toutes les chroniques reposent sur du vécu. La participation est ouverte.

Pour la quatrième année, Emmanuel Delorme, professeur de lettres à Camille Chevalier, embarque des élèves de 6e dans 1, 2, 3 albums, en jumelage avec des seniors de la ville que je vais accompagner. En prévision de la première rencontre (la scéno), programmée le 25 janvier (on croise les doigts) à la maison des seniors de Chalon-sur-Saône, j’ai rencontré les élèves au collège.

Après les présentations, nous avons mené un atelier de lecture des illustrations de couverture sans titre (fichier disponible sur simple demande) avec douze élèves à qui Emmanuel avait lu au 1er trimestre cinq albums de l’an passé.

Pour que les collégiens comprennent la démarche, nous commençons chacun avec un visuel projeté au mur : nous décrivons l’image, les élèves complètent. Puis six illustrations sont distribuées à des duos déjà constitués. Après quelques minutes d’observation, ils partagent leur analyse à l’ensemble du groupe à qui la parole est ensuite donnée.

Certaines illustrations sont inspirantes, sans emmener forcément sur la bonne piste. Si le thème du secret est évident avec la fille qui fait le signe « chut » sur ses lèvres, c’est celui du cauchemar qui est évoqué pour celle des souliers usés. Le portrait des rides, c’est un monstre pour le duo garçon-fille qui s’en est saisi à l’envers. Je suis épatée par le sens de l’observation de deux garçons qui témoignent d’une certaine culture générale.

Emmanuel clôt chaque analyse en notant sur le tableau blanc un élément clé de leurs suppositions. Pour finir, nous distribuons la liste des titres et essayons ensemble de les associer aux visuels de couverture.

Le but était de créer un horizon d’attente. Au moment de la scénographie, puis des lectures, les élèves auront les solutions et, comme l’occasion m’en a été donnée hier, verront les couvertures d’un autre oeil.

PS : Le rouge de la page de titre du livret ci-dessous est un clin d’oeil aux 3 albums où cette couleur est prégnante, comme les élèves nous l’ont fait remarquer.
VML

Les éditions Oui-dire, spécialisées dans l’oralité, ont mis en place un système d’abonnement à des podcasts : 7 jours / 7 récits.

Chaque lundi matin, sept contes de niveau d’âge différent et de durée variable sont mis en ligne. Il y en a pour tous les âges et de tous les styles. Le point commun : la très grande qualité narrative des conteurs et conteuses aux accents colorés, aux voix variées et aux répertoires très riches.

Les connaisseurs reconnaitront Françoise Diep, Jihad Darwiche, Simon Gauthier et bien d’autres.

Oui-dire offre une semaine gratuite. On peut s’abonner pour un mois ou pour un an. L’abonnement est très abordable : 24 euros par an pour une famille, 60 euros pour un collège ou un Ehpad, 120 euros pour une bibliothèque.

L’écoute sur portable est ergonomique. Chaque histoire, présentée en quelques lignes, est rattachée au CD (en vente également) dont elle est extraite. Le seul (mini) regret est que la durée du conte n’est pas indiquée.

De la petite enfance à l’âge adulte, une belle idée de cadeau durable qui permettra d’écouter des histoires seul ou à plusieurs, à la maison ou en résidence, dans la classe et au CDI, dans une salle d’attente, en voiture ou en train , etc…

On vous laisse essayer et, comme nous, vous régaler !
VML

 

On se sait pas de quoi sera fait l’avenir mais on sait que la lecture solidaire des albums est conseillée en toutes circonstances et possible par tous les temps. Véronique le dit sans masque et avec gratitude envers tous ceux qui embarquent pour le 15e  voyage-lecture organisé par Livralire-Chalon.
Les héros 2021 ont hâte de rencontrer les lecteurs, même l’anglaise Kathryn (appelée par erreur Kathy dans le message ci-dessous).