1, 2, 3 albums 14 : lancement à Lausanne

cartes postales commentaire »

Le 13 novembre 2019 aura été une première pour Adélaïde, jeune bibliothécaire à la bibliothèque Montriond-Lausanne venue jouer avec brio la scéno à mes côtés dans la belle salle d’accueil de Bibliomedia, un peu moins remplie que d’habitude.

Pour ce 3e lancement de la saison, j’invite les grands voyageurs à se remémorer les jours marquants de la saison précédente d’1, 2, 3 albums.

 

Jour d’émerveillement quand des rencontres redoutées entre des publics très différents – des migrants et des ainés déficients psychiquement, des enfants en difficulté scolaire et des personnes très âgées – s’avèrent les plus belles et les plus durables, les adultes responsables des groupes gardant même des liens par-delà le projet.

Jour de grande émotion quand une vieille dame se lève et remercie pour la qualité de leur intervention et pour leur bienveillance les jeunes lycéennes en formation d’aide à la personne, émues aux larmes par cette attention.

Jour de gratitude pour une bibliothécaire, moteur du projet pour une équipe d’enseignants qui trouve avec les albums des occasions d’échange entre eux et pas seulement avec leurs élèves.

Jour de victoire quand une jeune fille mutique réussit à lire en public.

Jour de questionnement. «Dans mon établissement, on fait ce projet avec des jeunes en marge. Il faudrait qu’on le développe aussi avec des classes standard car comme a dit un enseignant, avec 1, 2, 3 albums on arrive à motiver les jeunes déjà lecteurs autant que ceux qui ne le sont pas. »

Jour de proposition. «Aux enseignants bridés par le programme scolaire, je propose au mois de juin un voyage-express avec leurs élèves. L’atmosphère est très détendue. Je m’étonne de ce que chacun ait quelque chose à dire sur les albums, sans doute parce qu’il n’y a ni évaluation ni carotte ! »

VML

1, 2, 3 albums 14 : lancement en Saône-et-Loire

cartes postales commentaire »

Le 8 novembre 2019, Christine, bibliothécaire chevronnée et, Valérie, titularisée l’avant-veille après six années de métier, ouvrent les portes de la médiathèque de Mâcon. Sur une table, le vade-mecum, nouvel outil destiné à guider les organisateurs de voyage.
Dans la belle salle en gradins, des nouveaux, venus seuls ou avec un parrain, beaucoup de voyageuses au long cours dont certaines ont évoqué leur dernière aventure-lecture, avec ses bons jours et parfois de moins bons…

Jour de découragement pour une documentaliste. « Chaque année, je sors de la matinée à Mâcon, pleine de dynamisme et d’idées. Les jours passent, je laisse filer. Ah ! mince. Je n’ai pas encore commencé. Heureusement les outils sont très bien faits. On peut rebondir ! Ça finit par se gérer. Pour garder la qualité, on apprend à revoir ses ambitions à la baisse en terme de nombre de classes. »

Jour de confiance. « Le projet est porteur. Les albums sont éternels, les outils pérennes. On peut les faire vivre durablement. »

Jour d’audace à  l’ESAT (centre d’aide par le travail) où quatre adultes en situation de handicap préparent les lectures et les présentent aux autres.

Jour d’innovation. « A la première lecture partagée avec les ainés, je répartis les voix. Une dame prend la fameuse voix bleue de co-lectrice. Elle est ravie. La voilà d’office déclarée référente du projet pour les résidents. »

Jour de fierté pour Murielle, animatrice en Ehpad, qui est venue au lancement avec quatre nouvelles collègues dont elle va être marraine de voyage-lecture après l’avoir été d’une ancienne stagiaire devenue voyageuse à son tour. « C’est à nous d’aider les nouveaux. »

Jour de satisfaction. « Avec 1, 2, 3 albums, on vit de chouettes moments pour pas cher ! »

Jour de responsabilité. « On se doit de partager notre expérience sur le blog parce qu’on fait partie d’une communauté de projet mais surtout parce que ça valorise les résidents. »

Jour d’espoir quand la psychologue de la maison de retraite adhère au projet et rejoint l’animatrice qui portait seule 1, 2, 3 albums depuis 6 ans.

VML

1, 2, 3 albums 14 : lancement dans l’Yonne

cartes postales commentaire »

Dans la salle des fêtes d’Appoigny, mardi 5 novembre 2019, Marlène et Cécile de la Bibliothèque départementale accueillent une trentaine de personnes intéressées par le voyage…Le nombre à la baisse interroge. La venue de trois assistantes sociales, sensibilisées au projet par des lectures épicées animées par Myriam, bibliothécaire à la BDY lors d’une journée professionnelle, réjouit.

Sur ma proposition, on se remémore les jours du voyage-lecture de l’an passé, les bons et les moins bons.

Jour de surprise quand les mamies lectrices et tricoteuses ont enjambé, sans rien dire à personne, la barrière du parc de la bibliothèque, fermé le lundi, pour installer sur les arbres leurs créations en laine, en vue du final intergénérationnel prévu le lendemain.

Jour de fierté pour une maman qui voit son fils adolescent en échec scolaire, lire très bien, à haute voix et en public, un passage de la scénographie.

Jour de déception pour une documentaliste quand l’équipe pédagogique lui dit : stop, on n’embarque pas cette année, alors même que les élèves réclament 1, 2, 3 albums. Mais elle ne se démonte pas pour autant et réfléchit à une stratégie.

Jour de reconnaissance pour les animations lecture clés en main fournies par Livralire.

Jour d’émerveillement quand les résidents de l’Ehpad qui ont goûté aux lectures épicées deviennent à leur tour lecteurs d’albums (choisis par les bibliothécaires) pour des binômes d’enfants de maternelle aucunement gênés par les déambulateurs et les fauteuils roulants.

Jour de doute pour une documentaliste touchée par la scénographie qui ne s’y retrouve pas à réception des tutoriels pour la réaliser. Elle rebondira en proposant un autre chemin d’accès aux albums.
VML

Lundi 4 nov 2019 : début de la tournée 1, 2, 3 albums

cartes postales commentaire »

Des livres, une table de tapissier, des tabourets, des boites pleines d’objets et de dossiers, des petites caisses, des affiches, des nappes, des boissons … avec un tel bazar dans le coffre et un sac de supermarché maltais, on pourrait me croire en partance pour un vide-grenier !

C’est juste le nécessaire pour accueillir les participants aux différents lancements, jouer la scénographie de mise en bouche des albums et offrir des supports de communication à ceux qui embarqueront : affiches, signets, stickers.

Des centaines de kilomètres à parcourir, 16 montages et démontages…il va falloir tenir le coup et se tenir droite !
Véronique Marie Lombard

7 pros pour la promo des albums !

cartes postales commentaire »

La fidèle équipe féminine a fait son travail, chacune à son poste habituel.
La mise en bouche des albums est prête à être jouée publiquement, du 5 novembre dans l’Yonne au 3 décembre dans le Tarn.
Voir agenda ici.

Le kit d’animation sera disponible à partir du 12 novembre, le lien vers la vidéo, tournée par Antonin, quelques-jours plus tard.

Que prévoir pour la scénographie 2020 ?

cartes postales commentaire »

Moi la princesse, je garantis à ceux qui, comme moi, n’ont pas de don  particulier, que la scénographie 2020 est facile à réaliser et économique.

La seule véritable dépense, ce sont des impressions couleur  : le texte sur feuilles simples, les portraits*, le mien et ceux de 16 autres personnages ainsi que le nom du voyage-lecture sur bristol 250 g (=15 pages A4)

Pour le reste, vous pourrez lancer un appel à vos futurs lecteurs pour récupérer du carton, des pinces à linge, un petit panier et 6 autres objets. Vous sortirez de vos trousses de la colle et des ciseaux pour construire notre présentoir en carton dont le modèle sera fourni.

 

Les créatrices de la scéno prévoient la mise à disposition des textes et visuels à partir du 10 novembre après qu’elle ait été jouée deux fois en public.

*portraits reproduits avec l’autorisation des éditeurs.

L’achat des albums, une étape pas toujours facile !

cartes postales commentaire »

A quatre reprises la semaine passée, des candidats au voyage-lecture m’ont dit devoir renoncer à s’inscrire, faute de moyens pour acheter les livres. Cette année, le prix d’un pack d’albums s’élève à 125,85 €, soit 114,52 € avec la remise collectivité accordée par les librairies indépendantes. En Suisse, c’est notablement plus coûteux !

Comment financer l’achat d’un ou de plusieurs packs ?

1/ Vérifier qu’on ne peut pas profiter dune aide professionnelle : prêt par une bibliothèque municipale ou départementale, certaines BDP mettant des albums à disposition des CDI ou des bibliothèques pour l’année scolaire. En Côte-d’Or, les petites bibliothèques peuvent se faire offrir un pack par l’association des amis de la bibliothèque.

2/ Demander au maire ou à son directeur une rallonge exceptionnelle pour un projet « exceptionnel », selon les termes d’une bibliothécaire qui a convaincu sa maire en moins de dix minutes et une documentaliste aussi rapidement son principal !

3/ Explorer toutes les pistes de financement dans son entourage : prise en charge par le foyer socio-éducatif, le comité d’entreprise, une association, des familles.

4/ Oser contacter un possible mécène comme l’ont fait des écoles et des collèges. L’expérience montre que les entreprises et banques sollicitées ont répondu positivement, heureuses de soutenir ce projet. Pour elles, une centaine d’euros défiscalisable, ce n’est pas beaucoup. Livralire fournit une fiche sponsoring et peut délivrer un reçu fiscal à partir de 50 €.

5/ Chercher quelle dépense équivalente mais de portée plus limitée on pourrait supprimer. Exemple : dans une classe de 25 élèves, 8 albums génèrent 200 lectures auxquelles on ajoutera celles des familles ou des camarades à qui on passera les livres en fin de voyage-lecture. Pour le prix de ces 8 albums, on peut acheter 12 romans ou 10 documentaires. Combien faudra-t-il de temps pour que ces ouvrages soient lus 200 fois ? L’invitation à modifier ses acquisitions vaut aussi pour tous les établissements qui ont un budget livres, y compris pour les BDP où tant de livres achetés n’auront qu’un seul lecteur !

6/ En dernier recours, s’adresser à Livralire qui peut aider ceux qui embarquent pour la 1ère fois ou sont dans des situations particulières.

Acheter des albums, c’est investir !  La dépense a des effets durables et mesurables tant sur la lecture que le mieux-vivre ensemble. Certains grands voyageurs le savent, faisant le choix d’avoir suffisamment d’albums pour leur public, quitte, à la fin du voyage annuel, à distribuer de façon intelligente et inventive les exemplaires en surplus !

VM Lombard


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes