Des plumes comme expression de lecture

carnet des lectures, cartes postales commentaire »

En Suisse, à Préverenges, une classe de développement primaire (enfants de 10 à 12 ans en difficulté) s’est emparée du projet. Les jeunes ont lu tous les albums et préparé des éléments de la scénographie.
Ils s’entraînent avec plaisir : le scénario est simple, le déroulé vivant avec les devinettes et le partage des livres avec le public. Ils vont la jouer à une classe d’élèves plus âgés, ainsi qu’au groupe de seniors de la ville.

Notre arbre trône sur la table centrale avec ses oiseaux,dans l’attente des prochaines représentations. C’est déjà le printemps à la bibliothèque !

Les oiseaux étant au cœur de ce voyage-lecture, nous avons choisi de symboliser les avis de lecture par des plumes : une grande rouge pour les coups de cœur, une moyenne orange pour les histoire appréciées et une petite bleue en cas de déception.
Marie Karasiewicz
Bibliothèque Scolaire de Préverenges et environs

Lancements inter-bibliothèque dans l’Indre

cartes postales commentaire »

Une idée intéressante dans l’Indre : pour la scénographie, les professionnelles de 3 communes s’associent et se déplacent.

Les médiathèques de Buzançais, Villedieu et Niherne se sont lancées une nouvelle fois dans l’aventure 1, 2, 3 albums. Les  quatre bibliothécaires ont préparé ensemble la scénographie qu’elles ont jouée, à trois ou quatre :

– à la médiathèque de Niherne, un samedi matin, devant un public adulte clairsemé. Mais trois personnes néophytes, dont une dame abonnée aux romans du terroir, ont été conquises et ont de suite emprunté plusieurs titres des sélections précédentes, regroupés dans une malle.  Les membres du comité de lecture adulte qui s’étaient excusés, comptent bien lire les albums et voter. De fait, le nombre d’adeptes d’1, 2, 3 albums augmente petit à petit.

– à Buzançais, devant quarante CM2 de deux écoles, émoustillés par les devinettes et attentifs aux mises en bouche.
Après lecture du pack,  ils mettront en scène un album qu’ils joueront à d’autres jeunes et aux aînés de l’Ehpad de la commune.

Les aînés bricoleurs et auditeurs avant d’être lecteurs ! 

cartes postales commentaire »

A l’Ehpad Bouthier de Rochefort, à Semur en Brionnais (71), 18 résidents étaient au rendez- vous pour la première scénographie proposée le 12 février.

Après avoir participé activement à la préparation de la mise en scène lors de trois ou quatre séances d’activités manuelles, les participants ont beaucoup apprécié ce voyage lecture à vol d’oiseaux ! Ils ont aimé se prêter au jeu des devinettes sur les noms d’oiseaux et ont fait preuve de beaucoup d’attention. Preuve en est d’une salle calme tant pendant la lecture que pendant les intermèdes musicaux..

Dès la première présentation, les livres parlent, inspirent, éveillent la curiosité : «  Ça c’est une histoire vraie dont je me souviens ! » . « J’aime cette couverture de livre toute en couleurs (Naya) ». « J’aime tellement les mésanges que ce livre m’attire… »

Les discussions après coup vont bon train et on se partage notre premier ressenti quant au livre qui nous attire d’emblée !  Méditerranée rassemble. Nous sommes impatientes de partager les lectures face à un public toujours enthousiaste.
Trois stagiaires que j’accueille en ce moment au sein de mon service, en ont profité. C’était l’occasion idéale de leur faire connaître ce voyage lecture et les inciter à s’y mettre à leur tour le moment venu.
Murielle Daumur, animatrice

Des effets des ateliers de lectures épicées

cartes postales commentaire »

Les bibliothèques de Migennes (89), Longvic (21) et Mâcon (71) ont accueilli les ateliers de lectures épicées des albums 2018. Quarante-cinq femmes (et un homme !) d’âge et d’horizons très différents, tantôt lectrices, tantôt spectatrices, ont pu :

1/ s’exercer aux lectures épicées et coopératives.
Face à l’avalanche de mails, j’étais perdue. Me voilà rassurée / Bonne idée de donner des petits rôles au public : ça donne place à chacun / Ça fait plonger dans l’histoire autrement que la lecture individuelle.  Les auditeurs se sentent à l’aise / On ressent l’histoire autrement. / Ça diversifie les façons de lire.

2/ repérer deux petites erreurs dans les fiches techniques fournies par Livralire :
– Dans Bonnes nouvelles du monde :  ouvrir  les dernières pages de garde roses à la fin avant de lire la dernière phrase de la lecture épicée (page 6)
– Dans L’histoire extraordinaire d’Adam R : c’est bien la double page 4 et 5 qui est montrée et pas seulement la 5 (page 3sur la fiche).

3/ proposer des améliorations.
– Dans Bonnes nouvelles du monde, en ouverture, accompagner l’observation de la cage par des chants d’oiseaux.
– Dans L’histoire extraordinaire d’Adam R, modifier le moment de l’annonce de l’âge (hormis 4 ans, dit au début). 1/ Lire le paragraphe. 2/ Mettre l’illustration suivante. 3/ Dire le nouvel âge. 4/ Lire le texte,  etc. Ce nouveau rythme est plus cohérent : l’âge est entendu avec la  page correspondante en regard.
– Pour le jeu d’association des éléments et des rêves proposé pour Nos plus grands rêves, commencer par un jeu de devinettes. Une personne pioche un nom et le fait deviner aux autres, ainsi de suite jusqu’à épuisement de la douzaine de « rêveurs »  sélectionnés : soleil, puits, cigogne, fourneau, éphémère, épouvantail, etc.

4/ échanger des bonnes idées :
– Se prêter les préparations.
– Recycler les lectures épicées dans d’autres cadres et avec d’autres publics.
– Au collège, organiser des « happenings » avec les lectures épicées en juin.
– A l’Ehpad, préparer avec les résidents quelque chose en lien avec les albums pour la fête des familles.
– Comme l’ont fait avec succès  les animatrices de l’Ehpad de Cuisery en 2017, inviter des collègues d’autres établissements à une lecture épicée. C’est le meilleur moyen de faire connaître 1, 2, 3 albums et de donner une bonne visibilité au projet.
– A la médiathèque Côte d’or, les bibliothécaires préparent les lectures épicées et, le voyage- lecture en cours fini, les proposent  aux établissements du réseau en prêt avec l’album correspondant.
VML

Trousse de voyage fournie par Livralire

cartes postales commentaire »

Pas un jour sans qu’un animateur d’1, 2, 3 albums nous demande un document qu’il a perdu, pas reçu, pas trouvé !  Pour mémoire, voilà la liste des outils fournis par Livralire pour présenter les albums, les lire et les faire lire :

– le kit de la scénographie avec textes, visuels, bande son, fiche technique (docs & scéno-6 mails)
– les textes intégraux des albums avec des modèles d’invitation  (échos 3)
8 lectures épicées (textes et visuels) diffusées moitié en décembre, moitié en janvier (échos 4 et 6)
– des idées de carnets de voyage (échos 7)
Et le lien vers le film complet de la scénographie (échos 2)

Les établissements qui ont des bibliothécaires pour partenaires se reposent beaucoup sur elles et n’ont pas nécessairement besoin de tous les fichiers envoyés. Sauf que les textes bruts, les idées de carnets de lecture, ç’est utile à tous comme d’autres informations ou idées qui suivront d’ici juin. A chaque partenaire de veiller à ce qu’elles circulent et soient lues par ceux qu’il a embarqués dans 1, 2, 3 albums.

1, 2, 3 albums, une bonne surprise pour des publics qui ne s’y attendent pas !

cartes postales commentaire »

A la bibliothèque de Déols (36), comme l’an passé à pareille époque, nous avons surpris les participants du café-lecture en leur présentant la scénographie.

Seize personnes sont présentes, la plupart fidèles au rendez-vous bimestriel, dont deux jeunes femmes que nous cooptons pour faire les voix dans la salle. On sent le public intéressé et curieux : les devinettes fonctionnent bien, la scénographie est suivie avec attention.

Les compliments tombent : « il faudrait en faire plus souvent ». L’appétit est ouvert : tous les albums sont empruntés dans la foulée, certains réservés ! Les deux jeunes femmes sont ravies d’avoir participé, l’une d’elle me propose de recommencer une prochaine fois, même avec plus de texte. Je la sens contente d’avoir participé, curieusement bien au-delà du fait d’avoir rendu service, elle est enthousiaste, flattée, et pour un peu, je pense que nous pourrions lui proposer de jouer la scéno ! Une dame plus âgée est heureuse qu’on lui présente des livres illustrés qu’elle n’irait pas choisir toute seule.

Aux collègues d’autres bibliothèques sceptiques sur l’intérêt d’1, 2, 3 albums pour les adultes, nous voulons dire que ces albums grand large touchent tous les publics : lecteurs d’essai, de romans du terroir, de séries, de BD, etc. Notre rôle est de faire découvrir des livres, des films, des musiques que le public ne trouvera pas toujours tout seul, à la différence des lectures très demandées, qu’il faut avoir, mais qui trouvent leur chemin toutes seules.

Nous nous devons d’éveiller la curiosité. A chacun de trouver les occasions. En plus du collège, de la maison des enfants, nous ferons des « lectures épicées » aux dames du club tricot–crochet qui ne lisent pas mais adorent qu’on leur lise des histoires !

On doit ce succès à la Bibliothèque départementale de l’Indre qui finance  ce voyage-lecture intergénérationnel et à Livralire qui nous fournit du cousu-main impeccable.

Véronique Lottaz,  bibliothécaire responsable de la bibliothèque municipale Eugène Hubert

Le calendrier d’un voyage-lecture en jumelage

cartes postales commentaire »

Mardi 16 janvier, nous avons, Annie Mangematin et moi, joué la scénographie à la maison des seniors de Chalon devant une classe de 6eme du collège Camille Chevalier et quelques seniors de la ville, les résidentes des foyers logements invitées ne nous ayant pas rejoints comme prévu.

L’alignement final (ses camarades tiennent les albums à bout de bras) intrigue un élève : «Quand est-ce que vous avez organisé ça ? ». Un autre s’étonne qu’il y ait 7 oiseaux et 8 livres. Chaque oiseau est alors posé sur l’album qui lui correspond, et l’on voit bien que les oiseaux de Théophraste ne sont pas encore rentrés de leur collecte de nouvelles du monde !

Des lectures partagées par petits groupes de deux ou trois suivent. Le seul monsieur présent (en dehors de l’enseignant) a invité un garçon à regarder avec lui les Robinsons de l’île Tromelin, fier de le guider dans cette histoire vraie qu’il connaissait déjà.
Une dame qui a découvert Nos plus grands rêves avec trois jeunes filles très attentives aux détails des illustrations dit, en partant : « Je ne côtoie pas de jeunes de 12 ans. C’est gai et intéressant votre façon de faire. Comptez sur moi au prochain atelier lecture! »

D’ici juin, nous aurons 3 autres rencontres intergénérationnelles, la dernière consacrée au vote, les deux précédentes centrées sur un album : Nos plus grands rêves et Bonnes nouvelles du monde.

En effet, Emmanuel, le professeur de lettres prévoit que ses élèves préparent pour les aînés un échange sur les rêves des uns et des autres (fin février), une revue de presse des bonnes nouvelles du monde (en avril). Entre temps, en classe, il lira et fera lire 5 albums en lien avec les thématiques au programme de 6ème : « Résister au plus fort » et « Récits d’aventure »Cours, Naya ou la messagère de la nuit, Les Robinsons de l’île Tromelin, L’Histoire extraordinaire d’Adam R. et L’Orchestre recyclé.

Pendant ce temps, un mardi sur deux, Annie et moi, nous lirons les albums aux seniors, en discuterons, présenterons des livres cousins et préparerons avec eux de quoi rebondir aux propositions et créations des collégiens.
Véronique M  Lombard


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes