Echo d’un premier voyage-lecture dans les albums à l’IME de Tournus.

1, 2, 3 albums a été pour moi l’occasion de faire travailler mes jeunes sur des sujets très divers, inattendus, mais passionnants, le tout de manière attrayante et en profondeur.

Nous avons fait de l’histoire, les métiers au Moyen-Age, la beauté et la symbolique des vitraux avec Claire, l’histoire de la Russie avec Kini, la Shoah avec Louise.
Nous avons fait de la géographie, avec la découverte de l’Asie centrale, de l’Europe, de l’Afrique, de villes du monde entier grâce aux portraits de JR.
Nous avons fait de la SVT avec Gloria, de la poésie avec Kathryn et son papa, de l’écoute musicale, de l’art visuel, de l’éducation civique, de la philo (les rêves, les non-dits…).
Nous avons même voyagé dans l’inconscient avec les princesses et le gabelot.
Nous avons aussi parlé d’actualité.

Inspirés par des albums, les jeunes ont dessiné. Ils ont écrit des haïkus et de la poésie.

  • Notre groupe façon JR
  • le vitrail de Lilya
  • Le vitrail de Romuald
  • Paysage de Lilya
  • Franck Sinatra par Jessy
  • Haïku de Lilya
  • Haïku de Jessy

 

Toutes ces découvertes ont permis à mon public d’adolescents de découvrir que l’on peut apprécier les livres souvent vus comme effrayants, ennuyeux ou même repoussants.

Ma mission au sein de l’IME étant d’externaliser des groupes en collège, le support des albums m’a été d’un grand secours pour cette année compliquée où les rencontres étaient proscrites.
Nous avons donc travaillé dans nos deux collèges en lien étroits avec les responsables des CDI et certains professeurs engagés avec nous (Tournus et Cuisery) et nous avons pu échanger régulièrement via des plateformes virtuelles sur nos avancées respectives.

Nous avons aussi pu malgré tout nous rencontrer pour les présentations et certaines lectures épicées. Nous allons d’ailleurs nous réunir pour voter ensemble.

Je dois donc dire que cette expérience a été pour moi et pour mes élèves d’une grande richesse.

Anne Laure Marquis, EPMS Tournus (71)

Présenter la lecture épicée du Barrage à douze grands seniors dont la vue a baissé et qui doivent respecter une distance sanitaire : un défi gaiement relevé. Pour ce faire, on a disposé les fauteuils sur deux rangs en quinconce et sur deux côtés pour une visibilité optimale, et :

– Utilisé des tasseaux de tailles différentes pour monter le barrage.

– Grossi les visuels à 300%.

– Planté le décor au sol avec du tissu de grand format : une nappe verte pour représenter la prairie avec un rebord pour symboliser la berge qui ne sera pas submergée, et une nappe bleue installée sur un manche à balai à dérouler pour figurer la mise en eau et la création du lac.

Nous avons géré cette présentation à deux voix avec changement de lectrice après le remplissage du barrage. L’une lit, l’autre installe, construit, manipule.

Nous avons passé un excellent moment dans le nord de l’Angleterre, avec en clôture de la musique locale pour danser ou frapper dans ses mains.

Nadette et Marie-Christine à Givry (71)

Les élèves du dispositif ULIS, leurs parents et moi, leur enseignante, nous nous régalons avec notre premier voyage-lecture 1, 2, 3 albums.

Pour mes élèves, la lecture et l’écriture sont des activités difficiles, et pourtant :

  • Ils emmènent volontiers les albums chez eux : un pack est réservé au prêt.
  • Ils apportent en classe des livres ou informations en lien avec la sélection.
  • Ils font le lien avec des œuvres qu’on avait partagées en septembre et octobre en imprégnation des thématiques de la sélection.
  • Ils espèrent me voir sortir un nouveau livre de mon cartable, dans une nouvelle boîte mystérieuse couverte d’indices.
  • Ils tirent des fils entre des éléments des albums qu’on matérialise au mur.
  • Ils écrivent des mots, des textes selon les consignes que je propose.
  • Ils oralisent des extraits de textes.
  • Ils enregistrent leurs productions d’écrits.
  • Ils remplissent leur carnet de voyage de fabrication maison.

Les familles consultent les albums et suivent notre exploration avec un padlet où sont répertoriés les vidéos Livralire, les productions des jeunes, les documents annexes (la construction d‘un barrage, d’une cathédrale, la migration des hirondelles, etc).

Le travail est enrichi par un partenariat avec Canopé et le centre d’art « Le Lait ».

A partir des éléments visuels que je lui ai fournis, la médiatrice nous propose une œuvre d’art par album.  Exemple : pour le vol groupé des hirondelles et les colonnes de migrants (dans Quelqu’un m’attend derrière la neige), elle a choisi le tableau de Gilles Aillaud : El Passeilo avec la farandole de toreros dans l’arène. (visuel de gauche ci-dessous à grossir d’un clic). Et les élèves de créer des défilés !

L’impatience et la curiosité des élèves montent au fil des jours.
A travers des livres et des tableaux, les élèves partagent des idées et des savoirs, des mots et des dessins. La salle de classe s’agrandit de jour en jour par ces trésors élaborés ou spontanés.

Virginie VAYSSE, Coordinatrice dispositif ULIS, Collège A. Bruant, ALBI (Tarn)

C’est avec un plaisir immense que nous avons pu réaliser et proposer la scénographie aux résidents de l’Ehpad de Semur-en-Brionnais dans la semaine du 5 au 10 avril.

Durement touchés par la crise sanitaire qui sévit depuis plus d’un an maintenant, les résidents, courageux et battants face à la maladie, mais aussi très patients car isolés en chambre pendant de longues semaines ont été très émus de se retrouver pour découvrir le cru des albums 2021. Beaucoup ont déjà participé à 1, 2, 3 albums, d’autres découvrent.

Après la présentation du projet, nous avons joué la scénographie en salle d’animation, devant un public nombreux et toujours aussi attentif, avec pour la 3e voix, notre cadre supérieure, enchantée de découvrir ce véritable projet d’animation. Les musiques sont des repères du passage d’un livre à l’autre. Certains tapent du pied, d’autres fredonnent. Ils trouvent le spectacle original et vivant. Le barrage et Si je reviens un jour retiennent leur attention.

Dans les jours qui ont suivi, un résident a frappé à la porte de mon bureau pour emprunter Le barrage. Il souhaite le feuilleter, le lire, l’explorer. Il a plein d’histoires de barrages à nous raconter, il pourrait faire une conférence. Rendez-vous est pris pour le jour de la lecture de l’album !

Nous, animateurs, sommes tellement heureux de pouvoir de nouveau créer l’échange et la communication au travers des livres.

Ce voyage est encore plus important que les précédents en cette période difficile où l’évasion « cognitive » est essentielle, voire indispensable.

Murielle Daumur, animatrice, Ehpad Semur-en- Brionnais (71) 

Dans une résidence de personnes âgées, comment promouvoir la lecture à voix haute des albums ?
Annoncer clairement sur le tableau d’affichage et dans l’ascenseur, un atelier-lecture, ou un rendez-vous-lecture parle aux personnes qui lisent encore ou qui ont lu du temps où leur vue était bonne ! Comment attirer d’autres participants, friands de temps en commun, mais que les mots livre ou lecture effraient ou n’intéressent pas ?

Dans ce foyer-logement, la directrice et l’animatrice-lecture bénévole ont, après plusieurs années de participation à 1, 2, 3 albums, retenu pour cette édition l’expression « Invitation à l’évasion… »

Dans le hall d’accueil, sur le tableau des activités et des évènements, est ainsi annoncé le temps hebdomadaire de lecture avec le visuel de l’album qui sera partagé (version sans titre) et une feuille d’inscription. « Si madame Petit a mis son nom, ça doit être bien », se dit monsieur Raoul qui s’annonce pour la prochaine séance.

Est-ce cette invitation à s’évader ou le fait que c’est la seule activité collective qui est organisée ces temps-ci, le succès est là, plus que les autres années, ou plutôt était là jusque fin mars avant que la covid en maraude n’oblige à tout suspendre. Espérons que la séance prévue le mardi 6 avril pourra avoir lieu le mardi 4 mai !

Suggestion :  On peut aussi utiliser, en plus des visuels détourés disponibles sur simple demande, les phrases-accroches créées par Livralire pour la fiche d’identité de chaque album sur le blog. Exemple pour le barrage : « La musique se joue du temps qui passe ».
VML

Attirés sans doute par une activité commune enfin autorisée, les résidents d’un foyer logement bourguignon sont nettement plus nombreux que l’an passé, à participer à l’atelier lecture animé chaque mardi matin par une bénévole et selon les séances, des jeunes retraitées ou la bibliothécaire de la ville.

Le voyage-lecture a démarré début mars, sans les CM2, qui liront de leur côté les albums avant une rencontre intergénérationnelle espérée, en plein air en juin.

Pour les ainés, pas de scénographie cette année mais, pour les deux premiers albums, le jeu des hypothèses à partir de la couverture détourée. Cela fait parler, éveille la curiosité et maintient l’attention des ainés pendant la lecture. L’analyse du visuel de couverture de Kini a particulièrement bien fonctionné. Le public a souligné l’ambiguïté du personnage qui n’a pas de poitrine, porte un chemisier à fleurs, fume (peut-être de la drogue ?) et a eu l’intuition qu’il ou elle avait traversé des déserts.

La lecture épicée des Rides les a fait participer, celle de Kini les a fascinés. Le groupe rit beaucoup –ça fait vraiment du bien-  échange volontiers au point d’oublier l’heure du déjeuner – ce qui n’était jamais arrivé ! Les dames s’arrachent l’album pour l’emprunter !

On se rend compte combien la régularité est importante : une lecture en appelle une autre.

La 3e séance, pleine d’entrain, a été consacrée uniquement au jeu des visuels, à l’issue duquel a été dévoilée l’affiche et ont été distribués les signets.

Sur mon conseil, pour satisfaire l’appétit de lecture et faire connaître aux nouveaux résidents le fonds d’albums (très riche après dix ans de participation au voyage-lecture), des albums cousins seront mis en lien avec les prochaines lectures épicées (qui, nous venons de l’apprendre, sont malheureusement suspendues  jusque mai ! On n’ose pas imaginer la déception des résidentes ! )

Exemples avec des albums de voyages-lecture précédents que l’on peut découvrir en cliquant sur le visuel de couverture.

Pour Quelqu’un m’attend derrière la neige, sur le thème de la rencontre et de la générosité : Philémon et Baucis (albums 14), Elle est où la ligne ? (albums 9), Le Bébé tombé du train (albums 6).

Pour Si je reviens un jour, sur le thème de la Shoah : Le dernier voyage (albums 11), Carton rouge (albums 10).

Pour Les souliers usés, des histoires de princes et princesses : La princesse au don perdu (albums 14), La princesse aux mille et une perles (albums 13), Le prince dragon (albums 10).

VML

 

Françoise, documentaliste du collège de Buzançais (36), découvrant le projet à la BDP de l’Indre fin janvier, en parle à un collègue de lettres. Ils prennent contact avec la bibliothèque de la commune, la sachant associée, depuis plusieurs années avec deux autres BM pour monter et animer 1, 2, 3 albums et donc à même de l’aider pour ce premier embarquement.

Un plan de voyage est sitôt établi :
– Quatre bibliothécaires de Villedieu-sur-Indre, Buzançais et Niherne viennent jouer la scénographie au collège à une classe de 6e.
– Elles reviendront pour une première lecture épicée, passant le relais à Françoise, la voyageuse novice enthousiaste.
– Le professeur de lettres, lui aussi conquis, va encourager les lectures individuelles et prévoit une création à partir de l‘album Les Rides qui l’inspire.
– Au final, la classe préparera une théâtralisation d’un ou des album(s) en utilisant et en valorisant les compétences de tous les élèves : dessins, techno, arts plastiques, lecture à voix haute, mise en scène.

Cette organisation coopérative et cordiale, où chacun a une place sans que ce soit trop lourd, pourrait inspirer ceux qui hésitent à partir dans l’aventure.