Echos  d’enseignantes, de bibliothécaires, d’éducatrices ou  d’animatrices qui ont mené tant bien que mal le projet, en virtuel et en présentiel, pendant et après le confinement du printemps 2020.

Les raisons de s’inscrire à nouveau à 1, 2, 3 albums et d’encourager des collègues à participer, tournent autour des points suivants :

Choix de livres
– La barre est haute : la sélection est valorisante, les thèmes forts.
– Les albums « grand large » trouvent ainsi un public qu’ils ont du mal à toucher en bibliothèque sans coup de projecteur.
– Les textes sont difficiles pour des publics apprenants mais les sujets fonctionnent très bien. Exemple : cet apprenti soudanais, incapable de déchiffrer le texte du voyage de Darwin, mais passionné par la lecture à voix haute offerte par sa tutrice semaine après semaine.
– Nous avons totale confiance dans la qualité des œuvres sélectionnées.

Animations
– On ne crache pas sur des animations bien ficelées et « clés en main ».
– Le fait de recevoir des animations toutes prêtes et de qualité nous fait gagner du temps et nous permet de nous consacrer au développement des compétences chez nos élèves.
– L’inventivité et les idées sans fin de Livralire sont une inspiration pour nous.

Lecture
– La période de confinement m’a confirmé qu’il est plus que nécessaire de relayer la lecture. Je repars plus motivée que jamais.
– Mes élèves de classe Ulis ont découvert le plaisir de lire.

Echanges
– A l’Ehpad, les ouvrages permettent vraiment d’organiser de beaux moments d’échanges autour des thématiques abordées.
– A la reprise en juin, la lecture des albums et les échanges sous forme d’atelier philo ont été un vrai rayon de soleil pour les élèves d’Ulis, très marginalisés au collège du fait des emplois du temps chamboulés.
– Grâce à 1,2,3 albums, j’ai pu utiliser de nouvelles ressources pour permettre aux résidents de s’exprimer, de créer des liens entre eux et de passer des moments heureux avec beaucoup de sourires malgré la période difficile du confinement.

Partenariat
– Ça permet à la bibliothèque d’engager des partenariats nouveaux et le plus souvent fructueux.
– Nous espérons donner la pleine mesure à cette animation, déclinable de bien des façons et auprès de publics divers.
– A partir du CDI, se forme une équipe intra-muros et à l’extérieur.

Solidarité
– Ce projet soude les élèves de ma classe.
– Ce projet est merveilleux pour créer du lien entre les générations.

Transmission
– Les élèves de la classe relais lisent pour  ceux d’UPE2A puis pour des CM2. Les a priori du début sont vite dissipés et la découverte des autres, des histoires et des valeurs est une source d’enrichissement.
– Les élèves, même les plus faibles, sont investis et valorisés quand ils jouent la scénographie à des camarades, à des professeurs ou à leurs parents.
– A L’Ehpad, le fait d’avoir intégré deux résidentes dans la scénographie a donné tout naturellement à la plus valide un rôle de passeuse d’album avec des lectures dans les chambres.

Continuité
– Nous avons planté une graine qui n’a pas eu le temps de germer, crise sanitaire oblige. Nous souhaiterions la voir enfin pousser ! Et puis, jamais 2 sans 3 !
– Quand on est fan, on est fan !

 Difficulté
– Comment motiver les professeurs qui restent en retrait alors que les matériaux fournis – livres et tutos – correspondent à nos objectifs pédagogiques ?

 

 

La sélection pour le prochain voyage-lecture, le 15e, est dans la continuité des précédentes avec :
un conte : Les souliers usés / De La Martinière (quand les filles s’émancipent)
un catalogue : Je n’ai jamais dit / Utopique (nos secrets bien gardés)
une biographie : Kini le monde à bras le corps / A pas de loups (la vie d’une aventurière suisse publié par une maison d’édition belge)
un doc artistique : Les dessins de Claire / L’ Elan vert-Canopé (Chartres – Moyen-âge – droit des filles)

Elle innove avec :
un petit format : Quelqu’un m’attend derrière la neige / Gallimard (solitude, hospitalité)
un album photo : Les rides / Phaidon (beauté – malice- clin d’œil au film Visages villages d’Agnès Varda)
une BD : Si je reviens un jour / Des ronds dans l’O (Paris 1944/2010 -histoire vraie à découvrir dans l’émission le cours de l’histoire et la courte vidéo France 24)

Elle est à nouveau transatlantique avec l’album québécois Le barrage dont le teaser reflète bien l’ambiance et le contenu.

Une grande ouverture sur le monde, des liens et activités intergénérationnels, des collaborations artistiques (musique, architecture, dessin) : une sélection pleine de promesses faite avec soin parmi 25 titres par Emmanuel, Catherine, Annie, Martine, Marie-Christine, Marie-France, Véronique G et moi-même.

Liste alphabétique, fiche commande et conditions d’embarquement sur simple demande à : asso[at]livralire.org

VML