Les animateurs de voyage embarqués pour la première fois en 2018 ont largement partagé leurs impressions et annoncé avec enthousiasme leur inscription pour la 13e édition. Forts d’une première expérience, certains prévoient déjà des améliorations dans leur organisation : gestion du temps, conditions du partenariat, utilisation des lectures épicées. Les autres sont restés discrets. Heureusement quelques uns ont pris le temps de partager, parfois avec leur public leurs impressions, leurs idées, leurs difficultés, leurs souhaits. Il en ressort que   :

1, 2, 3 albums, c’est la garantie de livres de qualité avec des titres
– qu’on n’aurait pas connus autrement ou pas osé acheter
– aux personnages inoubliables qui parlent au cœur
– dont certains peuvent être facilement rattachés au programme scolaire ou être adoptés par des collègues d’autres matières
– qui permettent d’aborder des sujets de société
– qui transmettent des valeurs fortes
– qui sont des occasions de débat et des tremplins à la création

1, 2, 3 albums, c’est une boîte à outils incroyablement fournie et sans laquelle on ne pourrait voyager aussi bien.  
La scéno, un pur bonheur, plus simple à réaliser que les autres années sauf pour un duo de bibliothécaires fatiguées par le montage et  le démontage  inévitable  de l’installation.
Les lectures épicées sont très utiles.  / Ça éclaire les textes longs ou difficiles.  / Quand on ne peut pas les préparer, on peut passer la vidéo à notre public. / Le public peut s’en emparer pour faire des lectures à d’autres. / C’est bien que toutes ne soient pas mises en scène, ça nous laisse une marge d’inventivité.

Ça demande du temps de préparation mais il est amorti puisque les animations sont destinées à des publics variés et peuvent être réutilisées facilement.

1, 2, 3 albums, c’est beaucoup de lectures
Ce projet a un effet multiplicateur : la lecture des uns entraînant celle des autres.
Grande place est faite à la lecture à  voix haute et collective. C’est mieux de faire une lecture animée en groupe que de lire seul. / Des élèves peu impliqués au départ ont voulu absolument lire à voix haute.
L’air de rien, ce sont des heures de lecture. / Des élèves participant à 1, 2, 3 albums ont senti leurs différentes capacités augmenter et cela leur a donné envie de lire plus.
J’ai appris qu’on peut lire une histoire différemment. / Les albums sont bien rangés dans ma mémoire. /  C’est une sacrée expérience. Avant je n’aimais pas la lecture et maintenant j’adore ça !

1, 2, 3 albums, c’est un foisonnement d’idées 
Participer à 1, 2, 3 albums décuple la créativité et donne des ailes pour :
– Lire et faire lire.
– Garder des traces : beaucoup ont adopté le principe d’un carnet de voyage, individuel ou collectif.
– Créer et interpréter

1, 2, 3 albums, ce sont des rencontres
Je me souviendrai de la rencontre avec les parents à qui nous avons joué la scéno. / Les ados bien abimés dans leur histoire personnelle et suivis par notre service de la justice attendent impatiemment la séance mensuelle à l’Ehpad. / J’ai compris qu’1, 2, 3 albums, c’était pas seulement  pour exercer notre  compréhension mais pour faire des rencontres et partager ses connaissances. /  Ce que j’ai préféré, ce sont les rencontres avec les vieilles dames.

1, 2, 3 albums, ce sont des émotions
Etre touché par une histoire.  Etre fier de lire devant les autres.  Surmonter sa peur. Etre ému d’être reconnu. Etre troublé par un souvenir.  Etre excité  de retrouver les autres. Etre découragé. Pleurer. Rire.  La joie de faire. Le plaisir de se sentir entouré.

1, 2, 3 albums, ce sont des surprises
C’était mon 4e voyage et le plus réussi. / J’ai croisé  dans la rue une élève  qui est venue me dire bonjour et nous avons papoté. Si nous n’avions pas eu les rencontres  1, 2, 3 albums, nous nous serions  au mieux seulement salué. / Les élèves se sont montrés enthousiastes et curieux. / Tous les enseignants sont partants pour l’année prochaine. / Des aînés ont offert une cagnotte à des élèves pour l’achat de livres.

 1, 2, 3 albums, ce sont des questions
Notre partenariat avec l’Ehpad n’a pas fonctionné. Comment faire ? / Comment attirer le grand public ? / Comment  convaincre les  profs et les animateurs d’Ehpad que ça répond  parfaitement à leurs objectifs ?  / Pourrait-on commencer plus tôt dans l’année ?

Conclusion : les impacts du voyage-lecture sont mesurables et encourageants.
Qui y goûte en redemande tant du côté des animateurs que des lecteurs. Comme le dit une dame en réinsertion à Annonay : J’aimerais que ça ne s’arrête jamais et qu’1, 2, 3 albums soit proposé à toutes les personnes isolées comme moi.

VML