Jeudi 17 MARS
Ils étaient 8 détenus à avoir répondu à l’appel pour la suite de nos rencontres 123 albums ; pour la plupart des lecteurs à la lecture fragile.

J’ai laissé « parler » et choisir les albums pour cette première reprise. Il a fallu commencer par « La Bestiole »  la plupart, adeptes du Coran, m’ont bien fait sourire intérieurement. Ils ont bien retrouvé d’où venait cette histoire et non pas trop insisté sur la culpabilité de la femme… heureusement pour moi qui était la seule représentante féminine.:

Ensuite, un volontaire nous a lu « Les chaussures » avec une certaine difficulté mais les autres ont été corrects et ont supporté les erreurs de lecture et le manque de liaisons. Certains ont vu dans ce livre, un peu l’histoire de toute vie, avec ses fuites, ses égarements et la possibilité de rebondir, avec l’aide de quelqu’un. C’était intéressant cette vision des choses, et ils s’expriment ce qui est très important .

Suite aux évènements japonais je leur ai expliqué la couverture de « La grande vague », et je leur ai lu. Dans ce livre également avec cet enfant venu de nulle part, ils ont bien discuté sur le sens de notre destinée.

Nous avons terminé par « « Au bout des rails », lu par un détenu, qui mettait bien le ton, et lisait fort bien, alors qu’au départ, il disait ne pas savoir lire. Ce Victor leur a bien plu, lui qui comme eux est sorti des rails… et qui cherchait l’amour.

Ces lectures différentes, au sujet sérieux, ont fait dire à l’un d’entre eux : « Finalement, ce ne sont pas des livres pour enfants …! »

Nous n’avons pas vu passer le temps et quand le surveillant est venu, nous nous sommes promis de nous retrouver pour d’autres aventures littéraires, ils sont partis en emportant leur carte de lecteur que je leur avais  donnée en début de séance .
Merci à eux .
Michèle COTE – Bibliothécaire bénévole