que celle des résidents de l’Hôtel-Dieu et des élèves de Sandrine Blanc, surtout que l’accueil dans une structure dite « fermée » n’était pas évidente (service psychiatrie et Alzheimer).
Les élèves avaient été préparés, mais quelques appréhensions subsistaient et c’est bien compréhensible. Ce sont des élèves d’une classe à rythme aménagé, et le professeur de Français a su leur donner une vraie confiance en eux. Ils ont fait une présentation de chaque livre, à 2, 3 ou 4 avec une diction parfaite et un grand investissement. Chacun a pris son rôle très au sérieux et il y a eu une belle attention des résidents malgré les nombreux handicaps. Un grand coup de chapeau aussi à la maman qui travaille dans cette unité et qui est finalement à l’origine du projet : Agnès Milcent, qui essaye d’amener des groupes à l’intérieur de cette unité « fermée » et qui elle-même a fait des formations d’animation dont elle nous a parlé.
Quel Courage et en plus, nous étions admiratives devant la disponibilité et la bienveillance du personnel .
Nous avons ensuite partagé un goûter préparé par quelques résidents et le personnel et les enfants ont su amener un verre ou un morceau de dessert aux personnes qui ne pouvaient pas se déplacer.
Martine – Bibliothécaire, Mâcon (71)