Mois de mars au collège Boris Vian à Talant … et comme chaque année, une semaine spéciale appelée la Semaine Autrement … une semaine où les élèves adoptent un emploi du temps sur mesure avec des activités culturelles.
Belle occasion à saisir  pour organiser des rencontres autour du projet 1 2 3 albums : deux matinées de rencontre avec quatre classes de 6e/CM2 et une après-midi avec des aînés.
Le CDI se transforme alors l’espace de deux matinées en véritable scène de théâtre – coulisses, musique d’ambiance, costumes et accessoires plus ou moins loufoques – tout y est pour accueillir les apprentis comédiens qui se sont préparés longuement auparavant à cet exercice pas toujours facile pour eux mais vraiment très motivant. Ainsi, deux classes se rencontrent, une de sixième, l’autre de CM2, et présentent tour à tour des courtes saynètes conçues en classe autour de cinq albums. On finit dans la joie autour d’un goûter, de la lecture d’un album et chaque classe repart avec les cinq albums présentés par l’autre classe. Les rencontres CM2/6e ont tenu leur promesse : les albums sont maintenant vivants et les jeunes n’ont qu’une envie : les ouvrir.
On se souviendra longtemps du vélo, des confettis lancés, de la partie de canne à pêche de M. Hulot, et des engins volants grandeur nature de Magnus Philodolphe Pépin !
Autre lieu … autre ambiance. Cette fois-ci, la classe de 6e1 prend le chemin vers la maison de retraite de Daix suivie d’une voiture pleine d’accessoires !
Les jeunes élèves, un peu tremblants et intimidés, enfilent leurs costumes, placent les accessoires … et attendent patiemment et très sagement que les résidents arrivent de leur temps de sieste. Les petites saynètes peuvent commencer … ils s’en sortent très bien, nous sommes fiers d’eux … seulement les résidents ont un peu de mal à entendre et nos jeunes ne les trouvent pas très « sages » ! Rires … L’atmosphère est très détendue et les aînés sont vraiment heureux de rencontrer ces adolescents plein de fraîcheur.
Et lorsque M. Melin, 102 ans ou plus, prend la parole pour raconter ses multiples voyages et les années de guerre … les yeux sont complètement rivés et les oreilles tout ouïes … C’est Mme Melin, également presque centenaire, qui fait taire son mari qui ne s’arrête jamais !
Un vrai moment de bonheur ! A la fin, Brandon nous demande s’il peut rester à la maison de retraite car il s’y sent vraiment bien. Deux autres garçons veulent revenir par eux-mêmes pour revoir M. Melin et parler encore avec lui.
Une sacrée organisation pour mettre en place la semaine avec les quelques 100 élèves … mais les « résultats » en valent vraiment la peine !
Sylvie Mérabti, documentaliste – Collège Boris Vian à Talant (21)