Au collège de Chagny (71), Les présentations des albums ont eu lieu avant les vacances de février et depuis les lectures vont bon train. Nombre d’élèves oblige, l’action se concentre sur les 6ème et les 5ème. Cela représente quand même environ 400 élèves.

Depuis, les livres circulent et les lectures vont bon train. Le plus souvent possible, on demande aux élèves ce qu’ils ont compris des histoires qu’ils ont lues. Les cartes des lecteurs restent en permanence au CDI dans une boîte. C’est une vraie pagaille à l’intérieur (j’ai renoncé à les classer) mais c’est un plaisir de voir encore les élèves fouiller pour poursuivre leur lecture à ce stade de l’opération. Leur intérêt se maintient malgré le temps qui passe.

Premières constatations :
– Pas toujours facile de comprendre les (vraies) histoires de l’art.
– Tous veulent savoir avec impatience pourquoi Marion est méchante alors qu’elle s’occupe si bien de Lali.
– La leçon que les élèves tirent de la leçon de pêche est parfois surprenante : il vaut mieux être paresseux. Il faut se mêler de ses affaires.
– Difficile pour eux de comprendre le côté magique et poétique des objets des Cinq poches.
Catfish fait doucement son chemin au gré des emprunts.
Sans papiers est intéressant pour les questions qu’il permet de poser ainsi que les réflexions qui sont lancées.
– L’encyclopédie de Marcel (La mémoire de l’éléphant) ne soulève pas l’enthousiasme. Beaucoup se contentent de son histoire, sans même regarder les parties plus « encyclopédiques » (Ah bon, parce qu’il faut les lire !)
Fabienne Bourjon, documentaliste