Après la lecture à trois voix de la leçon de pêche (narrateur, pêcheur, touriste), on demande aux jeunes de décrire le pêcheur et le touriste.

• le pêcheur se sent bien, il est libre, relax, détendu; sa vie pour lui, c’est le rêve, le bonheur, il pêche pour son plaisir, il est bien comme il est, il ne veut pas trop travailler, il veut profiter du soleil, de la mer, rester tranquille.
• le touriste fait la leçon au pêcheur pour lui expliquer comment devenir riche, il aime l’argent, le bling-bling, le pouvoir, diriger, avoir des biens.

Un élève intervient : C’est pas vraiment des biens ! Le touriste lui fait la leçon sur comment s’enrichir, mais le pêcheur ne s’y intéresse pas, il veut juste vivre sa vie normalement. Le touriste semble avoir une vie plus variée que le pêcheur qui se contente de son train-train, de sa routine.
La question est ensuite posée de savoir qui donne la leçon à l’autre. Les élèves sont unanimes : le touriste est complètement déboussolé à la fin, seul au milieu de la page. Il s’est fait mener en barque et mettre en boîte par le pêcheur, comme le suggère la page de couverture qui fait penser à une boîte de sardines.

La rencontre tourne en café-philo et on débat autour du bonheur et de ses ingrédients : les sorties, l’amusement, le soleil, la piscine, les écrans, du piquant dans la vie, la variété, le changement, le rire, l’amour, des amis, la joie, la musique, les souvenirs, la liberté, la détente, la famille, la folie, la culture, les souvenirs, l’imagination, le travail qu’on aime, un peu d’argent…

Un élève affirme : Le bonheur est dans notre coeur. Un autre : Le bonheur, c’est faire ce qu’on a envie, ce qui nous fait plaisir. L’argent ne fait pas le bonheur, dit Djibril. Mais il y contribue rudement ! rétorque Mathieu.
En clôture, les élèves partent à la recherche de proverbes sur le bonheur qui sont cachés dans la bibliothèque et dont chacun partagera la lecture et sa compréhension. On peut prolonger la lecture en faisant jouer la scène à une autre classe par un marin et un touriste volontaires.
Dominique Grob (Aigle)