Samedi 10 janvier, avec ma collègue Eveline, nous avons répété la scénographie  d’1, 2, 3 albums. Installation, détails à régler, maniement des cylindres… Nous étions surtout concentrées sur la technique, ayant relu le texte quelques jours avant. Puis nous sommes arrivées au dernier livre. Et là, le texte a pris une résonance particulière. Le titre Et si on redessinait le monde  aussi…

Quant à la musique ! Je ne suis pas une fan de Guy Béart, mais il faut avouer que sa chanson nous a pris au ventre. S’il nous fallait une preuve de plus que les livres et les histoires SONT la vie, nous l’avons, hélas.

Cette présentation, nous allons la vivre encore différemment des années précédentes. Nous allons partir, après le coup de blues de cette semaine, plus que jamais décidées à faire notre travail, notre part du colibri, comme le prône si joliment Pierre Rabhi.
Et nous avons aussi décidé de modifier le texte de cet album dans la scénographie (p.10), en remplaçant le pinceau par le crayon, triste symbole depuis quelques jours.

Si, avec ça, les jeunes ne réagissent pas !

Véronique Lottaz, BM Déols (36)