La magie du voyage opère au collège Robert Doisneau, à Chalon sur Saône.

Les objets cube et les objets colonne sont merveilleusement beaux et agréables à manipuler, beaucoup de nos élèves ont été très sensibles aux dessins subtils des cubes … La musique de la SNCF a eu un énorme succès aussi. Cette année, nous avons décidé de concentrer sur deux journées la présentation aux classes, marathonesque mais immensément gratifiant, ce qui nous a permis de mesurer aussi combien les groupes réagissent différemment aux livres, aux musiques, aux textes de présentation.

Et toujours la joie incroyable ensuite de la lecture à voix haute, Le casque d’Opapi, Les sœurs Koumba, Elle est où la ligne passent très bien. Un verre a été beaucoup réclamé, mais on sentait comme une petite déception à la lecture, donc on va se lancer dans la lecture épicée de cet album, histoire d’en faire sentir la finesse.

Autre satisfaction : des collègues, plus nombreux, qui sont venus voir en curieux et ont apprécié. Quelques îlots de résistance, très peu nombreux (mais audibles, quand même, on a l’oreille fine … ) : les élèves qui sont tellement en rejet de l’école et  de la « culture », verbalisent leur envie de ne rien lire, rien ne leur a plu. C’est balayé par la vague d’enthousiasme du groupe, et la relation très forte qui se crée pendant la scénographie, l’autorité impériale de qui sait avec certitude qu’il est bien au cœur de son métier. Ça nous conforte, Fatima et moi, dans l’idée que ces moments sont pour ces élèves une occasion de dire leur rejet, mais aussi de se dire que ça pourrait être bien aussi de se laisser aller à apprécier, quitte à risquer d’être ému … Bref, compliqué, exaltant, comme tout ce qui vaut la peine ! Encore merci à vous d’inventer ces voyages émouvants et intelligents !

Pauline Lagarde, professeur de lettres