mondecartid Les albums « grand-large » sont en prise directe avec la vie. Une fois un voyage terminé avec un groupe, ils peuvent revivre avec un autre.
Ainsi le mardi 17 novembre 2015, Dominique Grob a proposé à ses élèves de 8e (11-12 ans) d’Aigle (Suisse) des créations collectives à partir d’un album de la saison dernière Et si on redessinait le monde ?
Chaque groupe d’une dizaine de jeunes a réfléchi pour savoir ce qu’il ajouterait ou enlèverait au monde actuel pour l’améliorer. Puis sur la structure des poèmes de Daniel Picouly, ont été créés des poèmes. Exemples.

 Moi, si je pouvais redessiner le monde,
Je l’inventerais sans violences,
je le peindrais de couleurs vives.

Rien qu’en supprimant la tristesse du noir,
rien qu’en éliminant les armes,
en chassant la peur des villes
et la haine des kamikazes.

Bien sûr, on me hurlera
que les gens auront toujours peur,
du terrorisme et de sa noirceur,
que la soif de vengeance
ne tuera pas les différences,
que la violence est inévitable.

Pas moi.

Moi, si je pouvais redessiner le monde,
J’apaiserais l’angoisse et la souffrance.
Gardons espoir !

Ou encore
Moi, si je pouvais redessiner le monde,
Je l’imaginerais sans terrorisme,
je supprimerais la cruauté
Rien qu’en protégeant les innocents,
rien qu’en éliminant les criminels,
en interdisant les armes,
en distribuant de l’amour et de la joie.

Bien sûr, on s’écriera
qu’il y aura toujours des martyrs
prêts à mourir pour des idées,
que la malveillance se cache partout,
que l’on ferait mieux d’accepter le malheur
au lieu de penser au bonheur.

Pas moi.

Moi, si je pouvais redessiner le monde,
je répandrais la paix dans le monde.
Peace and love!