Le double. L’album qui dérange. Beaucoup le trouvent difficile et ne comprennent pas sa place dans la sélection. D’autres lui accordent de l’attention privilégiant un aspect de son contenu : critique sociale, conte fantastique, allégorie sur la folie.

Natalija Radisavljevic, documentaliste au lycée Bachelard à Paris, nous ouvre les yeux sur les illustrations. En effet, elle nous apprend que Claudia Palmarucci, la jeune artiste italienne, s’est inspirée de tableaux classiques et de photographies qu’elle a repris ou détournés.
Exemples :

Pour la couverture. Portrait de Buster Keaton, par Arthur Rice (1925)
keaton

Pour le portait de face et de profil au sortir de la baignoire (pages 32 et 33) : photographie policière de Vincenzo Peruggia (1913)
police2

Les têtes des travailleurs abrutis (page 46 et 47) : sosies des aliénés peints par Théodore Géricault en 1822

Le fou monomane du Commandement, 1822
 Le fou monomane du Commandement
La  folle monomane du Jeu

.On peut :
– Aller plus loin avec l’article sur le travail de Claudia Palmarucci
– Opérer avec les lecteurs d‘autres rapprochements d’images à partir :
…..– D’œuvres de Gnoli  (XXe) :
……….– Bestiaire moderne, avec l’armoire de la page de garde
……….– La femme sole, avec la page 26
……….– Sous la chaussure, avec la page 51

….– D’une gravure de Max Klinger : Le mythe de Sisyphe (1914) avec la page 11
….– D’un tableau de Goya : Le sommeil, avec la page  44
….– De l’affiche du film de Fellini, La cité des femmes, avec l’affiche page 42-43

– Lire aussi un article sur le blog L‘Ecritoire des muses
VML