350 établissements ont participé au 10e 1, 2, 3 albums qui s’est clos en juin. Dans chacun, un ou plusieurs adultes, bibliothécaires, enseignants, soignants, éducateurs animateurs ont mené le projet pour leur public et souvent en jumelage avec un groupe à l’extérieur.

Ceux des organisateurs qui ont partagé leurs impressions de voyage, les complétant parfois par celles de leurs lecteurs, disent qu’ils sont partants pour un nouveau voyage-lecture parce que ce projet permet à moindre frais de :
– lire et faire lire
– faire des découvertes
– échanger des impressions, des souvenirs, des envies
– se poser des questions
– sortir de ses lectures habituelles
– voyager de chez soi
–  (re)nouer avec la lecture
–  (re)découvrir la bibliothèque

Ils apprécient les outils fournis par Livralire :
– la scénographie réalisable par tous
– les lectures épicées qui peuvent stimuler ou remplacer la lecture individuelle ou l’éclairer quand le récit est complexe
– le blog qui permet de glaner des idées

Bien que balisé, le chemin peut être ardu quand les partenaires de voyage sont :
– frileux, rejetant les histoires qu’ils jugent sombres ou inadaptées à leur public auquel ils ne font pas confiance
– défaillants, laissant par exemple les jeunes lire seuls alors qu’ils ont besoin d’aide pour comprendre et interpréter leurs lectures
– peu investis dans le voyage, se contentant du lancement et du vote.

A nous de trouver des parades pour lever ces difficultés. Parce que, comme le dit une documentaliste qui juge son voyage raté, les profs n’ayant pas lu, les élèves pas compris les albums : bien sûr que je réinscris le collège car, par les temps qui courent, comment passer à côté d’1, 2, 3 albums qui permet de se poser pour lire, réfléchir et discuter ?
VML