Novembre 2008

En Saône et Loire

Le premier jour du mois est propice à l’écriture.
Jour férié : ni coup de fil, ni mail. Véronique relit les histoires, cherche un fil et une forme pour promouvoir les 10 albums, de façon surprenante, en une vingtaine de minutes. Cette année, ce seront des mots lancés comme ceux de « Jeux Etranges » et une présentation à la première personne comme dans « Mohamed Ali » et « Moi, Dieu Merci qui vis ici ».

A dix jours du lancement à Charnay les Macon, le trio s’active.

Marie France photographie les objets qui serviront de produits d’appel.

Véronique peaufine le texte de présentation des 10 albums.

 Catherine teste des instruments de musique qui ne requièrent pas de compétence particulière. Il nous faut choisir celui qui offrira une belle respiration entre chaque livre, différent du bol tibétain utilisé en 2008.

J-5 : Première répétition et mise au point de la musique.

J-1 : Deuxième répétition :

 

Véronique s’entraîne à faire onduler l’ocean dream.

 

Catherine et Marie-France s’efforcent de suivre les consignes du « chef d’orchestre ».

Puis chargement des voitures avec 2 escabeaux qui serviront d’étagères, 2 pupitres, des chaises pliantes, les sacs d’albums cadeaux pour les bibliothèques qui voyagent pour la première fois, nappes et gâteries pour le buffet. On nous demandera d’où viennent nos si bons gâteaux ! On espère n’avoir rien oublié!

Jour J à la BDSL : Samedi 15 novembre

Dès 8 heures, Christine et Aline, nos complices bibliothécaires, nous attendent. Elles ont sorti les tables de la salle de réunion, pris des chaises dans tous les bureaux, aménagé le hall d’accueil, préparé les piles d’albums prêtés aux collèges et installé le matériel informatique.


Catherine et Marie-France installent le décor de la scénographie.
 

 

A 9h, les candidats au voyage et les curieux arrivent. Petit café, remise de dossiers, émargement, fiches à remplir, présentation.

 

9h30, tout le monde est assis.

 

Véronique propose de vivre en raccourci un voyage. Cela permet d’expliquer le rôle de chaque étape et les multiples chemins empruntés par les uns ou les autres lors des éditions précédentes.

 

 

10h30, c’est le moment magique de la scénographie.

Catherine et Marie-France aux pupitres, Véronique à la musique, Aline et Christine aux voix et la magie opère! Tout le monde est attentif, et profite de l’instant.

Puis, des témoins racontent un peu de leur histoire de voyageurs, à la maison de retraite, au collège, dans l’atelier d’apprentissage du français. C’est fort, émouvant, drôle, incroyable. Ici, l’an dernier, les mamies ont partagé leurs premières fois avec les jeunes de Segpa du collège voisin (autour de « 27 premières » d’Audrey Calleja, Editions Atelier du poisson soluble) ; là, des adultes « apprenants » ont présenté des albums à une classe de CM2 ; ici, la secrétaire du collège a lu à midi des albums aux 6e en difficulté ; là, des adultes sans papier d’Europe centrale ont demandé à leur animatrice s’il existe les mêmes livres pour leurs jeunes enfants ! etc..

 

Marie France présente le blog.

 

 

Chacun finit de remplir sa fiche d’inscription.

Les documentalistes repartent avec leur pack prêté par la BDSL. Elles recevront au cours du mois de décembre un 2è pack prêté par le Conseil Général via Livralire.

On aurait pu partager le verre de l’amitié mais on avait oublié les jus de fruit!

à Lausanne

 

 

Dans les murs magiques de Bibliomedia,  ancien comptoir commercial pour céréales et alcools, lundi 17 et mardi 18 novembre, de 17h à 18h, répétition pour Véronique, Mathilde Berberat, responsable du projet à Bibliomedia  et Dominique, une enseignante cooptée pour l’occasion.

 

 Mercredi 19 novembre

 

Grand jour. Laurent Voisard, le directeur de Bibliomedia, accueille les participants aux côtés de Mathilde et Véronique.

 

Même protocole qu’en France : des témoins partagent les bonus et les malus de leur première expérience. Tant mieux s’il y a eu des difficultés. Ca permet de préciser deux conditions d’embarquement, gages de réussite : des livres et du temps. Sachant qu’en Suisse, les albums coutent 50% plus cher qu’en France, la question des acquisitions est cruciale ! Mais ce projet n’a aucun sens si les lecteurs n’ont pas à leur disposition les albums. Il ne s’agit pas de lire en une séance la sélection mais d’ouvrir l’appétit, d’encourager la lecture intime et de permettre des lectures croisées comme ce garçon qui dit a une fille : C’est nul  » Sans toi » de Galea (Editions du Rouergue). Et elle de rétorquer : « c’est génial ». Elle lui explique. Il n’avait pas vu tout ça !

 

 

Hélène raconte comment dans l’heure qui a suivi sa présentation à Blonay (Suisse) elle a trouvé une fleur sur sa porte. Les jeunes disaient la joie de la rencontre sur les pétales.

 

Toute l’équipe de Bibliomedia nous a rejoint pour la scénographie.

On se quitte heureux et plein d’énergie, dixit une rayonnante libraire de Fribourg qui voudrait lancer le projet dans sa boutique ! 

Véronique-Marie Lombard (Livralire)