bdslinscriptionlausanne
         Inscriptions à Charnay (71)                      Les futurs voyageurs à Lausanne (Suisse)

Charnay les Macon (71), le samedi 14 novembre et à Lausanne (Suisse) le mercredi 17, il a fallu d’abord déménager les tables. Heureusement celles de la BDSL sont sur roulettes, celles de Bibliomedia sont légères…. 60 chaises ici, 25 là-bas ! En 2006, 5 avaient suffi pour accueillir les invités. Cette semaine c’est à Précy sous Thil (21) que nous accueillerons les voyageurs des 3 autres départements bourguignons.
La toile de lecture se tisse donc lentement mais sûrement. Presque tous ceux qui ont goûté  au projet y reviennent, embarquant autant ou le double de voyageurs et développant des partenariats : par exemple Dominique Grob, professeur de lettres à Aigle (Suisse), partie l’an dernier avec un niveau embarque avec deux niveaux complets dans son collège et cette fois en lien actif avec la bibliothécaire de la ville.
Plusieurs maisons de retraite sont partantes pour l’aventure, avec pour certaines un jumelage avec des jeunes ou des bibliothèques. Une librairie suisse est très tentée de faire l’offre à ses clients adultes ! Leur expérience sera une richesse pour tous.

 Les témoignages (d’anciens voyageurs) qui émaillaient la présentation du lancement ont mis en avant :
–  l’importance d’associer les (futurs) lecteurs des albums à toutes les étapes y compris dans la présentation des livres par la musique-intermède  ou par la lecture. L’an passé, à la bibliothèque de Paray le Monial (71), des apprenants adultes ont dit ou lu de sorte qu’on ne savait plus « qui était qui » de l’enseignant ou de l’enseigné !  A la Chaux de Fonds (Suisse), ce sont des jeunes en difficulté qui ont promu les albums, organisé le vote, etc. (voir archives).
la défiance d’adultes vis-à-vis du support « album » considéré comme enfantin ! Pour lever ce frein il faut :
 – appâter : cette année par des « pourquoi », tirés du livre éponyme, disséminés sur les portes et murs des établissements
coopter d’office : au collège, l’enseignant donne une heure de cours pour présentation à sa classe.
–  contaminer : inviter des collègues de l’établissement ou du même secteur géographique, bibliothécaires, documentalistes, animateurs, à goûter la scénographie.
séduire les auditeurs par une présentation des albums, inventive et prenante. 
patienter : un enseignant de lettres récalcitrant (« ce n’est pas de la littérature »), à la troisième année, s’inquiète dès la rentrée de savoir si  le collège repart dans l’aventure qui fait lire et parler.
 l’impact sur la lecture intime. Qui dit album dit texte limité (ça fait moins peur !), texte illustré (ça aide à comprendre et à interpréter). Les atouts physiques donnent confiance, rassurent  (on pourra aller au bout)  et stimulent la pensée du lecteur.
la création de liens entre ceux qui partagent les mots des auteurs et leurs mots de lecteurs. Ces « mots qui disent que nous sommes semblables. Chacun. Chacune. Précieux. Uniques  » (Jeanne Benameur, Comme on respire, Thierry Magnier, petite poche).

Véronique Marie Lombard (Livralire)