Lundi 26 avril. Saint Rémy (71)
Huit garçons et filles de CM2 avec leur maîtresse retrouvent des ainés à la Résidence Aragon. Au programme : un échange autour des « deux soldats« . Leurs camarades sont déjà venus aussi en petit groupe pour échanger sur Pourquoi et Les moindres petites choses.  Cette fois, ils comptent rencontrer des hommes. Il y en a un ! Après lecture polyphonique et soldat3ptpartielle de l’album, ils posent des questions préparées à partir du livre et de recherches sur la guerre de 39-45.
Beaucoup  avaient leur âge : 10-11 ans, la plus vieille 19 ans.  La guerre  racontée par les ainés, c’est la gamelle à l’école ; les soirées aux bougies ; les alertes, le marché noir ;  le passage de prisonniers évadés en zone libre, Chalon étant zone de démarcation ; les messages cachés dans les guidons de vélo ; la peur de contrôle pour eux ou pour d’autres comme Monsieur Camille Chevalier qui passait tant de monde de l’ombre à la liberté. Une parisienne parle des cartes de rationnement, des alertes et refuge dans le métro. Une  ancienne villageoise avoue qu’en campagne, on ne souffrait pas de la faim.  
Moi-même dont les parents ont vécu directement les bombardements au Havre, et vu les camions pleins de juifs à  Rouen, je réalise combien la guerre était vécue et perçue différemment selon son lieu de résidence et son entourage.
soldat4ptDes pages d’enfance entière leur reviennent en mémoire. Les ainés seraient intarissables. Une fois les jeunes partis, le groupe du foyer-logement ne peut se disperser. Je reste un long moment avec eux.
– Discuter avec ces enfants,  ça nous fait du bien.
– Notre jeunesse remonte en surface.
– Faut il vraiment parler de l’atrocité de la guerre ? En quoi c’est une éducation à la paix ?  
Dans le brouhaha du bavardage des ainés, les jeunes très attentifs, n’ont peut être pas tout saisi. Ils vont continuer leur recherche en classe. Et les « vieux amis » leur partage de souvenirs. Le fil de paix se tisse.
Véronique-Marie Lombard

Nous avons rencontré les personnes âgées de la résidence Aragon pour la 3ème fois autour de l’album les 2 soldats.
Elles nous ont raconté leurs souvenirs de guerre, très intéressants, émouvants, nous avons appris beaucoup de choses. Nous n’avons pas posé toutes nos questions car ils avaient très envie de parler et de témoigner.
Les CM2

J’ai décidé d’aller à la maison de retraite tous les mardis soirs pour lire « Mao et Moi ». Ils sont d’accord.
Thomas Moine – CM2 à Henri Clement