J’enseigne le Français en CFA depuis 17 ans et mon objectif premier est de faire lire les apprentis. Cependant, je suis confrontée chaque année aux difficultés que rencontrent les élèves pour se concentrer sur un texte et en saisir l’essentiel. Ils n’aiment pas lire et pourtant ils aiment qu’on leur raconte des histoires.
Au début de ma carrière, j’ai commencé par travailler à partir d’extraits de littérature classique mais les jeunes n’accrochaient pas vraiment, ils s’ennuyaient, trouvaient que cela ne leur apportait rien, « qu’ils faisaient déjà ça au collège ». Alors j’ai opté pour des nouvelles plus contemporaines, sans grand succès.
Quand Cécile est arrivée dans l’établissement comme aide-documentaliste, elle m’a fait découvrir la littérature jeunesse que je connaissais très mal. Nous avons travaillé sur des recueils adaptés à notre public et j’ai réalisé qu’elle avait raison et que c’était ces textes-là qui parlaient à nos apprentis.
Puis, cette année, Cécile m’a proposé un voyage-lecture dans des albums. J’avais alors 2 classes de CAP et 8 classes de BAC PRO. Je trouvais l’idée intéressante mais j’étais toutefois dubitative car je craignais que les jeunes pensent qu’on les prenait pour des enfants et donc qu’on les sous-estimait. Cécile a réussi à me convaincre de conduire le projet avec les classes de CAP. De jours en jours je me suis investie davantage. A chaque lecture d’albums, je voyais les activités qui pouvaient être menées avec les jeunes : la diversité et la richesse des textes, le travail interdisciplinaire que cela pouvait engendrer. J’ai réalisé que c’était un projet génial alors que j’étais plutôt sceptique au début. Et bien sûr, les apprentis ont apprécié ! De plus, Cécile a mis en avant leurs productions en réalisant des accrochages au CDR et en diffusant leurs travaux sur le site du Campus.
J’avais une classe de 1ère BAC PRO très sympa à qui j’ai souhaité offrir ces moments de lecture partagée, car c’était un plaisir de lire ces albums avec les apprentis. Ils ont beaucoup aimé et n’ont jamais éprouvé ce sentiment d’infériorité que je redoutais. J’ai alors compris que ce projet pouvait également s’adapter aux classes de BAC PRO.
Finalement, avant d’entamer ce projet avec les élèves, j’ai eu peur qu’ils se sentent dévalorisés mais, grâce à ces albums riches et variés, nous avons réussi à leur faire découvrir une autre manière de lire et ils se sont sentis, au contraire, très valorisés car on leur a proposé quelque chose de différent, de nouveau. Une partie d’entre eux a réalisé qu’on leur offrait « un cadeau ».
J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à mener ce projet. Il m’a permis de partager des moments importants avec certains jeunes mais aussi de travailler différemment, de modifier mes pratiques pédagogiques et d’innover.
Merci Cécile et merci Livralire !
Claire SANTACRU, enseignante de Français au Campus des Métiers et de l’entreprise à Bobigny