paul16Mardi 10 novembre 2015. Bibliothèque Départementale de l’Indre. Maryse Causse-Guimbard,  directrice et son adjointe Solange Chavegrand accueillent 38 personnes (+100% par rapport à l’an dernier). La scénographie est jouée avec Pauline Lacot, responsable jeunesse et correspondante du projet pour le département. En fin de matinée, émouvants retours des personnes venues juste pour voir :  » Quelle belle matinée ». « J’ai découvert un petit trésor ».  » Y a pu qu’à « .

Echos de voyageurs :

Jouer les histoires
Au collège Saint Benoît du Sault, le projet a été rattaché à un club théâtre. Six élèves, dont quatre lecteurs frileux, ont mis en scène leurs albums préférés. Ils les ont présentés aux CM2 en journée d’intégration et à d’autres élèves de l’établissement, faisant naître chez eux et chez les spectateurs un réel désir de lecture.  

Lire et créer
A la maison des enfants de Déols, déjà 4 années de voyage-lecture.  Les animatrices sont de plus en plus investies. Après lecture de tous les titres, un ou deux albums deviennent des livres phare : support de création théâtrale (Les soeurs Komba en 2015), ou plastique (construction de maisons en matériel de récupération à partir d’un Toit pour moi en 2015).  Même si les collègues restent encore trop en retrait, l’esprit de création est reconnu désormais. Il y a un temps réservé chaque semaine à la création plastique et une intervenante en « improvisation » a été embauchée. De quoi vivre, prolonger et délirer avec quelques histoires de la nouvelle sélection.

Décollage difficile
Les bibliothécaires de Villedieu et Niherne confient avec franchise qu’1, 2, 3 albums est un plus pour elles et pour le club de lecture mais que le projet pourrait rayonner davantage. Utilisation des lectures épicées, agenda plus resserré, implication des lecteurs, autant de pistes pour progresser.

pullbottesJeu-concours :
C’est Magali Chabenat de la bibliothèque d’Ardentes qui a trouvé la réponse la plus proche.

VML