Dans l’album La belle vie, il y a un homme en kilt, un cottage, du thé et une scène à Central Park. Ces clins d’œil aux pays anglo-saxons me donnent tout naturellement l’idée d’associer le professeur d’anglais du lycée à la lecture de l’album avec des élèves de CAP.

Sur une heure de cours d’anglais, nous avons :
image dico– fait la lecture théâtralisée de l’album telle que Livralire nous l’a proposée.
– distribué à chaque élève la grille des 5 occasions de déclarer que la vie est belle. Quand je mange… j’ai … je fais … je vois … j’entends …
– partagé les propositions.
demandé à chaque élève de traduire, avec l’aide du dictionnaire, une de ses propositions en anglais. Exemples : Life is beautiful when I feel free ; when my parents are together ; when I eat fresh and natural food; when I’m listening to music.
– fait dire à haute voix les phrases en anglais.

Nous en retiendrons que :
notre crainte de nous faire huer était vaine : cet album n’est pas « bébé ». L’écoute est attentive et les pétales (d’impression) majoritairement jaunes.
– les jeunes ont spontanément rempli le tableau.
l’échange fut un beau moment, emprunt même d’émotion quand un gros dur avoue : « Pour moi la vie est belle, quand ma mère me dit je t’aime ».
– leurs notions d’anglais sont très limitées, la traduction est un exercice difficile.
– il nous faudrait prolonger le débat sur les définitions du bonheur.

oumenelavie2On peut retrouver le trio enfant-adulte-lapin dans 2 albums antérieurs qui parlent aussi de la vie : Une vie exemplaire ( à trouver en bibliothèque car épuisé) et Où mène la vie ? (Hélium).
Cécile Bayer, CDI lycée Bachelard (75013)