De notre première participation à 1, 2, 3 albums avec quatre classes du lycée Jeanne d’Arc, à Gex-Cessy dans l’Ain, en association étroite avec deux professeurs de lettres, nous retenons que chaque étape du projet aura permis aux élèves de développer des compétences.

Imagination : Nous présentons la scénographie avec les professeurs. Les élèves adhèrent.

Participation, Autonomie : Les lectures épicées offrent plein de possibilités. Les élèves de la classe de 2de transport, viennent en demi-groupe au CDI, lire à plusieurs voix les albums Le prince dragon et Carton rouge, et individuellement,  à voix haute, une histoire de leur choix des Petites histoires du monde. Les jeunes profitent des conseils de lecture de Souleymane Mbodj auteur, conteur et musicien sur Youtube. Ils comprennent l’enjeu de la lecture (compréhension, imagination) et de la lecture à haute voix (expression et communication), utiles pour leur parcours scolaire, professionnel et citoyen.

Argumentation : Après un travail de réflexion sur la première de couverture et une lecture, chaque élève présente l’album de son choix, à la classe, avec leur professeur de français. Cette présentation devant la classe est argumentée.

Analyse : Le vote de la classe des 23 élèves de 2de Transport a entraîné beaucoup de discussions, sur le thème « des goûts et des couleurs » au programme de français. Plusieurs classements ont donc été proposés :
– La couverture la plus attirante : Le prince dragon
– La couverture la plus étrange : Le double
– L’intrigue la plus intéressante : Carton rouge
– L’album le plus émouvant : Carton rouge
– Les illustrations les plus riches : A Paris
– L’album le plus original : Le prince dragon

Partage : Chloé, Amza, Fouad, Mathys, Ilias, Ilyes, Paul-Henri, Yazid, Francis et Baptiste sont volontaires et font part de leurs impressions de lecture à propos de leur album préféré, à la classe de 2de Gestion-Administration.

Conclusion : Pour les élèves, c’est une façon différente de travailler, un changement de regard sur le genre « album », une occasion de s’investir. Pour les adultes, c’est bousculant : ça a changé en positif l’idée qu’ils avaient sur le rapport des jeunes à la lecture.  Vivement l’année prochaine  qu’on recommence !

 Marie-Yves et Nicolas, professeurs-documentalistes