Un bateau, pas une pirogue !

Les Robinsons de l'île Tromelin commentaire »

Dans la scénographie de mise en bouche des albums, on présente les personnages principaux (reprographies autorisées par les éditeurs) et des objets importants pour le récit (photos noir & blanc tirées par Marie-Anne Wettstein).

Comme elle visionnait le film de la scéno, Alexandrine Civard-Racinais, auteur des Robinsons de L’île Tromelin a noté une anomalie dont elle nous a fait part :

Les fotsy, les blancs, rescapés du naufrage de l’Utile ont construit un véritable bateau miniature et non un radeau ou une pirogue. Le terme « grande pirogue des blancs » employée par Tsimiavo relève d’un langage imagé. Enfant malgache, elle n’a pas de mots techniques pour parler d’un tel moyen de transport et utilise par défaut le mot Sambo, pirogue en usage à Madagascar.

Conclusion : la photo de pirogue qu’on a choisie ne convient pas. Un bateau à voile comme celui de la photo ci-contre aurait fait l’affaire. C’est évident quand on relit le texte. « Les audacieux nageaient jusque l’épave et récupéraient des morceaux de planches, de mats ou de toile. Les femmes confectionnaient les voiles. Ils ont même construit une forge pour façonner des pièces en fer. »

Nous les terriens, on a appris quelque chose et c’est tant mieux. Et qui sait ? Peut-être les échanges autour de cet album-documentaire porteront sur la navigation d’hier et d’aujourd’hui, notamment dans les groupes de voyageurs du collège de l’île de Mooréa en Polynésie ou de la bibliothèque de Capbreton !
VML

Carte d’identité  » Les Robinsons de l’île Tromelin »

Les Robinsons de l'île Tromelin commentaire »


Titre : Les Robinsons de l’île Tromelin
Auteur : CIVARD-RACINAIS Alexandrine
Illustrateur : BUREAU Aline
Editeur : Belin jeunesse © 2016

Le 1er août 1761, l’Utile, un navire de commerce français avec 160 esclaves dans ses cales, fait naufrage dans l’Océan Indien. Les rescapés échouent sur un îlot de sable.  Un mois plus tard, l’équipage blanc prend le large sur une embarcation de fortune, abandonnant les esclaves malgaches. Comment survivre sur cet îlot désertique ?
La jeune Tsimiavo raconte les quinze années de ces oubliés du bout du monde.


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes