Au collège de Pont de Vaux dans l’Ain, Delphine NAUCHE, professeur de français, voyageuse fidèle et investie, repère chaque début de saison les albums à potentiel collaboratif. Aujourd’hui, elle partage la démarche et le résultat du travail interdisciplinaire autour des Rides, dans une mise en page inspirée de l’original, sur fond bleu ou jaune selon la sixième d’appartenance des futurs seniors.

Vincent Aupoil, professeur d’histoire-géographie, a fait travailler les élèves sur les différentes villes de l’album et les vestiges du passé que l’on trouve dans ces villes. Les élèves ont fait des recherches sur internet et savaient par la suite reconnaître les villes grâce aux monuments et bâtiments.

En français, sur les heures de groupe, nous sommes allés au CDI où j’ai été épaulée par ma collègue documentaliste, Nathalie Blanc. Nous avons fait la lecture épicée sur l’album après avoir replacé sur un planisphère les villes étudiées en histoire-géo.

Puis j’ai lancé le sujet d’imitation : « imagine et rédige la belle vie de ton alter ego vieillissant ». Les élèves ont trouvé facilement l’inspiration et ont pour la plupart imaginé vivre ou voyager à travers le monde. Je pense que c’est à cause / grâce au travail de mon collègue de géographie qui leur a fait voir ce qu’il y avait au-delà de Pont de Vaux !

En arts plastiques, Stéphane Boulet-Burgan a fait travailler la matière aux élèves puis il a photographié leur production qu’il a appliquée comme un filtre sur leur visage.

A Jassans-Riottier dans l’Ain, 1 ,2, 3 albums a été adopté par la bibliothèque depuis plusieurs années. Le collège, la maison de retraite et l’Ephad en ont déjà profité.

Pour l’édition 2021, une classe primaire était partante. Comme c’était difficile d’envisager un jumelage avec des ainés en résidence à cause des contraintes sanitaires, Jennifer, la bibliothécaire, a fait l’offre au centre social. Cindy, l’animatrice, enthousiaste, en a parlé à des personnes de la ville, inscrites à des ateliers divers (couture, photo, jardin partagé, etc.).

Un groupe de 5 femmes et un monsieur auxquels se sont jointes deux bénévoles de la BM s’est constitué. Avec Cindy et Jennifer, ils ont préparé et joué la scénographie aux élèves. Un jeu de livres était à leur disposition à la bibliothèque, l’autre partant dans la classe.

L’album Les rides les a réunis. Les ainés et les enfants ont été photographiés par un spécialiste, Marc Féréol, bénévole au centre culturel. En deux séances à la bibliothèque, les élèves répartis en petits groupes, ont interrogé un senior sur sa vie puis rédigé sa biographie.

A l’occasion du vote, les voyageurs-lecteurs ont découvert les portraits grand format exposés 15 jours au centre culturel de Jassans puis encore 15 jours à la médiathèque Simone Veil.

Les contraintes sanitaires nous obligent à innover. Les CM2 n’ont pas pu goûter les deux lectures épicées qu’on avait programmées en séance intergénérationnelle à la résidence des 7 fontaines. On a été les faire dans leur classe.

En attendant l’unique rencontre prévue à la mi-juin, avec le vote en clôture du voyage-lecture, j’ai proposé aux vieilles dames de partager des souvenirs positifs, à la manière des octogénaires des Rides.

Pour ce faire, je suis allée recueillir oralement et individuellement des bribes de leur vie : âge, lieux de vie, métier, famille, centre d’intérêt.

J’ai rédigé et imprimé les confidences, puis les ai collées sur des fonds rouges. J’ai inséré les textes dans des pochettes plastiques, derrière les portraits, tirés par une photographe professionnelle l’an passé.

Je suis allée dans la classe, avec une notice explicative, distribuer les autoportraits à des binômes d’élève. Le jour du vote, ils pourront, dans un face à face intimiste, partager une impression ou poser une question à leur « associée de lecture ». Ils découvriront l’école non mixte, le bal itinérant, le  métier de garde barrière, la passion de Gigi pour la pétanque ou de Simone pour les voyages, etc.

Marie-Christine- Givry  (71)

Des jeunes albigeois du collège Aristide Bruant nous le rappellent. Comme les rides sur nos visages, les écorces sont les indicateurs du temps qui passe pour les arbres dont certains sont champions de longévité.

En plus du montage collectif ci-dessous de leurs textes lus par leur professeure Virginie Vaysse, chacun a illustré et mis en voix le portrait de son arbre.

Enseignante en Segpa, j’ai été entrainée dans 1, 2, 3 albums l’année dernière par notre conseillère pédagogique. Confiante et intéressée, j’ai embarqué cette année 16 élèves de 5e Segpa du collège Louis Pasteur à Graulhet dans le Tarn.

J’ai commencé par Les Rides.  Après la lecture collective, j’ai demandé aux élèves de repérer les différentes émotions puis de chercher une personne de leur entourage, ridée, qui  accepterait d’être prise en photo en faisant une grimace, en riant, en exprimant un secret ou simplement au naturel.


La plupart des grands-parents vivant au loin, seule une jeune fille a tiré le portrait de sa grand-mère. Alors, j’ai proposé aux élèves de chercher sur internet un visage qui illustrerait une des  trois expressions (ou non) et de lui inventer un autoportrait à la manière de ceux donnés dans l’album, avec une ville et un pays, un métier, une situation familiale. L’ensemble forme quatre panneaux.
Marion BASTIE, collège Louis Pasteur – Graulhet (81)

 

Suggestion Livralire : pour un rendu global qui valoriserait davantage les productions, donner au départ aux élèves un modèle de fiche où coller la photo et écrire le texte. Puis organiser un agencement « artistique » sur le tableau avant collage.

L’expérience virtuelle de vieillissement des visages racontée sur ce blog, a donné une idée inverse à Sylvie Merabti, documentaliste au collège de Talant.

Les seniors qui dans la ville de Talant et via la bibliothèque, ont lu individuellement les albums sans pour l’instant rencontrer les collégiens n’ont pas toujours eu des rides.

Et si on leur demandait deux photos, une récente avec leur visage marqué, une de leur jeunesse à la peau douce ?

Sylvie Guyot à la bibliothèque se chargera de scanner ou tirer les portraits qui seront exposés au collège.

En juin, les élèves voyageurs découvriront les visages des partenaires de lecture en appariant les portraits ridés et ceux d’avant les rides !

VML

 

Les élèves de la classe UPE2A (Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants) du lycée Valéry Larbaud (Allier) ont rédigé, à la manière du photographe JR, leur portrait  illustré d’une image de leur choix.

Ainsi, les jeunes migrants  se sont fait connaître au sein de leur établissement et ont fait découvrir leur pays d’origine à leurs camarades, grâce à la carte planisphère affichée à côté de leur portrait au CDI. Cette activité pédagogique a valorisé les parcours de vie authentiques, parfois douloureux et toujours émouvants de ces jeunes allophones.

Par ailleurs, grâce à cet exercice alliant création et rédaction, chaque élève a pu travailler le lexique et la syntaxe de leur nouvelle  langue d’apprentissage.

Vous pouvez découvrir leur portrait en parcourant la carte interactive : Portraits UPEA

Prochainement, les élèves de l’UPE2A  partageront une lecture scénarisée de l’album Si je reviens un jour, (album plébiscité par nos  jeunes migrants, passionnés par l’Histoire) avec leurs camarades de la classe de 3ème Prépa Métiers dont est inscrit au programme l’étude de cette tragique période historique.

Odile, professeur de français langue étrangère et Marie-Hélène, professeur documentaliste
Lycée V. Larbaud, 03306 Cusset