L’album Les rides de JR a été le point de départ d’une correspondance tissée entre les résidents de l’Ehpad des Peupliers à Bourg-en-Bresse et la classe de 3e du collège de la Plaine de l’Ain à Leyment (01)

Premier échange : le temps de la jeunesse
Les collégiens, sans destinataire attribué, font leur autoportrait avec une illustration, un dessin ou une photo, et confient comment ils imaginent leur vie future : rêves, peurs, espoirs.
Dans le même temps, les ainés retrouvent une photo de leur jeunesse et partagent leurs souvenirs.

Les courriers sont échangés, et les élèves, émus, découvrent qui a lu leur lettre et comment on vivait, à leur âge, en pleine seconde guerre mondiale.

Deuxième échange : le temps de la vieillesse
Les collégiens se projettent dans le futur. Quel visage auront-ils au soir de leur vie ? Que racontera-t-il des épreuves traversées ?

Les résidents, pris en photo par Marie-Line, leur animatrice, écrivent sur leur vie et parlent de leur quotidien dans la résidence.

Les élèves attendent avec impatience cette deuxième lettre. Ils se souviennent parfaitement du premier portrait de jeunesse qu’ils ont reçu. Ils répondent, trouvent des points communs avec leurs aînés ! « Nous ne sommes pas les meilleurs mais nous ne nous laisserons jamais manipuler ou offenser. Nous partageons ça avec vous. »

Les ainés se réunissent pour découvrir les portraits imaginaires des élèves dans quelques années à partir de leurs têtes actuelles. Leurs visages se dérident, rayonnent de joie et d’émotion à la lecture des petits mots des jeunes.

Quel pied de nez au virus que ce projet mené à bout et quelle expérience ! On ne serait sans doute pas allé si loin face à face.
Comme le dit Jacqueline : « Nous ne nous sommes pas rencontrés, mais nous avons l’impression de nous connaître. »
Les rencontres sont parfois plus belles encore par l’écriture…

Emilie Nallet associée à Marie-Line Dumange et Jessica Mota

A Jassans-Riottier dans l’Ain, 1 ,2, 3 albums a été adopté par la bibliothèque depuis plusieurs années. Le collège, la maison de retraite et l’Ephad en ont déjà profité.

Pour l’édition 2021, une classe primaire était partante. Comme c’était difficile d’envisager un jumelage avec des ainés en résidence à cause des contraintes sanitaires, Jennifer, la bibliothécaire, a fait l’offre au centre social. Cindy, l’animatrice, enthousiaste, en a parlé à des personnes de la ville, inscrites à des ateliers divers (couture, photo, jardin partagé, etc.).

Un groupe de 5 femmes et un monsieur auxquels se sont jointes deux bénévoles de la BM s’est constitué. Avec Cindy et Jennifer, ils ont préparé et joué la scénographie aux élèves. Un jeu de livres était à leur disposition à la bibliothèque, l’autre partant dans la classe.

L’album Les rides les a réunis. Les ainés et les enfants ont été photographiés par un spécialiste, Marc Féréol, bénévole au centre culturel. En deux séances à la bibliothèque, les élèves répartis en petits groupes, ont interrogé un senior sur sa vie puis rédigé sa biographie.

A l’occasion du vote, les voyageurs-lecteurs ont découvert les portraits grand format exposés 15 jours au centre culturel de Jassans puis encore 15 jours à la médiathèque Simone Veil.

L’expérience virtuelle de vieillissement des visages racontée sur ce blog, a donné une idée inverse à Sylvie Merabti, documentaliste au collège de Talant.

Les seniors qui dans la ville de Talant et via la bibliothèque, ont lu individuellement les albums sans pour l’instant rencontrer les collégiens n’ont pas toujours eu des rides.

Et si on leur demandait deux photos, une récente avec leur visage marqué, une de leur jeunesse à la peau douce ?

Sylvie Guyot à la bibliothèque se chargera de scanner ou tirer les portraits qui seront exposés au collège.

En juin, les élèves voyageurs découvriront les visages des partenaires de lecture en appariant les portraits ridés et ceux d’avant les rides !

VML

 

Trois étudiantes en BTS Anabiotec 2e année au Lycée La Brosse à Venoy (Yonne) ont, dans le cadre de leur Projet d’Initiative et de Communication, ont lancé un échange intergénérationnel sur la base d’1, 2, 3 albums entre une classe primaire de Saint-Bris-Le-Vineux et les ainés de Perrigny.

Compte tenu des circonstances, tout se fera par la correspondance.
Les étudiantes ont dans un premier temps veillé à ce que les deux groupes fassent connaissance.
Elles ont photographié et interviewé des résidents de l’Ehpad puis transmis aux élèves, sous forme de fiche individuelle, leur photo accompagnée d’un petit texte avec leur âge, leurs passe-temps, leur ancien métier, etc.

Les jeunes, en binôme, ont écrit une carte postale à une personne de leur choix, se présentant, rebondissant parfois sur son portrait (cette dame aime coudre comme moi) et lui confiant un petit secret (faire les mots croisés de son grand père sans qu’il le sache).

Le passage par l’écrit a obligé chacun à se mettre un peu à nu et de fait à  créer un climat de connivence immédiat et fécond, en vue des prochains échanges sur les lectures.

VML d’après un article de Damien Robine, France Bleu Auxerre.

Juste avant le confinement, Yohann Hébert, potier de métier, a animé à l’Ehpad La Source de Mondeville, un atelier à 4 mains entre voyageurs de la résidence et élèves-voyageurs de l’école des Tilleuls. Ensemble, ils ont modelé des tortues, inspirées de celles trouvées par Darwin, que les aînés ont eu le temps de peindre pendant l’isolement forcé.
Arnaud Le Goff, médiathèque Quai des mondes, Mondeville (14)

Après les échanges épistolaires du début du confinement et, comme souhaité,  les liens intergénérationnels se sont maintenus entre les voyageurs de St Marcel (Saône et Loire).
Félicitations aux 13 collégiens de 4e  qui ont répondu à la proposition de leur professeur de lettres
de jouer avec les couvertures.
Leurs créations, pleines d’idées pour certaines, ont été transmises aux résidentes de la Maison de L’Amandier qui vont voter chacune pour leur composition préférée.
Cliquer au centre pour agrandir les visuels.
Manque une proposition pour Le voyage de Darwin.  Qui essayera, recevra un livre en cadeau.