En plus de la présentation des albums à mes deux classes de 6e, nous avons animé, la documentaliste et moi, à la pause méridienne, une séance ouverte à tous les élèves du collège intéressés et aux membres du personnel disponibles.

Le prélude a beaucoup plu !

A la question, quel album aimeriez-vous lire de suite ?  Le Berger et l’assassin a été le plus cité !

Le projet donne des envies. Une collègue d’anglais présente, qui avait assisté l’an passé à une lecture épicée faite par ses élèves, envisage cette année de faire lire à voix haute un album en anglais à ses élèves.

Delphine NAUCHE, professeur de lettres, collège de Pont de Vaux (01)

Pour lire en groupe, Livralire crée pour chaque album, une lecture dite « épicée », c’est-à-dire une lecture à voix haute, intégrale ou aménagée (partielle ou/et découpée), brute ou mise en scène, dynamique et coopérative (plusieurs voix possibles), inspirée par des éléments visuels ou narratifs qu’elle souligne ou éclaire.

Les lectures épicées aident à la compréhension, apportent du piquant, donnent une place active aux auditeurs, cadencent les rencontres, varient les séances.

C’est un tremplin pour la lecture individuelle intégrale ou ça la remplace pour ceux qui n’ont pas les compétences nécessaires, l’album papier étant à portée de main des auditeurs.

C’est une trame dont peuvent s’emparer les lecteurs pour passer l’histoire à d’autres, comme narrateurs principaux ou voix secondaires.  « Chaque classe engagée  (6e et CM2) est responsable d’une lecture épicée ». « Notre classe Ulis prépare une lecture épicée pour les parents, une pour une autre classe ».  « Les ainés en préparent une, les jeunes une autre ».

C’est un produit durable. «Pas une semaine au CDI où je ne ressorte une lecture épicée  des années précédentes et l’album qui lui correspond pour étayer une thématique travaillée par un prof ou pour un accueil de classe ».

C’est un moyen de faire connaître le projet et de faire tomber les a priori sur les albums.

Pour la 17e édition, Livralire fournit aux participants les canevas et les visuels qui permettront :
– des lectures de type interviews pour Regarder les mouches voler.
– des lectures de type kamishibaï pour Il court, Nicky & Vera, Hohusai et le Fujisan.
– des lectures théâtralisée pour Le printemps d’Aubaka, Le berger et l’assassin.
une lecture interprétative pour L’Expédition.
– u
ne lecture – jeu pour Il était une forme.

Nota bene : Les lectures épicées des titres en bleu ont été filmées et seront mises en ligne sur le blog.

 

Suite à des demandes par mail, je tiens à préciser à tous que :
1/ Les couvertures des livres, à tirer en A3 pour le prélude, ont volontairement été mises au même format, le public découvrant au final les albums à leur taille réelle.

2/ Les visuels de la lecture épicée du Berger et de l’assassin ne sont pas fournis par Livralire. Il faut partir de l’album.

3/ Pour palier la longueur du récit, une version feuilleton du Berger et l’assassin,annoncée lors des lancements, sera disponible fin janvier sur le drive.

VML

3 janvier : première animation 2023 pour les habituées de l’atelier lecture hebdomadaire du foyer logement des Sept Fontaines à Givry (71). Surprise ! Marie Christine leur animatrice habituelle et présidente de Livralire qui va les embarquer dans 1.2.3 albums est absente. Je la remplace. J’ai carte blanche.

En fouillant dans mes étagères d’albums, je tombe sur celui de Jo Hoestlandt, Les belles espérances *qui faisait partie de la sélection du premier voyage-lecture intergénérationnel en 2007 ! Quoi de mieux pour ouvrir l’année, que l’histoire de Lise qui à chaque âge de la vie (enfant, ado, jeune femme, mère, grand-mère) espère quelque chose de différent.

L’heure se déroule en quatre temps :
1/ Une première lecture partielle : le texte seul et incomplet. A chaque fois que Lise dit ou pense : je voudrais, je m’arrête et invite les auditrices à imaginer ce que désire Lise. Sans donner la réponse, j’enchaine jusqu’à la situation finale où c’est la petite fille de Lise qui voudrait ….

2/ La lecture intégrale de l’album.

3/ Une invitation à partager un désir sur un papier en forme de pétale. On les mélange. On les pioche et on les lit à tour de rôle en composant une couronne, préparée par Jasemina, 12 ans. Leurs espérances : la santé, la paix, la fraternité, la maintenance des liens familiaux et pour l’une d’elle un voyage au Japon qu’elle attend depuis 60 ans. En 1962, elle devait participer à un rassemblement de pratiquants d’esperanto à Tokyo, mais, dit-elle, à la place, je me suis mariée !

4/ Lecture de deux textes tirés de Paroles d’espoir, compilation de Michel Piquemal (toujours disponible chez Albin Michel) dont un de Martin Luther King qu’on dirait écrit aujourd’hui !

Comme a dit une participante, on a bien démarré l’année : le soleil inondait la pièce et nos cœurs sont pleins de souvenirs et d’espoir pour l’an neuf !
La couronne a été installée à la vue de tous, dans le salon d’entrée de la résidence.

VML

*L’album publié en 2005 est disponible d’occasion.

 

 

Les verbes auront eu la part belle pour ouvrir la saison 17.
Dans le prélude, ils marquent une attitude des héros à un moment de leur existence :  regarder, tenir bon, s’engager, espérer, interroger, gagner, obéir, aider.

Dans la lecture épicée de L’Expédition (vidéo à venir), ils cadencent la vie de l’héroïne qui aura toujours chanté, de son enfance à sa vieillesse.

A chaque lancement, les hôtesses de la rencontre et les correspondantes locales du voyage-lecture ont, à ma demande, choisi un verbe qui, pour elles, caractérise 1.2.3 albums : partager, s’ouvrir, découvrir, s’exprimer, lire, s’émerveiller, jouer, échanger, semer, avoir du plaisir, coopérer, expérimenter, parcourir, rire, réfléchir.

Et le soir du 8e lancement, en transit à Paris, je retrouve une nuée de verbes sur ma parure de lit : dormir, aimer, rêver, se voir, sourire, profiter, danser.

Quels verbes pourraient résumer cette tournée ?
ECOUTER
Fascinants étaient les visages des participants goûtant les lectures épicées et repérant même des petits ajustements à faire.

DEBATTRE
Le Berger et l’’Assassin a beaucoup fait parler, preuve de son intérêt dans un tel projet. Pour une enseignante qui juge cet album inadapté pour les primaires, des dizaines d’autres y voient un tremplin formidable d’échanges sur le thème de l’aide, du héros, de l’engagement.

S’ENGAGER
Ceux qui se lancent dans l’aventure de lectures partagées font, par les temps qui courent, figures de militants, comme ce bénévole qui va épauler une professionnelle par amour de la littérature et par « devoir de faire passer le plaisir de lire, car un jeune qui lit c’est un adulte qui réfléchit ».

APPRENDRE
Voir une lecture épicée jouée en direct, c’est aussi apprendre ! D’où l’intérêt d’une journée entière de lancement comme le dit cette nouvelle venue : « A midi, on se dit pourquoi pas. Le soir, on se dit on y va ! »

RIRE
Inoubliable, l’onde de gaité soulevée par la lecture épicée participative d’Il était une forme (vidéo à venir).

IMAGINER
Aux futurs voyageurs de commenter ce dico des verbes, particulièrement ceux du prélude. Quels verbes nous parlent ou nous correspondent ?  Lesquels nous sommes-nous appropriés ou aimerions nous mettre en œuvre ?

Conclusion.
Le bilan des lancements est positif :  déroulement, ambiance, participation. Vous êtes nombreux à nous avoir remerciées « pour ces journées pleines de dynamisme, de passion et de partage qui font un bien fou et nous confortent dans nos actions. »

Mais dommage que les jauges n’augmentent pas. Il souffle comme un vent de lassitude chez plusieurs partenaires. La lecture demande sans doute trop d’énergie. Sa promotion n’attire pas les foules. On lui préfère des offres culturelles plus faciles à médiatiser.

VML

 

 

 

 

 

 

 

 

Une première à l’Ehpad de Saint-Trivier-de-Courtes (01) le 9 décembre avec une animation lecture engagée et participative. Trois collégiennes et moi avons lu 4 nouvelles extraites de Petites nouvelles de la Révolution, puis Le printemps d’Aubaka. Avec en chœur, la chanson « lundi des patates, mardi des patates », la table de 9 et le slogan des villageois « Vive la démocratie ».

Les résidentes, ravies, ont félicité les ados et l’animatrice, conquise et confiante, compte sur nous pour d’autres lectures et échanges. Rendez-vous est pris pour fin janvier 2023.

Cathy Dupré, prof-doc au collège de Saint-Trivier-de-Courtes