Vous ne verrez pas les bouilles des bibliothécaires de la Médiathèque du Tarn car leur photo est ratée, dixit Céline, référente 1.2.3 albums, au contraire de leur lancement, plutôt réussi.
Il faut dire qu’elles sont pleines d’idées et d’énergie.

Elles ont remis à chaque participant.e une enveloppe annonçant le prélude et un ticket avec les liens informatiques, plastifié et troué pour être attaché à leur ordi ! Elles ont préparé les supports d’animation pour les prêter aux bibliothèques demandeuses. Elles ont joué le prélude et des lectures épicées, celles qui n’ont pas été filmées par Livralire.

Les bibliothécaires voyageuses au long cours ont dit aux nouvelles qu’elles utilisaient beaucoup les lectures épicées des années précédentes pour les classes de CM. Celles qui venaient découvrir le concept sont reparties enchantées, prêtes à convaincre le reste de leurs équipes et à trouver des partenaires.

Si seulement les professeurs de collège et lycée répondaient plus présents !

 VML

 

A Châteauroux, une petite assistance réservée  mais appliquée, composée de bibliothécaires salarié.e.s ou bénévoles, habitué.e.s des voyages- lecture ou débutant.e.s et d’une animatrice rodée au projet.

 

A Saint-Maur (36), 1.2.3 albums est proposé depuis plusieurs années dans le cadre d’un atelier intergénérationnel multi-activités. Les adultes et les enfants sont invités à rejoindre le groupe par des annonces à la bibliothèque et à l’école.
Pour l’offre lecture, les binômes intergénérationnels se constituent par affinité pour tel ou tel titre, sitôt la présentation du pack faite par les bibliothécaires.  « C’est l’œuvre qui réunit et qui permet des échanges. » Le duo ainsi constitué, lit l’album, en discute et en prépare une version écourtée pour une lecture partagée à l’ensemble du groupe et ses invités.

VML

A Belfort, le lancement s’est déroulé dans la salle du Conseil départemental. Véronique, directrice de la MD et Virginie, bibliothécaire coordonnatrice du projet accueillait des bibliothécaires et des enseignants de leur territoire ainsi qu’un groupe de stagiaires en formation à l’animation sociale.

Deux bibliothécaires de communes d’environ 2500 habitants, l’une salariée, l’autre bénévole ont partagé leurs premières expériences, très similaires.

« L’an dernier, j’ai vécu le voyage-lecture de façon très intense, dit la première, car l’enseignante était très impliquée. En fin de projet, sur une semaine « banalisée », les albums ont été présentés par les élèves à leurs camarades puis aux parents et aux élus. Pour ce faire, la mairie a même augmenté mon nombre d’heures ! Malheureusement la belle aventure s’arrête là. L’enseignante est partie à la retraite et  la nouvelle ne prend pas le relais. Sauf que les enfants de CM1 passés en CM2 m’ont dit : Adeline, est-ce que tu fais 1.2.3 albums ? Pas question de les lâcher ! Je réfléchis à un embarquement à la bibliothèque pour les enfants et leurs familles. »

« Les élèves de CM ont adoré 1.2.3 albums et nous aussi, même si ça nous a pris bien du temps. En petits groupes, ils ont inventé des présentations des albums qu’ils ont jouées à leurs familles et à tous les élèves de l’école. Leur maitresse a dit avoir vécu un moment exceptionnel et leur ancienne maitresse de CP avoir apprécié de voir une matérialisation de la trajectoire scolaire de ses anciens élèves. »

VML

 

Peu de monde au lancement dans la Nièvre dans les locaux de Canopé. Quelques voyageurs débutants et une soignante expérimentée ont partagé leur expérience devant les nouveaux.

« Au collège, nous avons proposé à des volontaires de tous niveaux de préparer quatre lectures épicées pour des CM2 et des ainés à l’Ehpad. Les élèves ont fait beaucoup de progrès en lecture à voix haute et ont gagné de la confiance en eux et de l’estime de soi. Par contre, on a compris que la transmission n’avait pas fonctionné à plein : nous n’avons pas laissé les albums au public et n’avons impliqué  ni l’enseignante ni l’animatrice. En 2023, nous allons embarquer une classe entière et revoir notre parrainage avec un objectif de lectures partagées. »

« Les lectures épicées donnent aux albums délaissés pour diverses raisons, une formidable chance de circuler et d’être lus. »

« Dans le service d’accueil de jour, je dissémine des indices visuels (ceux du prélude notamment) pour attirer l’œil et éveiller la curiosité : ça fonctionne très bien ».

VML

 

A la médiathèque de l’Allier, à Coulandon, accueil toujours aussi cordial  de Françoise, rejointe le matin par sa collègue Anne-Marie. Public moins nombreux que d’habitude, plus enclin à témoigner dans l’intimité du déjeuner que devant la petite assemblée.

Souvenir
« Comme mes élèves papillonnaient dans une exposition à la maison de l’illustration à Moulins, je propose à quelques-uns de se poser dans un coin avec moi. Je leur lis un album. C’est le bonheur ! Je redécouvre l’importance de lire des histoires à voix haute, même à des ados ! »

Souvenir
 » Mes élèves d’IME ont adoré l’histoire du facteur Cheval, découverte dans Héros ordinaires. Nous organisons un voyage jusque dans la Drôme. Une élève mutique habituellement, se passionne pour le sujet. Elle devient une guide passionnée et loquace lors de la visite du Palais idéal du facteur Cheval. »

Secret
A la pause du matin, une enseignante de Sepga qui découvre 1.2.3 albums me dit à l’oreille : « Je viens de passer un SMS à mon directeur pour lui dire que c’est trop bien et que j’ai déjà plein d’idées ! »

VML

C’est Lucie, bibliothécaire à l’antenne BDP de Belley, qui est la correspondante du projet jusqu’en juin 2023.
Bien que frigorifiées dans l’immense salle polyvalente d’Ambronay, les candidates à 1.2.3 albums ont donné de la voix pour jouer les lectures épicées et pour partager des moments de lecture qu’on pourrait regrouper autour de quatre mots-clés.

Audace
Des albums en CM2 ? Quelle drôle d’idée ! L’enseignante se méfie de ma proposition de bibliothécaire et me concède quelques lectures partagées. Avec des élèves volontaires, j’en prépare une pour le club d’ainées. La maitresse est épatée de leur investissement et de leur plaisir à lire. Du coup, elle est partante pour un voyage-lecture intégral.

Pour Partir en livre, je n’étais pas sûre de moi, dit cette bibliothécaire bénévole. Et voilà que les lectures épicées qu’on a proposées ont remporté une très forte adhésion, nous rappelant que le public nous attend !

Connivence
Quand on partage et plus encore quand on prépare des lectures épicées avec des élèves, on fait corps avec eux. L’ambiance générale s’en ressent, nous offrant des moments de grâce qui nous réconcilient avec le métier d‘enseignant !

Compétence
Les tests de fluence en 6e le montrent : pour nombre d’élèves, lire à voix haute est une épreuve. Pour entrainer mes élèves, j’utilise les lectures épicées. Si besoin, je redécoupe les textes pour que chacun.e ait sa part de lecture, même petite. Mieux vaut cinq lignes bien lues (respiration, ton, expression…) qu’une page entière monocorde !

 Révélation
« En fait, j’aime lire », crie un ado après avoir lu à haute voix devant ses pairs. Eh oui, donner une place d’acteur de lecture à nos élèves, c’est leur donner l’occasion de se révéler et c’est une chance pour nous de les voir différemment.

Aux Jardins du cœur, une dame malgache a fait une lecture très expressive d’une des Petites nouvelles de la révolution qui se situait dans son pays.

A l’Ehpad, une résidente centenaire, ancienne cuisinière, a remis le tablier blanc pour la scène mémorable des frites à la cantine.

VML

Le 11e lancement en Côte-d’Or a eu lieu pour la seconde année consécutive dans les locaux accueillants de Canopé à Dijon. Nadine, directrice adjointe de la Médiathèque Côte d’Or a joliment introduit la journée et avec Anne, la correspondante du projet à la MCO, accueilli le public composé de grands voyageurs et de nombreux nouveaux venus.

Trois voyageurs aguerris ont confirmé que les lectures épicées permettent de :

– donner une seconde chance aux albums délaissés par le public. Exemple : En 2022, après la fameuse lecture sur les frites à la cantine, les collégiens ont lu d’eux-mêmes d’autres Petites Nouvelles de la révolution qui, de prime abord, les rebutaient.

– faire participer des élèves comme Emmy, bonne lectrice mais ado mutique, qui a exceptionnellement donné de la voix dans la lecture en groupe ou Pablo qui est retourné à l’écriture par les albums. Sans parler de leurs camarades de classe ULIS qui ont abondamment mis en couleur les lettrines de Christine de Pizan.

– partager les albums avec des publics occasionnels. Ainsi au lycée professionnel où l’on embarque dans 1.2.3 albums des élèves de CAP, on propose aux élèves de terminale des titres qui éclairent leur programme. Exemples :  Forêt des frères (urbanisation, déforestation) et Moi, c’est Tantale (mondialisation, environnement).

VML