Après la lecture du Jardin de Baba qui a touché mes élèves de 6e, je leur ai demandé de partager un souvenir intergénérationnel. Exemples ci-dessous avec un grand-père gâteau et deux grands-mères qui transmettent leur histoire familiale.
Estelle Buisset Debelfort, collège des Champs Plaisants à Sens (89)

Aya
« Mon grand-père m’aimait beaucoup. Quand j’avais sept ans, il m’achetait beaucoup de sucreries à chaque fois que je sortais de l’école. Ce jour-là, sur la table il y a un festin : des bonbons, des chocolats, des gâteaux. Je mange. Comme j’ai super soif, mon grand-père part me chercher à boire. Il revient et me tend une limonade. Je m’apprête à la prendre quand mon frère m’arrache le verre des mains :  Mais Papi, c’est de la bière ! On a bien rigolé ! C’est que mon grand-père n’avait pas une bonne vue.
Quand j’y repense, je me dis que j’aurais aimé passer plus de temps avec mon grand-père, plutôt qu’avec des amis qui n’en valaient pas toujours la peine. »

Aliya
« Quand j’allais chez ma grand-mère, elle me racontait toujours des histoires. Il y en avait une qui m’a marquée. Son mari était à la guerre. C’était un soir où elle était dans sa maison avec ma mère et ma tante, en Tchétchénie. Les Russes sont rentrés dans leur maison et ils avaient tout détruit pendant qu’elles fuyaient avec leurs affaires. Elles sont allées dans un train plein de personnes (blessés, enfants, mamans). Elles ne pouvaient pas manger ni faire leurs besoins pendant deux jours. Arrivées en Sibérie, ma tante et ma mère étaient très contentes avec toute cette neige, mais  pas ma grand-mère car elle avait consacré presque toute son âme dans cette petite maison.  Elles s’installèrent chez une cousine.  »

Eléna
« Ma grand-mère m’a raconté que son arrière-grand-père avait été retrouvé sur une marche de l’église tout seul, dehors, à l’âge de 6 mois. Comme il avait été déposé le jour de la Saint Michel, on lui a donné le nom de Michel. Il avait été adopté par une famille chrétienne, malheureusement pas du tout gentille. Quand il avait 3 ans, il se faisait maltraiter, frapper. À l’âge de 19 ans, il est parti vivre sa vie ailleurs. Quelques années plus tard, il a eu une famille avec une femme et des enfants. Son métier était militaire et un jour, il est parti à l’étranger pour faire une guerre. Malheureusement, il a quitté ce monde. »

 

Lise et Diane, deux élèves de 5ème en option théâtre au collège de Talant, ont été ravies de retourner dans leur école primaire à Hauteville-les-Dijon pour jouer la lecture épicée de La Robe de soie.

Les auditeurs et auditrices de deux classes ont été touchés par l’histoire, racontée par des anciennes élèves qui étaient aussi des grandes sœurs pour trois d’entre eux.

Un atelier d’écriture a été organisé dans la foulée avec les CM1/CM2.

En s’inspirant d’extraits de l’album chacun.e a été invité.e à décrire une maison de sa parentèle (grands-parents, oncles et tantes, cousins) puis à évoquer un objet qui s’y trouve et l’intrigue. (Voir fiche jointe).

Ainsi pour Ninon :
La maison de mes grands-parents paternels est grande et intrigante avec un jardin. Elle a un escalier. Mais dans mon rêve étrange et silencieux, il y en a deux. Une échelle mène à un grenier abandonné dans lequel se trouve un coffre et un doudou assis dessus. Mais aussi d’autres pièces effrayantes. Evidemment, tout cela n’existe pas dans la réalité. Dans leur maison, il y a aussi un garage qui mène à un sous-sol et un autre escalier vers un studio où vit un locataire.
En face de l’escalier, en hauteur, une grande boîte est posée à la verticale et est en bois gravé. J’ai souvent imaginé toutes sortes de scénarios à propos de cette boîte : appartenait-elle à mon arrière-arrière-grand-mère et serait-elle remplie de photos souvenir ? Ou encore contiendrait-elle une lampe à huile ou d’autres objets anciens ? Pour le moment, le mystère reste entier !

Conclusion : un bon travail d’écriture et d’imagination qui fait écho à l’histoire de Chiara et auquel se sont prêtés avec enthousiasme les écoliers !

Sylvie Merabti, prof-doc collège de Talant (21)

Sur une table du CDI :
Le carnet de voyage : un classeur avec les couvertures des albums du voyage-lecture en cours et des pages blanches,
des crayons, des feutres, des tampons, des papiers de couleur, des bristols, de la colle,
une affichette (cliquez dessus) ) qui invite les 6e à remplir le carnet de voyage 1.2.3 albums 2024, en :

  • rédigeant une phrase ou un paragraphe d’impressions, de commentaires, d’associations d’idée. Des suggestions sont faites :
    Ce livre raconte …. Il m’a fait penser à …On apprend que …. Mon personnage préféré est … J’aime cet album parce que … Je le recommanderai à
  • recopiant joliment une phrase de l’album sur un petit bristol à coller (faire faire un brouillon si besoin)
  • dessinant un personnage, un objet, une illustration.

Deux avantages au moins : Des élèves en difficulté de lecture s’avèrent très motivés par la création manuelle, mais pour participer, ils doivent se (re)plonger dans l’album et trouver une phrase, un élément, une idée.

A suivre …
Sylvie Merabti, professeur- documentaliste au Collège Boris Vian à Talant (21)

On a choisi Le Jardin de Baba comme première lecture partagée avec des adultes du Centre Médico-Psychologique où nous animons 1.2.3 albums depuis des années.
Ce texte a fait remonter des souvenirs familiaux. Une personne a parlé de ses grands-parents agriculteurs avec qui elle faisait le jardin. Une autre a évoqué le « rituel » de son grand-père qui, pour se désaltérer et par habitude prise pendant la guerre, buvait un verre d’eau avec du vinaigre.

 

Nous leur lisons un texte « cousin » La Nappe blanche de Françoise Legendre aux éditions Thierry Magnier, collection petite poche (3,90 €).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, pour rebondir sur les sensations éprouvées lors de ces deux lectures sur le thème de la transmission, nous les avons fait jouer à tour de rôle au « loto des odeurs ».
Enfin, chacune a été invitée à planter des graines de tomates dans un pot à emporter. Nous avons ri !  Qui aura des fruits ?

Catherine et Laëtitia, bibliothèque Rollinat à Argenton-sur-Creuse (36)

La lecture épicée de Tout ce que la guerre déteste fonctionne à merveille. Même en grand groupe comme avec les 29 élèves de CM1&CM2 de l’école de Daix que j’ai accueillis au CDI.

Justine Martin, leur enseignante, a embrayé sur place en proposant à ses élèves de réagir sur quelques pages de l’album puis, en groupe de trois ou quatre, de :

  • compléter la liste des choses que la guerre déteste.
  • retenir une proposition et l’illustrer en dessins/ découpages dans le style graphique de l’album.
  • montrer la réalisation à la classe entière et faire deviner la phrase correspondante (la guerre déteste la Saint valentin, la guerre déteste les souvenirs, la guerre déteste les fêtes, etc).
  • écrire la phrase et signer.

 

P.S : Deux autres albums sont proposés ce semestre à cette classe qui s’intéresse au sport : Il court (albums #17) en lecture individuelle et Carton rouge (albums # 10) que nous leur jouerons en lecture épicée, à la BM de Daix, la bibliothécaire et moi-même, au printemps prochain.

Sylvie Merabti, documentaliste au collège de Talant (21)

 

 

Au collège de Talant (21), le signet 1.2.3 albums a valeur de ticket de voyage nominal. Chaque élève de 6e est invité à poinçonner les visuels de couvertures au fur et à mesure des lectures individuelles ou collectives. Les signets sont regroupés par classe.

Les étiquettes, collées sur les pots, ont été réalisées avec CANVA : logiciel de création graphique en ligne et gratuit.
Vous remarquerez :
– la couleur différente selon le numéro de la classe.
– la date du 1er février où a été joué avec succès* le prélude et ont été distribués les signets.
– le vol en première classe : les voyageurs seront entourés tout au long du voyage.
– l’heure matinale d’embarquement : pas étonnant pour un long courrier !
– la destination limitée aux mondes imaginaires. Pas de panique : les histoires vraies sont bien au programme des escales !

« Génial le prélude : sitôt fini, les jeunes se plongent immédiatement dans la lecture » dixit  Sylvie la documentaliste !

VML

Pour lire les albums en groupe, Livralire crée pour chaque album, une lecture dite « épicée », c’est-à-dire une lecture à voix haute, intégrale ou aménagée (partielle ou/et découpée), brute ou mise en scène, dynamique et coopérative (plusieurs voix possibles), inspirée par des éléments visuels ou narratifs qu’elle souligne.

Les lectures épicées apportent du piquant, aident à la compréhension, apportent un éclairage, donnent une place active aux auditeurs, cadencent les rencontres, diversifient les animations.

C’est un tremplin pour la lecture individuelle intégrale ou ça la remplace pour ceux qui n’ont pas la possibilité.

C’est un produit « durable » si on a l’album papier qui lui correspond. « Pas une semaine au CDI où je ne ressorte une lecture épicée pour étayer une thématique, pour un accueil de classe » dit une documentaliste ».

C’est aussi une trame dont peuvent s’emparer les lecteurs pour passer l’histoire à d’autres, comme narrateurs principaux ou voix secondaires.

C’est un moyen de faire tomber les a-priori sur les albums !

Pour la sélection #18 (2023-2024) :

Une lecture feuilleton pour Design design. Une lecture participative pour Tout ce que la guerre déteste.
Une lecture théâtralisée pour La boucle d’oreille rose (extrait dans vidéo à venir)
Des lectures de type kamishibai sur pupitre pour Le jardin de Baba et Te souviens-tu Marianne ?
Des mises en scène pour Electrique et La Robe de soie (vidéo à venir).
Une randonnée sur table : Leina et le Seigneur des amanites (vidéo à venir).

N.B : Les photos avec des volontaires pour une lecture en direct ont été prises pendant les journées de lancement.