A Givry (71), les élèves de CM2 de la classe d’Arnaud Picard voyagent de concert avec les résidentes du foyer-logement. Pour raisons sanitaires, le lien est pour l’instant limité à l’écrit.

 

Les jeunes ont partagé le fruit de leurs échanges sur Le Meilleur sous forme de grands panneaux : l’un sur leur sport préféré, l’autre sur l’importance d’être meilleur ou pas.

(cliquez pour agrandir)

 

 

La classe a posé trois questions aux huit ainées qui, après lecture épicée et débat, ont répondu.

Quel sport pratiquez-vous et avez-vous pratiqué ?
Sept font de la gym douce (organisée à la résidence), trois de la marche, une du gi gong, une du vélo, une de la marche, une autre nage. Quand elles étaient jeunes, seule l’une d’entre elles faisait du sport.

Est-ce important d’être le ou la meilleur.e ?
Oui dans son domaine de prédilection.
Non :
– L’important c’est de bien faire ce qu’on aime.
– Nous ne sommes pas nés tous pareils.
– On peut être bon dans quelque chose sans être le meilleur.
Il faut surtout être bien dans ses chaussures.
– Il faut accepter la défaite.
– Vouloir être toujours le meilleur entraine souvent l’oubli des autres.
– Chercher à s’améliorer constamment est très positif à la fois pour le physique et le moral. Ca donne confiance en soi et permet de se tourner vers les autres.

Quelle personne admirez-vous ?
Mes petits-enfants / Mon mari qui a conçu le premier enjambeur de Saône-et-Loire / Ma maitresse de CP qui m’a donné ma vocation d’enseignante / Le corps médical/ Les biathlètes / Le chanteur Luis Mariano / Geneviève de Gaulle / Marie Curie / Antoine Dupont, le capitaine du XV de France.

Marie-Christine, la bénévole lecture aux 7 Fontaines, a accompagné les réponses d’un mot d’explication pour les jeunes : « Vos correspondantes sont des dames qui ont entre 78 et 90 ans. La plupart ont commencé à travailler très jeunes. Les activités physiques étaient utilitaires. Les loisirs se limitaient à un bain de pied dans la rivière l’été, et au bal le dimanche. Petites, elles jouaient au ballon, à la marelle et à la corde ».

Ancienne professeur d’EPS, elle souligne la différence entre :
Le sport comme pratique intensive avec compétition.
L’activité sportive pratiquée régulièrement en club ou en famille;
L’activité physique pour préserver son capital santé et se faire du bien.

Au Vill’âge bleu de Talant, Elodie, l’accompagnatrice de la vie sociale, en est à sa 3e année d’1.2.3 albums. Pour la première fois, elle utilise les lectures épicées. Le succès, dit-elle, est là.

Pour lancer la discussion après celle du Meilleur, elle créée des cartes-questions (disponibles sur le Drive-divers).
A tour de rôle, les résidents en piochent une, la lisent à voix haute, y répondent et puis invitent les autres à faire de même.
Les échanges, très riches, ont tourné sur l’enfance et la réussite.

Qui était mon modèle quand j’étais enfant ? Etiez-vous sportif ?

Si oui quelle(s) activité(s) ?

 

De quoi rêviez-vous enfant ?

Avez-vous réalisé vos rêves ou vos projets ?
Vos parents vous ont-ils laissé faire vos choix ?
Etre le meilleur est-il important pour vous ?
L’activité physique est-elle importante pour vous ?

Pourquoi ?

L’éducation de vos parents a-t-elle orienté vos choix de vie ?   

 

Dans cette famille de sportifs, il y a les grands-parents, les parents, le frère et le sœur, tous médaillés, et un 2e fils Alex qui ne cherche pas à être Le Meilleur et préfère dessiner.

Pour la lecture épicée de cet album, édité par Les 400 coups (Québec), Emmanuel Delorme s’est inspiré du jeu des 7 familles et a fait adapter par Livralire sous forme de cartes à jouer les portraits dessinés par Reza Dalvand.

Contrairement à la version vidéo jouée en solo, on pourra associer les auditeurs installés autour de la table de jeu pour :
– installer au fur et à mesure de l’appel par le narrateur, les 6 portraits de « Meilleur », qu’on aura distribués avant de commencer l’animation
– faire la voix du père

Cette lecture dynamique, à une ou deux voix, amènera à la lecture individuelle de l’album ou l’éclairera.


Titre :
Le Meilleur
Auteur : Payam EBRAHIMI
Illustrateur : Reza DALVAND
Editeur : Les 400 coups
Parution : 2021
Prix : 14 €

Dans la famille Meilleur, chacun excelle dans un sport sauf Alex qui, lui, rêve de peindre. Comment faire sa place quand on est différent et qu’on ne veut pas faire de peine à ses proches ?