Jean de fer fait partie des histoires orales que les frères Grimm ont collectées en Allemagne au 18e siècle. A l’occasion d’une création théâtrale, les éditions Scutella ont sorti une version magnifiquement illustrée par Cécile Chicault avec des enluminures et des figures inspirées du bestiaire médiéval, à admirer de près.

Pour la lecture de groupe, la structure classique du conte nous a inspiré une mise en scène sur table avec, pour décors, les quatre lieux où se déroulent les différents épisodes et, pour personnages, des marottes, copies des portraits du livre, montés recto verso sur des rouleaux de PQ.

 

Pour chacun des albums de la sélection 11, Livralire crée une lecture «épicée» qui facilite une découverte collective de l’histoire.

Ces lectures dynamiques, partielles ou intégrales, à une ou plusieurs voix sont autant des canevas de lecture utilisés par les animateurs du voyage-lecture que des outils de transmission, des aînés les préparant ici et là pour des jeunes et inversement, des patients d’un service pour ceux d’un autre service, etc.

L’histoire de Malala est présentée à deux voix. L’alternance de visuels, placés côte à côte, permet une mise en avant du contraste entre la vie harmonieuse de la famille et la violence subie par le régime des talibans. A la scène cruciale dans l’autobus, le lecteur introduit le livre qui, la présentation finie, est confié aux auditeurs, pour leur permettre une découverte intégrale et personnelle.

Pour la 11e édition d’1, 2, 3 albums, c’est l‘habitat qui est le fil conducteur de la scénographie de mise en bouche des 8 albums, créée par Livralire  : maison à toit plat, château, immeuble, cabane, pagode, etc..  Chaque profil de logis, dessiné par Marie Anne Wettstein, est découpé dans du canson noir et collé sur une boîte à chaussures.

Ici, l’album Demain les rêves est scénographié avec des marottes pour les personnages et des coloriages de lecteurs avant qu’ils ne découvrent, livre en main, la force de l’histoire et la beauté de l’illustration.

Commentaire merveilleux de Thierry Cazals, l’auteur de Demain les rêves :
Cette animation autour de Demain les rêves, quelle belle idée ! Ces marottes déplacées devant des dessins-décors me rappellent un des jeux favoris de mon enfance. Je dessinais et découpais des petites marionnettes en carton que j’animais (grâce à une languette) devant des décors trouvés dans des catalogues. J’inventais des histoires, faisais des petits spectacles pour des spectateurs invisibles (mes futurs lecteurs ?).
Je trouve très touchant de voir, aujourd’hui, mon livre présenté, éclairé et « joué » de la même manière ! Un heureux ricochet de la vie… Comme quoi les enfants ont raison de rêver !!!

Ils disent…après avoir vu et entendu la lecture épicée intégrale du Double créée par Livralire :
– ma réticence première pour l’album est tombée
– belle idée d’avoir matérialisé les lieux par des feuilles de couleur
– la problématique soulevée est plus claire
– je vais relire l’album autrement

Les objectifs des lectures épicées sont atteints :
ça fait entrer dans l’album
Exemple. Au campus des métiers de Bobigny (93), Cécile et Claire ont joué 3 fois celle du Pilote et le petit prince à des Bac Pro carrossiers ou mécaniciens.
La plupart des jeunes ont apprécié cette lecture partielle :
– vivante : « les dames racontent bien » – « c’est bien présenté »
– captivante : « j’aime pas lire mais j’aime qu’on me raconte » – « on ne voit pas le temps passer »- « 20/20 »
– vécue : « j’aime bien parce que c’est une histoire vraie » – « j’aime les biographies »
– intéressante : « ça parle de la guerre » –  « l’aviation, ça m’intéresse »
– stimulante : « de la vie, plein de vie »
Quelques récalcitrants quand même, qui ont trouvé ça enfantin, long, soporifique.

ça conforte la lecture personnelle
« J’avais déjà lu l’album, mais de le voir mis en scène m’a donné une vue d’ensemble et m’a aidé à le comprendre » (une senior à Givry – 71)

VML