En ce début d’année, les animateurs et animatrices de voyage s’affairent discrètement.  

sancé
De connivence avec la Bibliothèque Départementale de Saône et Loire, 11 bibliothécaires ont été accueillies par Catherine et Cécile à la bibliothèque de Sancé,  célèbre pour son « armoire magique » installée depuis, près d’un canapé tout aussi attirant. Par duo et en groupe, elles ont travaillé la scénographie de mise en bouche.

sancé à2sancé ttessancé chagny

 

 

 

 

pourquoi mouton pourquoipardonner
Dans des collèges prêts à démarrer, des « pourquoi » tirés du livre éponyme ont été installés sur des portes partout dans l’établissement. Ca intrigue : pourquoi ces questions ?  Réponse dans la présentation où cet album sert de fil conducteur.

Si vous lisez ces lignes avant d’assister à la dégustation, gardez bien le secret !

Véronique Marie Lombard (Livralire)

1, 2, 3 albums est une belle illustration de notre carte de voeux et inversement !  Des albums du  secteur jeunesse sont proposés aux adultes. Ils quittent les rayons des bibliothèques pour entrer dans les chambres de malades, dans une cellule, dans une salle d’études, dans des familles. Les livres changent d’air, les lecteurs d’univers !

livralairrectoblog

chenjianhong

 

A l’occasion de la sortie de son album « Mao et moi » en version allemande, Chen Jian Hong partage sa conviction que le passage vers une autre culture est source d’enrichissement.

Lien pour écouter l’interview sonore de la DW-world.de  ici

Etant chinoise, je témoigne que l’histoire de «MAO ET MOI» a réveillé toute mon enfance.
A l’époque de MAO, on vivait tous ensemble en famille de trois ou même quatre générations. Dans ce livre, les scènes quotidiennes sont bien réelles, je portais le même genre de salopette, souvent c’est notre mère ou grand-mère qui l’avait faite à la main en coton très épais.
Je suis née dans les années soixante-dix et je viens aussi du Nord, notre spécialité ce sont des Jiaozi (raviolis chinois), on en mangeait surtout pendant le Nouvel An Chinois.
Les caractères chinois apparus dans cet album sont des vraies écritures chinoises. Par exemple, à la page 14,mao1 sur la poubelle signifie « gardez l’endroit propre ».
Moi, pareil, j’avais le même et seul jeu de construction en bois comme le garçon dans ce livre en page 18.
Pendant la période de la grande révolution culturelle, il y avait beaucoup de médaillons de différentes tailles à l’effigie de MAO chez moi. Mon frère aîné garde toujours son brassard comme souvenir.
Page 18, le grand-père était en train de lire le journal ; page 30, un livret de nourriture ; page 40, dans la correspondance du père à la mère et page 44 (l’école du petit garçon), j’ai repéré son origine, il est de « Tianjing » : la troisième grande ville de Chine.
D’ailleurs, le style de dessin que l’auteur a utilisé dans cet album est bien celui d’une BD traditionnelle chinoise, de format 14,5cm×10cm. Vous pouvez trouver cet exemple à la page 32, le petit garçon est en train de lire son mao2 (livre des petits).
A l’école primaire, au-dessus des tableaux noirs, il y avait des propagandes inscrites en rouge « travailler bien et faire des progrès tous les jours » (page 45). Nous portions tous une cravate rouge, symboliquement découpée dans un angle du drapeau révolutionnaire. Tout au long de l’année, nous allions au cinéma avec toute la classe. Au début et à la fin de l’année scolaire, une réunion s’y tenait avec l’école.
Comme la fin de l’histoire, je vis depuis de nombreuses années en France, la ville de mon enfance a beaucoup changé, mais mon âme est restée la même.

YAN

Nord du Morvan, vendredi 27 novembre.
claireClaire, jeune et dynamique bibliothécaire à Précy/ Thil nous a accueillies  chaleureusement dans son établissement neuf et pétillant pour présenter la scénographie et le projet.  Les albums vont donc essaimer cette année chez les aînés et les malades dans la Nièvre, l’Yonne et la Côte d’Or grâce à des animateurs de centre de soins et de maisons de retraite et avec le soutien de l’Agence Régionale d’Hospitalisation qui offre un pack à chaque établissement qui se lance dans l’aventure.  La présence attentive de bibliothécaires des BDP Yonne et Côte d’Or laisse présager un fructueux partenariat pour l’édition 5 !
 
Comme  déjà  à Charnay et à Lausanne et comme bientôt dans chaque lieu d’embarquement  (collège, centre de soins, bibliothèque,  maisons de retraite), chaque héros est sorti de sa couverture cartonnée avec l’autorisation de l’éditeur et a partagé un peu de sa vie, posant au public une question. En effet, cette année, c’est le livre des « Pourquoi ?  »  qui sert de fil conducteur à la présentation.  Pourquoi le bonheur dans les petites choses ? Pourquoi la révolution ? Pourquoi le sexisme ? Pourquoi l’aide aux ennemis ? Etc.

Le passage d’un album à un autre est rythmé par un « ting, un bing , un bang  ou un dong  » tiré » d’un tambour, de grelots, d’une grenouille, d’un harmonica , qui auraient pu être fabriqués par le vieux qui avait un grain dans la tête et des doigts d’or de musicien-bricoleur.

sceno

J’en ai sans doute déjà trop dit ! Gardons le secret pour les futurs auditeurs  de tous âges qui dès janvier vont rencontrer ces femmes et ces hommes en papier et pourtant si vivants !
Véronique Marie Lombard (Livralire)

bdslinscriptionlausanne
         Inscriptions à Charnay (71)                      Les futurs voyageurs à Lausanne (Suisse)

Charnay les Macon (71), le samedi 14 novembre et à Lausanne (Suisse) le mercredi 17, il a fallu d’abord déménager les tables. Heureusement celles de la BDSL sont sur roulettes, celles de Bibliomedia sont légères…. 60 chaises ici, 25 là-bas ! En 2006, 5 avaient suffi pour accueillir les invités. Cette semaine c’est à Précy sous Thil (21) que nous accueillerons les voyageurs des 3 autres départements bourguignons.
La toile de lecture se tisse donc lentement mais sûrement. Presque tous ceux qui ont goûté  au projet y reviennent, embarquant autant ou le double de voyageurs et développant des partenariats : par exemple Dominique Grob, professeur de lettres à Aigle (Suisse), partie l’an dernier avec un niveau embarque avec deux niveaux complets dans son collège et cette fois en lien actif avec la bibliothécaire de la ville.
Plusieurs maisons de retraite sont partantes pour l’aventure, avec pour certaines un jumelage avec des jeunes ou des bibliothèques. Une librairie suisse est très tentée de faire l’offre à ses clients adultes ! Leur expérience sera une richesse pour tous.

 Les témoignages (d’anciens voyageurs) qui émaillaient la présentation du lancement ont mis en avant :
–  l’importance d’associer les (futurs) lecteurs des albums à toutes les étapes y compris dans la présentation des livres par la musique-intermède  ou par la lecture. L’an passé, à la bibliothèque de Paray le Monial (71), des apprenants adultes ont dit ou lu de sorte qu’on ne savait plus « qui était qui » de l’enseignant ou de l’enseigné !  A la Chaux de Fonds (Suisse), ce sont des jeunes en difficulté qui ont promu les albums, organisé le vote, etc. (voir archives).
la défiance d’adultes vis-à-vis du support « album » considéré comme enfantin ! Pour lever ce frein il faut :
 – appâter : cette année par des « pourquoi », tirés du livre éponyme, disséminés sur les portes et murs des établissements
coopter d’office : au collège, l’enseignant donne une heure de cours pour présentation à sa classe.
–  contaminer : inviter des collègues de l’établissement ou du même secteur géographique, bibliothécaires, documentalistes, animateurs, à goûter la scénographie.
séduire les auditeurs par une présentation des albums, inventive et prenante. 
patienter : un enseignant de lettres récalcitrant (« ce n’est pas de la littérature »), à la troisième année, s’inquiète dès la rentrée de savoir si  le collège repart dans l’aventure qui fait lire et parler.
 l’impact sur la lecture intime. Qui dit album dit texte limité (ça fait moins peur !), texte illustré (ça aide à comprendre et à interpréter). Les atouts physiques donnent confiance, rassurent  (on pourra aller au bout)  et stimulent la pensée du lecteur.
la création de liens entre ceux qui partagent les mots des auteurs et leurs mots de lecteurs. Ces « mots qui disent que nous sommes semblables. Chacun. Chacune. Précieux. Uniques  » (Jeanne Benameur, Comme on respire, Thierry Magnier, petite poche).

Véronique Marie Lombard (Livralire)

Grande nouvelle ! Le voyage-lecture intergénérationnel 1, 2, 3 albums gagne du terrain. Après la Saône et Loire et La Suisse Romande, il s’étend à toute la région Bourgogne par la voie des bibliothèques, des maisons de retraite et des centres de soins, avec l’aide de l’Agence Régionale d’Hospitalisation.  

 Toute personne intéressée peut demander un dossier à 123albums@livralire.org

et venir à l’un des deux temps de présentation des livres et du projet :  

 – pour  la Saône et Loire, le samedi 14 novembre de 9h à 12h30 à la Bibliothèque Départementale de Prêt, La Verchère, 81 Chemin des prés, Charnay les Macon

 – pour la Nièvre, l’Yonne et la Côte d’Or, le vendredi 27 novembre de 9h30  à 13h à la bibliothèque de Précy sous Thil (Côte d’Or)

 En Suisse, à Bibliomedia-Lausanne, lancement le mercredi 18 novembre de 9h à 13h.

Du 19 au 25 octobre 2009,  c’est la semaine bleue.  C’est l’occasion de rappeler que les aînés et les jeunes ont des choses à partager.

Nous qui avons lancé « 1, 2, 3 albums », il y a quatre ans, nous savons que les livres sont des supports d’échange formidables.

Prenez le temps d’écouter Sylvie Dupéroux, bibliothécaire à Saint Rémy (71) qui raconte son expérience émouvante et encourageante de lectures partagées entre des jeunes lecteurs timides de 14 ans et des vieilles dames d’un foyer logement.


                              (Réalisation : Fabien Cramillet et Pierre Bourdis, ©Livralire)

Dans la suite des journées sur la lecture en centre de soins et maisons de retraite, animées par Livralire en région Bourgogne, Christine Daix, bibliothécaire, propose sur le site de la Bibliothèque Départementale de Saône et Loire une sélection de nouveautés à partager en maisons de retraite.

 

Voilà, vus de face, les nouveaux albums nominés pour le 4e voyage lecture intergénérationnel. Chaque livre a sa fiche d’identité publiée sur ce blog. On peut aussi les retrouver sur le site www.livralire.org sous le nom d’albums grand large 4 (rubrique pack-lecture).

 Parés d’un titre prénom, d’un titre phrase ou d’un titre question, ils  parlent de la guerre, de la colère, du sexisme, de la mort, de la sagesse, de l’amour, de l’enfance, de l’âge mur.  

 En Saône et Loire, les personnes intéressées par la lecture partagée de ces livres avec des jeunes ou des adultes, quelque soient leur statut et leur appétit de lecture, peuvent demander le programme détaillé à  Marie-France Vidal : 123albums et recevoir une invitation pour la matinée d’information et de présentation du 14 novembre.

En Suisse romande s’adresser à Bibliomedia : Bibliomedia

 Suite aux journées de formation que nous avons menées en mai dernier, pour le compte de la DRAC, sur la lecture à l’hôpital et en maisons de retraite, nous travaillons, en collaboration avec les Bibliothèques Départementales, à l’extension géographique de cette offre à toute la région Bourgogne ainsi que dans l’Ain.

 Avec un peu de chance, en 2011 des lecteurs d’albums se retrouveront sur une ligne ouest-est, allant de Chauffailles (en limite du Rhône) à Fribourg (en Suisse) !

 Véronique-Marie Lombard


Titre : à quoi tu joues ?

Auteur – Illustrateur : Marie-Sabine ROGER

EditeurSarbacane et Amnesty International ©2009

  
Dans l’enfance, on conçoit que les filles sautent à la corde, jouent à la poupée, dansent, pleurent. Pas les garçons ! On admet que les garçons bricolent, jouent au foot et à la guerre. Pas les filles ! Et pourtant, chez les adultes, il y a des femmes militaires ou pilotes de course, des hommes qui cuisinent ou pouponnent ! A quoi ça rime le sexisme des jeux ?