Faire goûter des albums à des octogénaires : un pari osé.

cartes postales commentaire »

Sophie, animatrice en Ehpad et nouvelle voyageuse en Côte-d’Or, a présenté la scénographie avec une bibliothécaire bénévole. Elle nous confie que les résidents :
– ont eu du mal à comprendre la scénographie qui serait trop confuse
– ne comprennent pas en quoi le voyage-lecture est intergénérationnel vu qu’il n’y avait pas d’enfants invités.
– n’adhérent pas tous au projet.

Sa franchise l’honore et nous rend service. C’est l’occasion de rappeler que :
– La scénographie est faite pour toucher, étonner, sensibiliser, séduire par les visuels et la musique, pas pour faire comprendre les histoires.
– Si les résidents sont « fatigués », la scéno peut être jouée en deux séances.
– Quand les aînés préparent techniquement la scéno (découpage par exemple), ils sont plus réceptifs. Voir le témoignage de Murielle à Semur en Brionnais.  Elle-même joue avec ses collègues la scéno plusieurs fois.
– Le label intergénérationnel correspond au fait que l’offre concerne des publics de tous âges. Quand les lectures sont partagées localement entre des jeunes et des aînés : c’est encore mieux. Mais ce n’est pas une condition d’embarquement. Si donc un groupe d’adultes voyage seul, dire simplement que la sélection de livres est proposée aussi à des jeunes.

Il ne peut y avoir unanimité à chaque séance. Certains  participants peuvent même se braquer. Pour exemple à Chalon, où une centenaire et sa copine de 92 ans ne veulent plus participer aux ateliers lecture parce l’album Cours ne leur a pas plu, alors qu’il a touché les autres auditeurs.

Il faut donner aux résidents une place active dans les séances pendant la lecture ou après. Pour preuve, le témoignage de Madeleine, 85 ans après la lecture épicée des Robinsons de l’île de Tromelin : « Passionnante l’histoire de la petite malgache  racontée par Marie-Christine. Je n’ai pas vu passer l’heure avec cette présentation où on était partie prenante. J’ai fait Jean, le noir allié des blancs, Jacqueline a fait Tolotra, l’amoureux de Tsimavio, et Gigi citait les dates. »

Si les lectures sont régulières, dynamiques, collégiales et suivies d’échanges ou d’activités (voir les radeaux à Genlis), l’intérêt pour les  rencontres s’aiguisera. Rien n’est gagné d’avance ni acquis. L’imprévisibilité des réactions des auditeurs ne doit pas nous décourager.

VML

Les oiseaux d’ici ne sont pas ceux de là-bas

carnet des lectures, cartes postales commentaire »

Le corbeau, la mésange, le colibri, le toucan, le goéland, le pigeon sont contents d’avoir été identifiés assez facilement par les spectateurs de la scénographie. La sterne, jalouse de leur succès, a réalisé qu’elle était peu connue dans nos contrées. La seule fois où elle s’est sentie supérieure aux autres, c’est en Polynésie. Là-bas, les collégiens d’Afareaitu sur l’île de Moorea ne connaissaient qu’elle !

Qui des lecteurs de là-bas ou d’ici reconnaîtra les oiseaux peints par Guy, un sexagénaire poète et peintre, assidu aux ateliers lecture menés par Livralire à la maison des seniors à Chalon ?

Cahier de lecture, journal de voyage

carnet des lectures commentaire »

1, 2, 3 albums est un voyage semi organisé avec comme destination, la lecture partagée et pour escales, huit livres différents que chaque guide (bibliothécaire, enseignant, soignant, animateur, etc.) fait découvrir à son rythme et sa façon, utilisant ou non les outils fournis par Livralire pour rendre les lectures dynamiques et participatives.

S’en suivent des échanges dont on peut garder la trace dans un cahier de lectures collectif comme celui rédigé par l’animatrice de la Résidence Club Grégoire Direz à Mailly-le-Château (89) où sont consignés livre à livre, la date de la lecture, le nom des participants, le résumé fait avec eux, les réflexions des uns et des autres.

Au collège de Talant (21), un professeur de lettres demande à chaque élève de 6e de remplir son mémo individuel avec pour chaque album : son appréciation (1 à 5 coeurs), une phrase qu’il a aimé, y ajoutant s’il le souhaite une photo, un dessin, un collage.

Avec des 3e, le carnet peut être plus étoffé avec des mots clés, l’analyse du thème, la problématique posée et un lien à une autre œuvre.

On peut suggérer aussi d’inventer un autre titre, de poser une question à l’auteur (Livralire peut transmettre), de noter un mot inconnu, de créer une phrase accroche à mettre en bandeau sur l’album, etc.

Au collège de Farvagny, en Suisse, aux ados, parrains ou marraines de lecture d’une personne âgée  dans le « home » voisin, il est remis un joli carnet à annoter, fabriqué par Claire-Lise la bibliothécaire de l’établissement.

A la Résidence Mutualiste de Genlis (21), l’animatrice a opté pour un journal de voyage du groupe avec des photos de chacune des rencontres (de la scénographie au vote) ou des activités proposées à partir des albums.

Ces livrets ou classeurs sont :
– des aide-mémoire utiles au moment du vote
– des souvenirs qu’on peut partager avec les familles, le personnel
– des attestations d’activité qui montrent l’intérêt du projet et la nécessité de l’achat des livres.

(toutes les images sont cliquables)
VML

Les robinsons de l’île Tromelin : lecture épicée (version abrégée)

carnet des lectures, Les Robinsons de l'île Tromelin, vidéos commentaire »

« C’est pas pour moi, ce livre : y a trop texte »
« Les illustrations sont magnifiques, mais je ne comprends pas bien le récit. »
«  C’est pour les enfants ce livre ! »

Quand on n’aime pas lire, qu’on ne sait pas lire, qu’on ne peut plus lire ou au contraire qu’on ne lit que des essais ou des romans adultes, même si on aime les histoires vraies, on risque de passer à côté des Robinsons de l’Ile Tromelin, un récit d’Alexandrine Civard-Racinais, illustré par Aline Bureau.

Pour  lever les compréhensibles réticences à lire individuellement cette histoire passionnante mais exigeante, une seule solution,  la lecture à voix haute sous deux formes différentes :
–  sur quelques jours, et en petit groupe, une lecture feuilleton intégrale, les épisodes correspondant au calendrier du récit.
– en une seule séance, la lecture épicée proposée par Livralire et dont la vidéo ci-dessous est une version écourtée.

Des radeaux comme suite de lecture 

carnet des lectures, Les Robinsons de l'île Tromelin commentaire »

A la Résidence mutualiste « Du Parc » de Genlis (21), l’animatrice Charlène Gaudry, a proposé aux résidentes de prolonger la lecture collective des Robinsons de L’ile Tromelin par une activité manuelle  : la création de radeaux avec des voiles illustrées et signées. Cette armada est une suite de lecture qui profite à tous, même à ceux qui n’ont pas entendu l’histoire de Tsimavio.

 

Etonnants cercles de lecture entre des lycéens

cartes postales commentaire »

Jeudi 25 janvier, nous avons joué la scénographie avec le trouillomètre à zéro : peur de bafouiller, de se tromper dans la musique, de ne pas mettre le bon oiseau au bon moment, de faire tomber sa feuille et surtout surtout de ne pas intéresser les élèves…
Devant nous, une quarantaine d’élèves, deux classes qui ne se connaissaient pas, des élèves en 1ère BAC pro restauration et des UPE2A (élèves allophones). C’est incroyable ce qui s’est passé, ils étaient tous attentifs alors qu’en classe il nous arrive d’en perdre !

La magie des mots a opéré. A à la fin, ils se sont tous saisi des albums et les élèves de bac pro ont fait la lecture aux élèves allophones qui ne savent pas lire le français et à peine l’écrire. Mais le voyage ne s’est pas arrêté là…Volontairement un groupe d’élèves de Bac pro s’est proposé de venir faire chaque semaine la lecture aux UPE2A!

1, 2, 3 albums c’est une merveilleuse première découverte. Avec 1, 2, 3 albums, certes on lit, on voyage, on fait lire, on apprend à écouter, on crée du lien, mais c’est aussi et surtout une incroyable aventure humaine. Merci.

Sylvie Delmas professeur documentaliste et Juliette Gueniche, professeur de lettres/histoire. Lycée Jean Monnet – Yzeure (Allier).

Des plumes comme expression de lecture

carnet des lectures, cartes postales commentaire »

En Suisse, à Préverenges, une classe de développement primaire (enfants de 10 à 12 ans en difficulté) s’est emparée du projet. Les jeunes ont lu tous les albums et préparé des éléments de la scénographie.
Ils s’entraînent avec plaisir : le scénario est simple, le déroulé vivant avec les devinettes et le partage des livres avec le public. Ils vont la jouer à une classe d’élèves plus âgés, ainsi qu’au groupe de seniors de la ville.
Notre arbre trône sur la table centrale avec ses oiseaux,dans l’attente des prochaines représentations. C’est déjà le printemps à la bibliothèque !

 

Les oiseaux étant au cœur de ce voyage-lecture, nous avons choisi de symboliser les avis de lecture par des plumes : une grande rouge pour les coups de cœur, une moyenne orange pour les histoire appréciées et une petite bleue en cas de déception.
Marie Karasiewicz
Bibliothèque Scolaire de Préverenges et environs


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes