Pour lire un album à un groupe, rien de plus confortable que d’utiliser deux pupitres à musique  : l’un avec le livre, face au public ; l’autre disposé tête bêche, où poser les feuillets du texte.

Quand on adopte la technique du kamishibaï, en faisant défiler des reprographies de format A5 ou A4, on peut utiliser ces mêmes pupitres. Sur celui de l’arrière, on installera côte à côte les feuilles de texte et les visuels prêts à être posés devant.

Quand les illustrations sont imprimées au format A3 (de par la taille du livre ou pour une meilleure lisibilité), le lecteur manque de place pour poser texte et images sur son pupitre. On conseille de fabriquer un chevalet en carton ondulé posé sur une nappe en coton.

Le rebord ondulé bloquera les feuilles leur évitant de glisser.

Le lecteur dispose ainsi à l’arrière de deux surfaces de travail, une inclinée pour les reproductions faciles à saisir, une à plat pour le texte (ou l’inverse). Pour le confort de lecture, on pourra poser le texte sur un petit présentoir incliné ou sur une pile de livres.

Le modèle ci-dessous est suffisamment haut pour des A3 et assez large pour, le cas échéant, installer 3 feuilles. Exemple ici avec le final de la lecture épicée de Tiens-toi droite.

1/Récupérer ou acheter du carton ondulé.
Découper un morceau C
de 65 cm x 80 cm
et deux morceaux A et B
de 65 cm x 35cm
2/ Encoller les 2 morceaux A et B.
Les coller sur en emboîtant les ondulations des cartons : laisser 2 cm au milieu entre A et B (pour la pliure centrale) et 4 cm sur les extrémités (pour marquer la pliure du rebord ondulé).
3/ Laisser à l’état brut ou coller une feuille de canson noir sur le côté vu par le public

On peut plus simplement récupérer un carton plat d’emballage déjà plié et le poser sur une plaque de carton ondulé, achetée ou récupérée au supermarché du coin.

Nous les marottes, vous n’allez quand même pas nous abandonner dans un placard, une fois sortis de scène ?

Vous pourriez adopter la bonne idée de Bénédicte et Marlène, bibliothécaires à Pampelonne (Tarn) et nous ressortir pour le partage de notre histoire dans son intégralité. On commence chaque lecture épicée avec le livre ouvert et les marottes comme pour la scénographie. On questionne rapidement les jeunes sur ce dont ils se souviennent et ce qu’ils imaginent pour la suite. On referme le livre, on le range et on le ressort à la fin de la lecture. Pour Philémon et Baucis ça été particulièrement intéressant, les élèves de CM ont fait preuve de créativité sur les vœux formulés par Philémon et Baucis.

Nos portraits et nos objets, installés à un endroit stratégique sur une petite table ou un pupitre à musique à plat, peuvent servir simplement à annoncer le partage de notre histoire (date et contenu). Exemples :  Adjoa face à l’homme : « Nous les femmes on est plus fortes que vous ! » Pour Syms et Darwin : « Un voyage-exploration qui changera notre vision du monde ».

Nous pouvons être déplacés sur nos présentoirs : être installés un temps, avec quelques albums, en salle d’études, en salle des profs, en salle de repos du personnel…

En fin de voyage-lecture, par tirage au sort ou par choix, donnez-nous l’occasion de faire une improbable rencontre. Le fils d’Adjoa croiserait Norbert. Le potier pourrait initier Iris au tour. Et si Jeanne-Marie s’était planquée dans la cale du Beagle ?

A moins que chaque lecteur choisisse celui d’entre nous qu’il aimerait rencontrer et nous dise pourquoi ?

A Givry (71), Marie-Hélène Legrand, la directrice de l’EHPAD des Sept fontaines, a offert aux personnes présentes au lancement d’1, 2, 3 albums un mini-livret, au format A5, qui donne en première page l’agenda des ateliers de lectures animées par une bénévole et une bibliothécaire et à l’intérieur la liste des albums avec invitation à noter ses impressions.

Cliquez sur l’image pour agrandir

A chaque saison, il faut trouver une mise en bouche différente des albums. Celle de 2020 s’est imposée de suite avec un objet par livre qu’on ferait deviner au public et les portraits des personnages, qui, tels des marottes, seraient accrochés à leur album.

Le montage ci-dessous donne un aperçu du déroulement. Sur simple demande, les  visiteurs du blog peuvent obtenir le lien vers le film de la scénographie intégrale (25 minutes) avec les textes savoureux empruntés aux auteurs.

Cette lecture-spectacle est jouée depuis janvier 2020 par les animatrices (et animateurs) du voyage-lecture, seules, associées à des collègues ou avec le public, en salle ou sur scène. Dans certains collèges et lycées, ce sont les jeunes d’une classe ou d’un club qui préparent et jouent la scénographie pour les autres. En juin, des lecteurs-voyageurs l’utiliseront pour promouvoir à leur tour les albums auprès d’autres publics : des jeunes à leurs parents, des ainés à des CM2, des apprenants à du public à la bibliothèque, etc. VML

La scénographie de présentation des albums à la maison des seniors à Chalon / Saône a inspiré Guy qui, à la rencontre suivante, avant la lecture de Tiens-toi droite, nous a offert ce texte et ce visuel où l’on retrouve les héros des albums 2020. Il prévoit de dessiner et d’écrire après chaque lecture épicée. Avis aux amateurs!

Une lecture, c’est un moment d’évasion. Une fois imprégnés des mots du texte, nous sommes entraînés dans une aventure. Avec les lectures collectives d’ 1, 2, 3 albums, on savoure la joie de partager chaque fois les fils d’un sujet différent choisi pour nous.

Le 14 janvier à Auxerre, 1, 2, 3 albums a réuni soixante personnes : étudiants, formateurs, enseignants à l’INSPE  (Institut National supérieur du professorat et de l’éducation).

Sous notre impulsion de formatrice, Eva, Inès, Léna et Marjolaine, quatre étudiantes de l’association culturelle et sportive de l’établissement ont joué la scénographie. La curiosité des spectateurs a été piquée. La plupart ont profité de la pause gourmande pour consulter les albums et découvrir la suite ou même la fin de l’aventure des héros.

La lecture épicée du Voyage de Darwin qui a suivi a aussi remporté un franc succès.

Les quatre présentatrices, motivées et investies, souhaitent associer un maximum de camarades étudiants à cette action qui s’inscrit pleinement dans leur cursus de formation. Elles comptent les sensibiliser aux techniques de lecture de groupe dont ils devront, au cours de leur carrière, faire bénéficier les élèves, les encourageant ainsi à entrer dans la fiction et à lire.

L’occasion leur en sera donnée dès ce printemps avec des lectures épicées qu’ils organiseront à l’INSPE pour des classes de CM des écoles avoisinantes.
Caroline, Amélie et Laurence, formatrices INSPE Yonne

En septembre 2019, Edith, animatrice à l’Ehpad des Amandiers à St Marcel, commune proche de Chalon/Saône, m’avait contactée, un peu désappointée.  Elle souhaitait participer à 1, 2, 3 albums mais ni les bibliothécaires ni les enseignants de CM ne voulaient s’associer. On s’est tourné vers Marie, la documentaliste du collège. Deux jours plus tard, Claire*, professeur de lettres acceptait d’embarquer avec une classe de 4e.

Co-voiturage
En novembre, Edith et Claire se contactent et décident de faire voiture commune pour venir à Mâcon à la présentation. Le courant passe. Elles y arrivent heureuses – on aurait dit des copines de toujours –  et en repartent pleines d’énergie pour partager les albums et organiser 4 séances intergénérationnelles.

Scénographie coopérative
En janvier, Edith organise un atelier de découpage des portraits et de montage des marottes. Les douze participantes imaginent une vie à leur personnage. Edith coopte trois lecteurs, deux résidentes : Elisabeth et Jani, et Jean-Louis, un bénévole qui vient régulièrement faire la lecture du journal et compte bien se mettre à celle des albums. Nous répétons tous les cinq une après-midi puis le matin de la séance publique.

Présentation mutuelle
Les contraintes d’installation (fauteuils roulants, déficiences de l’ouïe ou de la vue, la grande taille des ados) ne permettent pas d’intercaler systématiquement moins et plus de 20 ans comme on a pu le faire avec succès à la maison des seniors de Chalon.
A leur arrivée, les 4e, tels des acteurs en fin de spectacle, saluent le public. Puis chacun va dire bonjour et se présenter à quelques résidents qui eux-mêmes disent leur prénom. Echo : J’ai hâte de revoir les élèves.

De sorte qu’après la scéno, le feuilletage intergénérationnel des albums à deux ou quatre (deux ados et deux seniors) se mettra facilement en place. Echos : J’ai commencé à feuilleter un livre avec les élèves :  les illustrations sont magnifiques. Je suis impatiente de connaitre la suite des histoires.

Lectures autogérées
Au goûter, Elisabeth et Jani ont raconté à leurs voisines de table leur heureuse (et très réussie) aventure de lectrices, l’une en scène avec manipulation et lecture, l’autre de son fauteuil roulant. Dès le lendemain, Elisabeth, nonagénaire pleine de tonus, très fière de son rôle dans la scénographie, a commencé la lecture pour un groupe de cinq résidentes. Elle s’est même proposée pour faire la lecture à Mme T. dans sa chambre.

Prochain rendez-vous en mars pour une lecture épicée commune.
VML

*Claire aime beaucoup la sélection. Elle en a fait profiter ses neveux à Noël. L’accro au portable a reçu Moi, c’est tantale ; celle qui apprend à tourner La femme du potier ; le scientifique, Le voyage de Darwin.

Au collège Saint Dominique à Chalon/Saône, la classe de 5e 4 a pris en charge la scénographie* de présentation des 8 albums, créée par Livralire.

Les élèves, scindés en deux groupes, se sont répartis les rôles, les lecteurs apprenant par cœur leur texte. Ils étaient encadrés par leur professeur de lettres, madame Boldrini pour la partie lecture, puis par Véronique Guyon, la documentaliste, pour les répétitions.

Chacun aura joué 4 fois devant des camarades de 6e (5 classes) et de 5e (3 classes). Une séance a été organisée pour les familles, un soir après les cours.

Les professeurs s’y sont joints en nombre, alléchés par des invitations papier personnalisées faites par les jeunes.

Les élèves se sont beaucoup investis y compris des dyslexiques, fiers de leur exploit. Certains comme Nathan ont remercié les encadrantes. D’autres comme Lisa ont demandé à réitérer l’expérience. L’occasion leur est donnée avec les lectures épicées – lectures de groupe dynamiques et originales – qu’ils vont préparer pour les voyageurs-lecteurs de l’établissement.

Pour faciliter les lectures collectives à voix haute, Livralire créée pour chaque album une lecture « épicée », dynamique et participative.

On peut s’exercer à les jouer et apprendre les astuces pour faire des lectures goûteuses qui aident à faire sens, dans un atelier animé par Livralire, ouvert aux voyageurs en priorité mais pas seulement, offert par cinq des départements partenaires : Ain, Allier, Côte-d’Or, Saône-et-Loire, Yonne.

Il reste des places dans l’Yonne : le jeudi 6 février à la bibliothèque de Pourrain. Contacter Marlène François. (BDY)

On peut accepter encore une ou deux personnes en Saône-et-Loire : mardi 28 janvier à la médiathèque du Creusot. Contact Livralire.

Que ceux et celles qui ne peuvent en profiter, faute de place ou d’atelier local, pensent à mutualiser leurs préparations et leurs répétitions avec des voyageurs et voyageuses voisins.

VML

En prévision de la première rencontre intergénérationnelle à la maison des seniors de Chalon/Saône où sera jouée la scénographie le 13 janvier 2020, Véronique Marie Lombard est venue, la veille des vacances de Noël, rencontrer un groupe de 6e.

Aux élèves, regroupés par deux ou trois, elle a donné un exemplaire de la carte d’invitation, composée par Marie-Anne Wettstein. Elle leur a proposé d’observer les silhouettes, de les associer et d’imaginer quels personnages ils représentent, quels liens les unissent, ce qui peut bien leur arriver. Les suppositions fusent !

Si cette démarche formatrice de lecture d’images vous tente, sachez résister à la tentation d’être exhaustif. A ce stade du travail, il s’agit seulement de piquer la curiosité et surtout de susciter une attente. Au moment de la scénographie, puis des lectures épicées, il sera bien assez tôt de confronter les hypothèses formulées à la réalité des récits.

Emmanuel Delorme, professeur de lettres, collège Camille Chevalier, Chalon/ Saône.