1, 2, 3 albums est un voyage-lecture pas un concours de lecture.
C’est une aventure de lectures partagées, pas un championnat ni un défi.
Et pourtant on propose un scrutin.

 Voter est en effet un moyen de :
– clore l’aventure de lecture.
– dire quels sont les albums qu’on a préférés : les 3 titres qu’on aimerait offrir à quelqu’un ou se faire offrir.
– avoir une occasion d’initiation citoyenne.
– retrouver ceux avec qui on a partagé des moments de lectures et d’échanges notamment dans le cadre de jumelage.
– rencontrer d’autres personnes qui ont lu les mêmes textes. Exemple, à Sens (89) ou à Chagny (71) où tous les voyageurs se retrouvent à la médiathèque pour voter et partager une interprétation de lecture.

Livralire fournit (sur le drive) du matériel (modèle d’affiches, de bulletins, fiches de résultat) et un guide pour organiser au mieux  et à sa façon le vote individuel ou collectif. Exemples  :

– Une urne est à disposition des lecteurs pendant quinze jours.
– Des élèves volontaires organisent le vote sur une journée et accueillent les classes à tour de rôle  au CDI.
– Ici, le vote intergénérationnel se fait en deux temps. Jeunes et aînés, répartis en petits groupes ont discuté et fait un choix unique de trois albums préférés. Un délégué déposait ensuite le vote du groupe dans l’urne.
– Là, le vote réunit les élèves de CM, de 6e et les aînés de l’Ehpad. Le vote individuel a lieu dans chaque classe et à l’Ehpad. Lors de la dernière rencontre, les bulletins sont apportés, déposés dans l’urne et comptabilisés en public.

Les résultats doivent être transmis aux correspondantes BDP ou Livralire (selon les départements) au plus tard le mercredi 12 juin 2024.

 Les résultats seront proclamés sur ce blog le samedi 15 juin et par mail le lundi 17 juin.

VML

Depuis que le prélude a été joué par notre équipe, on partage régulièrement la lecture des albums au sein des sites de la Résidence Coeur du Brionnais à Semur et à Marcigny.

Deux fois par mois environ, je me rends aussi à l’école primaire Sainte Véraise avec deux résidents pour jouer une lecture épicée aux classes de CE et CM. Ce sont les anciens qui, après la présentation dans notre établissement, sélectionnent l’album qu’ils souhaitent partager. Nous sommes épatés par l’attention, la concentration et le silence qui règne dans la salle de classe lors de ces instants de lecture.

Te souviens-tu Marianne ? est tombé à pic : la ville de Marcigny se remettra aux couleurs de 1944 pour les 100 ans du débarquement en recréant l’ambiance et les décors de l’époque. Les associations diverses ont été sollicitées pour prendre part à ce projet. Nous montons une exposition à partir des questions des élèves et des réponses des résidents. Et nous espérons une interview des témoins de l’époque à Radio Cactus.

Electric fait beaucoup parler. Les ainés admirent l’humilité du grand inventeur qui n’a pas cherché à s’enrichir et qui était plus intéressé par les pigeons que par l’argent. Les jeunes connaissent le nom de Tesla par la voiture électrique. Chacun se demande comment on vivrait aujourd’hui sans l’électricité dont on est beaucoup plus dépendant qu’autrefois où on s’éclairait à la lampe à pétrole et aux bougies.

Grâce à La Robe de soie et aux nouvelles de Design Design lues en apéritif en fin de matinée, on discute de l’utilité des objets, de leur beauté mais aussi parfois de leur rareté ou de leur originalité. Un résident, véritable « Mac Gyver » de l’Ehpad, est à chaque fois heureux et fier de nous parler de ses inventions comme le bâton à pince permettant de ramasser des objets sans se baisser ou encore son distributeur de mouchoir fait maison !

Murielle Daumur, animatrice Ehpad Cœur du Brionnais  (71)

Eve Herbaut, enseignante à Darcey (Côte-d’Or), est accueillie avec sa classe de CM1-CM2 à la médiathèque Henri Vincenot à Venarey-les-Laumes où Lionel Gehant et son équipe leur jouent le prélude de présentation des albums.
Suit un premier feuilletage par petits groupes.
Ils rentrent à l’école avec les huit livres dans un sac.
La lecture individuelle commence.

Très vite Tout ce que la guerre déteste sort du lot.
La lecture collective est dynamique avec l’observation du rapport texte-image et des questionnements divers.
Elle est nourrie aussi par un extrait du film Le dictateur de Charlie Chaplin puis par les témoignages de deux nonagénaires qui avec émotion évoquent des souvenirs de leur vie entre 1940 et 1945 :

Pendant l’occupation les soldats allemands réquisitionnaient les chambres dans les plus belles maisons. Deux vieilles demoiselles qui venaient de Paris ont demandé à mes parents s’ils étaient d’accord pour que j’aille habiter chez elles pour éviter que les allemands ne viennent s’installer dans leur maison bourgeoise. Pour aller à l’école,  j’avais 4 km à pieds à faire et je n’avais que 5 ans. J’étais la reine, chouchoutée et bien nourrie.

J’avais commencé l’école avec un instituteur très sévère. Après avoir été mobilisé, il est revenu l’année de mon certificat d’études. J’appréhendais. A tort car la guerre l’avait changé. Il était beaucoup plus gentil !

Des dames se réunissent tous les mardis avec d’autres plus jeunes au foyer rural pour faire des jeux de société. Leur animatrice, comme l’enseignante, cherchait depuis un moment une occasion de faire se rencontrer leurs publics respectifs, d’âge différent mais du même village.
Un mardi après-midi, la lecture partagée de Tout ce que la guerre déteste les a donc réunis. Les élèves sont curieux, attentifs, émus. Les adultes en redemandent. Ils décident de mettre en scène l’album avec une touche d’humour et ensemble.

S’appuyant sur les propositions de ses élèves très investis, l’enseignante découpe l’album en plusieurs parties et répartit les rôles. Et le mardi, au foyer rural, les 10-11 ans créent les décors avec les 60-90 ans.

Les répétitions commencent. Les liens se resserrent. Puissent-ils se prolonger au-delà d’1.2.3 albums puisque les uns et les autres sont voisins !

VML  

Morgane Schäfer, enseignante spécialisée à l’école primaire et secondaire de Bussigny, grande voyageuse 1.2.3 albums, partage trois objets de contentement :

1/ Quel plaisir d’apprendre qu’il y aura un drive spécial archives ! L’autre jour, je me disais que c’était fort dommage que je n’aie pas gardé toutes les lectures épicées depuis toutes ces années !

2/ Dans le cadre de la lecture de Design Design, nous sommes allés voir les objets en vrais. En effet, ils sont exposés actuellement au MUDAC à Lausanne. Deux élèves ont été surpris, charmés et aussi déçus parfois par les objets. Mais c’était chouette de pouvoir sortir de l’école. Pour l’un deux, c’était une première, cette échappée culturelle !

3/ Deux élèves, qui ont vraiment de la difficulté en lecture, y trouvent du plaisir et ont même le courage d’aller faire des lectures dans d’autres classes.

La lecture épicée de Tout ce que la guerre déteste est quasi terminée.

Comme suggéré dans le conducteur de cette dernière, nous procédons à la collecte des verbes qui pourraient renseigner sur ce à quoi nous invite la vie puisque, bien entendu, ce que la guerre déteste le plus, c’est la vie dans toutes ses manifestations, sa variété.

Chacun inscrit donc, sur un quart de feuille de papier et à l’aide d’un crayon de couleur, le verbe de son choix. Victor répond à sa manière à la demande : pas de verbe, mais un dessin. Le groupe n’y perd pas au change, loin s’en faut puisque, en une image, nous récoltons plusieurs verbes : se balancer, jouer au
ballon puis s’asseoir à l’ombre d’un arbre généreux pour se reposer, piquer un petit roupillon.

La guerre doit en piétiner de rage, mordre son chapeau ! Et nous d’en rire, contents, grâce à notre camarade, de lui avoir joué un si mauvais tour, de lui adresser ce pied-de-nez !

Emmanuel Delorme, professeur de lettres (Camille Chevalier / Chalon-sur-Saône) 

La rencontre avec Tesla laissera aux jeunes d’un IME breton de sacrés souvenirs.

Après avoir découvert l’album Électrique, ils se sont documentés sur l’électricité grâce au numéro d’Images Doc sur le sujet.

Puis avec leur éducatrice, Emilie Chevillard, et moi-même en charge d’1.2.3 albums à la médiathèque, ils sont allés visiter l’Électrothèque, le musée de l’électricité de Saint-Aignan, au pied du barrage de Guerlédan.

La visite était assurée par une formidable médiatrice qui nous a offert des expériences, la manipulation de vieux objets et le visionnage du premier cinématographe.

Nous avons terminé par un parcours sur les hauteurs du barrage hydroélectrique.

Servane RIVOAL, bibliothécaire, Loudéac (Côtes-d’Armor)

Virginie Inot, professeure des écoles à l’école Prévert, et moi-même, documentaliste au collège Boris Vian, avons animé pour sa classe de CM2 une séquence autour du Jardin de Baba.

L’atelier s’est déroulé sur deux heures au collège :

1. Lecture épicée de l’album.

2. Echanges et réactions que nous avions, par expérience, anticipés, notamment le possible dégoût des vers de terre.

3. Vidéo documentaire sur l’utilité des vers de terre.

 4. Travail sur les compétences en français autour de noms de légumes communs et de l’ajout d’un article défini. Voir fiche.

 5. Observation d’oeuvres d’Arcimboldo.

6. Création plastique selon un processus proposé en ligne : coloriage en groupe de dessins de légumes, découpage, puis assemblage à la manière de l’artiste italien.

Conclusion : Une séance très efficace et une belle occasion pour les futurs collégiens, ravis de leur matinée, de découvrir le CDI du collège et d’y travailler autrement.

 Sylvie Merabti, collège Boris Vian (Talant-21)

2ème lecture épicée avec le Centre médico-psychologique.
Après Te souviens-tu, Marianne qui a ému les participantes, nous avons présenté  Tout ce que le guerre déteste.
Nous avons échangé autour de l’album et réfléchi à ce qui ferait gagner la vie sur la guerre.
Nous avons ensuite retranscrit les idées sur une reproduction de la dernière illustration du livre.
 
Catherine et Laëtitia, Bibliothèque Rollinat (Argenton-sur-Creuse)

Chaque année, dans le cadre de la liaison CM2-6e initiée par les professeurs du collège, Marion Gerriet, enseignante à l’école Elsa Triolet (Talant, 21) embarque dans 1.2.3 albums avec sept autres collègues du primaire. A l’automne, Sylvie Merabti la documentaliste leur présente le pack et chacun.e choisit un des albums comme support privilégié d’échange et de création.

Pour la classe de Marion, cette saison, c’est La Boucle d’oreille rose avec :

Au CDI : la dégustation de la lecture épicée jouée par trois volontaires de 4e.

A l’école :
1/ La lecture collective page à page par projection murale pour permettre une lecture fine et spontanée des illustrations : exemple, le groupe qui marche en contre-sens…

2/ La notation de mots-clés émanant des commentaires riches et denses.

3/ Le questionnement proposé par l’enseignante :
Cette histoire est-elle réaliste ? Vous concerne-t-elle ?
C’est un peu exagéré mais c’est vrai qu’on se sent exclu si on ne suit pas la mode -baskets, coupe de cheveux- ou si on supporte ou non telle équipe de foot !

Ça peut aller jusqu’au harcèlement. Est-ce que j’y participe ? Est-ce que je prends la défense de la victime ?
Quand je suis aveuglement une mode ou un groupe, je ne suis pas libre.

Et si la boucle rose était une métaphore ? Si la mise à l’écart tenait à autre chose ?
La couleur de la peau, a dit un élève. La façon de penser, un autre.

La discussion s’est engagée sur la discrimination, la ségrégation ; le racisme, le nazisme, le harcèlement : définition, exemples…

4/ La réalisation (cliquez sur l’image) seul.e ou en binôme d’une affichette avec un dessin symbolisant une représentation de la boucle et un mot clé.

Au CDI : l’ensemble est installé en forme de boucle d’oreille sur un panneau avec la  « morale » de l’histoire : Sois libre d’être toi-même.

Les collégiens-voyageurs viennent découvrir les extrapolations visuelles de La boucle d’oreille rose
et celles des autres albums, comme l’ont fait 60 familles lors des portes ouvertes du collège.

A l’école : la dynamique continue avec les autres albums achetés, soit en « lecture offerte » par l’enseignante,
soit pendant le quart d’heure lecture quotidien.

VML