Au campus des métiers (93) nouvel épisode de lectures partagées avec, cette fois, des apprentis cordonniers.
Rencontre 1 :
Lecture libre : chacun est invité à lire au moins un album de son choix puis à donner une impression.
Succès de Brindille : Elles ont peur les filles aujourd’hui, c’est pour ça qu’elles combattent. C’est une fille qui a du courage pour se déterminer dans la société.
Intérêt pour Un rêve sans faim : Pas drôle mais beau message.
Incompréhension de Va-t-en guerre : Elle n’a pas de sens cette histoire. Pour faire la guerre, il faut être deux.
Brainstorming autour du mot lire :
S’informer- transporter- rechercher-courir- évasion- mal aux yeux -culture générale- voyage -chant -perte de temps -pleurer -plaisir -rêver –ennuyer- s’instruire- chanter- découverte –action- courage -volonté – comédie – analphabète- aventure- cancre- plaisir – mission

Rencontre 2 :
Préparation de la lecture polyphonique de Brindille sur la base de la lecture épicée de Livralire.
Les jeunes sont motivés. Celui qui, au départ, ne veut faire que le gong, demande à lire. Un élève ultra faible percute tout ce que je lui demande de faire et est de loin le plus investi. C’est un très bon moment d’échanges et de « rigolade ».

Rencontre 3 :
Le lendemain, petite frayeur. Aux deux premiers cours de la journée, deux élèves dont le narrateur sont absents. Et leur professeur de cordonnerie vient sur un jour où il n’a pas cours normalement ! Le coup est-il prémédité ? Ils arrivent à l’heure dite, 10h, fiers comme des paons! Ils sont excités et impatients. On descend à l’atelier de pratique.
brindillecreteil1Très concentrés, les sept font leur lecture de Brindille, devant leur professeur de cordonnerie, leur assistante d’éducation référent et le CPE qui, emballés, ont eux mêmes envie de lire l’album. S’en suit un très joli moment d’échanges et de convivialité au milieu de leurs affaires et du matériel. Mehmet explique à son prof qui veut prendre une photo que Mickaël et Okan n’ont pas d’images dans les mains parce que ce sont les narrateurs. Clin d’œil avec collègue : tiens donc, ils ont assimilé quelque chose de la construction d’une fiction.
On partage un gâteau que j’ai fait. Enzo me remercie en me disant qu’il aime bien ces moments de convivialité et de partage. Je confirme : 1, 2, 3 albums crée du lien.

Ce n’est pas fini
Le professeur de pratique est super content. On prend rendez-vous pour la semaine suivante pour lui faire une lecture de Paris-Paradis ! En plus, il nous prête sa guitare pour une séance prévue avec les agents de sécurité autour de la Vie des gens. C’est une autre histoire …
Cécile BEYER, documentaliste, Centre de Ressources, Campus 93

A Noiron sous Gevrey (21), commune de 950 habitants, le voyage est intergénérationnel.
Quarante-six élèves de CM1- CM2 ont :
– lu les albums d’octobre à décembre
– préparé la scénographie en janvier avec  la bibliothécaire
– réalisé en classe leur portrait à la façon de La vie des gens
porté une lettre à un de leur voisin de plus de 60 ans,  le plus souvent une personne qu’ils ne connaissent pas mais dont on avait  recensé la liste. L’invitation (texte dessous) précisait d’apporter un objet en lien avec sa vie.

Nombreuses ont été les personnes qui ont répondu et qui sont venues.
Après la scénographie, les enfants ont pris leur portrait et sont allés à la rencontre des adultes en leur disant : « Je te lis mon portrait et tu devines l’objet que j’ai choisi ».
Puis ce fut le tour des adultes, étonnement à l’aise, qui se sont installés au milieu des jeunes, tels des conteurs. Un ancien représentant parle de ses pinceaux en soie de cochon. Un monsieur dit qu’à 12 ans il a reçu son plus beau cadeau : une montre. Sont cités un vélo, des aiguilles à tricoter, une poupée. Les enfants écoutent bouche bée. La complicité est palpable.

Des excusés ont envoyé des textes très détaillés qu’on prendra le temps de lire dans un second temps.  Un recueil des textes des enfants et des textes des adultes sera mis à disposition à la bibliothèque, afin que tous puissent en profiter.
Rendez-vous est pris pour une lecture épicée commune après les vacances.
Sabrina Malsert, bibliothécaire

pour découvrir le texte de l’invitation de chacun des enfants aux seniors de la commune Lire la suite

A partir des témoignages recueillis, voici une courte synthèse des atouts du voyage lecture intergénérationnel qu’une animatrice a pu qualifier de « mine d’or » pour les résidents de son d’Ehpad (Semur en Brionnais).

Partager les mêmes livres, ça permet aux jeunes et aux moins jeunes :

Sur le plan culturel
– pour tous, d’avoir de beaux livres entre les mains
– pour certains, de découvrir la lecture
d’aller au bout d’un texte sans trop de difficulté ou de fatigue
– de lire des livres cousins : beaux livres, biographies, autres albums
– de s’exprimer sous des formes variées : arts plastiques, jeu scénique, musique, écriture, chanson

Sur le plan relationnel
– d’avoir une activité commune
– de communiquer différemment avec les enseignants, personnel de service et/ou d’animation
– de témoigner dans le cadre des jumelages intergénérationnels
– de passer des textes à d’autres (chaîne de lecture)

Sur le plan personnel
– d’activer la mémoire
– de partager des souvenirs
– de prendre la parole
– de gagner de l’assurance
– d’avoir des instants de bonheur
– de sortir de son lieu de vie
– de conserver un statut social

En résumé, 1, 2, 3 albums permet de :
Lire,
Dire,
Quitter le quotidien,
Tisser des liens.
On maintient ce cap pour le prochain voyage-lecture intergénérationnel.
Renseignements : 123albums [arobase]livralire.org
(VML – Livralire)

Lors d’un atelier écriture mené à l’EHPAD,  nous avons demandé aux  participants à 1, 2, 3 albums, ce que pouvait apporter la lecture et comment motiver les jeunes générations à lire un peu plus. Tous les présents y sont allés de leurs petites phrases. Celles-ci ont été mêlées ensemble pour donner place à une belle oeuvre collective qui sera offerte aux enfants de l’école avoisinante à qui ils prêteront le pack 2013. Invités à la fête des écoles de fin d’année, 10 résidents seront heureux et fiers d’être passeurs.

Voici leur texte, inspiré par la lecture des albums.

« Autour de la lecture »
– Lire permet de trouver le temps moins long
– Lire permet de voyager.
– Lire permet d’apprendre, de connaître. On découvre d’autres cultures, d’autres régions, d’autres pays. On peut apprendre à connaître quelqu’un, sa vie, sa famille, son entourage, son histoire.
– Lire occupe l’esprit et permet de garder la mémoire.
– On partage parfois les souffrances et les joies.
– Parfois, en lisant, on est déçu, soit par le livre, soit par l’histoire.
– On peut lire seul, dans sa chambre ou dehors, quand il fait beau.
– On peut aussi lire ensemble, en groupe. Chacun peut raconter ou dire ce qu’il a retenu, ce qu’il a apprécié ou non, ce qu’il sait, ce qu’il connaît ou a connu. On partage alors nos idées, notre vécu, notre expérience, douloureuse ou non.
– Lire, c’est voyager ensemble, s’évader.
– Lire est une belle distraction.
Parfois, les difficultés liées à la vieillesse telle que la vision ou les tremblements empêchent la lecture, d’où l’importance de la lecture collective, ENSEMBLE.
Murielle DAUMUR, Semur en Brionnais 

Cette année encore, nous avons participé à 1, 2, 3 albums avec  une classe de 3ème du collège de GENLIS en reprenant le même protocole de rencontres que les années précédentes :

– la présentation des albums à la médiathèque de GENLIS (21)
– un repas à la maison de retraite dans une ambiance chaleureuse et sympathique. Pierre a expliqué aux collégiens la nécessité de poursuivre de grandes études afin de trouver sa place dans la société.
– un spectacle en commun : « Bon anniversaire », mis en scène par la compagnie Zig Zag,   dont l’action se déroule pendant la seconde guerre mondiale (programme des 3ème).
– la rencontre finale au collège pour laquelle nous avons  écrit et préparé des recettes insolites à déguster avec les jeunes à partir du livre « La guerre des mots ».

Des photos impertinentes ont été réalisées à la manière de « Les (vraies) histoires de l’art ». Reprenant la démarche de l’auteur, nous avons mis en scène les résidents et fait un montage photos.

Les collégiens ont dû découvrir la logique des triptyques. La journée fût excellente et très appréciée par les jeunes et les moins jeunes.
Catherine MEI, animatrice à l’Espérance – Dijon. 

A l’Hôtel Dieu de Mâcon, quand la fête intergénérationnelle s’achève autour d’un goûter, pas facile de s’isoler dans un couloir !
Le bruit de fond (fauteuil roulant et chariot d’intendance) est aussi naturel  que les commentaires du duo professeur-animatrice que l’on remercie infiniment.
VM Lombard au micro et MF Vidal à la caméra

Lundi 18 mars, la classe de 6e1 du collège Boris Vian à Talant (21) se rend pour la deuxième fois à la résidence l’Eté indien en courant tant ils sont pressés de retrouver les papis et mamies.
Revêtus de pagnes, les enfants ont lu à haute voix l’album (La voix d’or de l’Afrique) entrecoupé par la voix typique de Christelle, une camerounaise venue spécialement pour l’occasion.
Puis leur professeur d’Education physique et sportive, conquise par ce projet, a présenté plusieurs objets africains : masques, tissus, batiks, calebasses, petits instruments de musique, sandales, statuettes. S’en est suivie une mini séance d’essayage entre jeunes et aînés : les masques et les calebasses sont passés de tête en tête, les sandales en semelle de pneu ont été enfilées, les pagnes revêtus.

Spontanément, les jeunes se sont dirigés vers les tables des aînés pour proposer une séance coloriage de notes de musique (comme dans l’album) et d’objets africains. Beaucoup de rires et de paroles échangées venant des aînés qui n’avaient pas colorié depuis bien longtemps.
Un résident a souri pour la première fois depuis des mois, dixit l’animatrice. Aucun élève ne veut rentrer au collège : il faut à nouveau courir pour arriver à l’heure !
Sylvie Mérabti, professeur-documentaliste