Lancer 1, 2, 3 albums en Ehpad doublement accompagné

cartes postales commentaire »

Sandrine Guichard, animatrice à l’Ehpad de Marcigny (71), a découvert 1, 2, 3 albums lors d’un stage dans un Ephad voisin. Murielle Daumur, animatrice, grande voyageuse avec les résidents de l’Ehpad de Semur-en-Brionnais depuis huit ans, ne l’a pas seulement initiée. Elle la parraine, la conseillant pour préparer la scéno avec les ainés puis la jouer. Elles échangent toutes les deux sur le déroulement du voyage.

Sitôt revenue de Mâcon en novembre, Sandrine a présenté le projet à la cadre de santé de son établissement qui a apprécié le projet, lu les albums sur son temps personnel, proposé, après avoir vu la vidéo de la scénographie, de la jouer en duo.

Comme à Semur-en Brionnais, les résidents de Marcigny ont préparé en atelier les supports de la scénographie.

Résultat, mi-avril, raconté par Sandrine :

Accompagnée de ma cadre de santé, nous avons présenté le projet puis joué la scénographie. Plus de 20 personnes participaient à cet après-midi découverte. Certains enchantés, d’autres dubitatifs, ils ont tous fait preuve d’intérêt tout au long de la présentation. Une résidente à fait la « voix verte »: investie et valorisée, elle s’est désignée référente de ce nouveau projet !

Ont suivi, verres à la main, des échanges autour des albums et les possibles histoires qu’ils percevaient dans notre mise en scène. Une grande majorité de résidents attend avec impatience la première lecture, avec un engouement particulier pour « Le maitre d’école ».

Lectures sans fin avec des livres cousins

cartes postales commentaire »

Au collège de Pont-de-Vaux, Nathalie Blanc, documentaliste, a préparé pour les voyageurs-lecteurs de 6e un panier de livres « cousins » qu’elle leur présentera pendant un cours de français. (Cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

Si l’on n’a pas les ouvrages cités (ni d’autres apparentés), on peut s’inspirer de cette démarche qui vise à alimenter l’envie de lire en prêtant des albums des années précédentes, qu’on  aura, à un moment approprié ou le jour du scrutin, exposés ou présentés, en vrac ou autour d’un fil.
Exemples : Histoires vécues / Princes et princesses / Passions (dessin, musique, sport) / Catalogues (objets, rêves, portraits)/ Dans la nature / En ville …

 

Projet de classe : élèves passeurs d’histoire aux adultes

cartes postales commentaire »

Le voyage lecture intergénérationnel 1, 2, 3 albums 2019 a été lancé le mardi 5 mars à la bibliothèque municipale Gérard Dubois à Varois-et-Chaignot (21).

A l’issue de notre présentation scénographique des albums, les enfants de CM1 ont choisi l’album qu’ils souhaitaient s’approprier en lecture afin de le transmettre à leur tour.

Sur quatre lundis et mardis (11 mars, 19 mars, 25 mars, 9 avril) pendant le temps scolaire et dans une salle dédiée, nous avons avec Martine transmis la scénographie des albums aux enfants, par petit groupe. Notre objectif était que chaque enfant soit acteur dans la lecture et c’est tout naturellement que chacun a trouvé son personnage, sa place dans l’histoire.

Une répétition générale a eu lieu le 29 avril à la bibliothèque avant la présentation finale lundi 6 mai 2019 devant les invités des enfants : grands parents, nounous, voisins. Ceux qui n’avaient personne à inviter ont été parrainés par des lecteurs de la bibliothèque.

 

Les enfants étaient motivés, investis, heureux de lire et de transmettre à un public d’adultes attentif et séduit. Cette première rencontre s’est terminée par un goûter apprécié de tous.

Rendez-vous jeudi 27 juin pour le résultat du vote avec la lecture épicée de La princesse aux mille et une perles par les enfants pour les parents.

Marie-Jo Chalimon, responsable de la bibliothèque

Un jeu pour rafraîchir la mémoire et tonifier la rencontre finale

cartes postales commentaire »

Pour la deuxième année, nous avons animé 1, 2, 3 albums en jumelant une petite classe de développement secondaire avec des dames retraitées de l’association Soleil d’automne. Les jeunes, très investis dans la scénographie, l’ont été moins dans la lecture et encore moins dans les échanges, car pas assez armés pour structurer un avis de manière spontanée.

Voyant cela, j’ai fait en sorte de charpenter la dernière rencontre en l’organisant en 4 étapes :

1/ Un quizz (lire plus bas). Pour aider à la remise en mémoire de chaque album (et surtout pour les obliger à participer oralement plutôt que d’attendre que le temps passe, j’ai créé un quizz en appui sur les albums et sur la scénographie. Les jeunes affrontaient les seniors avec une ardoise et une craie, par groupe afin de les obliger à se concerter et rendre des réponses vraiment collectives (à main levée, il n’y aurait eu que quelques participants !).

2/ Un bilan oral de ce qu’apporte chaque lecture. Exemples :
Mille dessins dans un encrier : un élève s’est découvert une réelle envie de peindre et l’idée est venue de faire profiter les jeunes d’une initiation à la calligraphie par une personne de l’association qualifiée en la matière.
Ruby tête haute : il est important de parler d’exclusion car c’est encore malheureusement un sujet d’actualité.
Le jardin du dedans-dehors : cette histoire montre que, malgré les murs que nous érigeons, il y a toujours un espace pour se retrouver.
Le labyrinthe de l’âme : c’est tellement fourni qu’on y perd son âme.

3/ Le vote à bulletin secret avec une urne improvisée grâce au poster fourni.

4/ Un goûter pendant le dépouillement, suivi du résultat.

Bien que les jeunes soient restés timides et distants, les vieilles dames ont été ravies et sont partantes pour l’an prochain.

Marie Karasiewicz – Bibliothèque Scolaire de Préverenges (Suisse)

Le Quiz 123 ALBUMS 2019 Lire la suite →

Détendus et joyeux le temps d’une lecture, même en fauteuil roulant.

cartes postales, Un air de liberté à Congo Square commentaire »
Mardi 2 mai, Joëlle et Georgette présentaient, à deux voix et sur fond musical, la lecture épicée de l’album d’Un air de liberté à Congo Square, à un auditoire constitué de quatorze résidents de la Maison d’Accueil Spécialisé d’Augy (MAS). Ces derniers, très attentifs, furent particulièrement sensibles aux rythmes des djembés, des doum-doums, des kenkénis,..

Au-delà des mots et de la compréhension du texte, cette lecture à voix hautes n’avait-elle pas vocation à faire ressentir, par la musique, l’âme de ces femmes et de ces hommes travaillant pour les blancs tous les jours de la semaine, jusqu’au dimanche, jour de liberté, jour de danses et de chants à Congo Square ?

Et quoi de mieux, en effet, que cette musique afro-américaine pour entamer un dialogue gestuel et exprimer des émotions, des sensations… et peut-être aussi simplement le plaisir d’être ensemble et libres !

Christine Gouin, présidente Champicaulivres, bibliothèque de Champs/ Yonne – 89

Braderie de livres jeunesse

cartes postales commentaire »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rien ne se perd…La vente d’albums enfants et des romans jeunes fera des heureux et permettra à Livralire d’acheter des albums « grand large » et d’aider des participants au prochain 1,  2,  3 albums.

Deux nouveautés d’avril font écho à deux albums

Ruby tête haute, Un air de liberté à Congo Square commentaire »

En lançant la collection Elles ont osé, les éditions Oskar mettent en avant des jeunes filles ou des femmes qui ont pris des risques et qui, avec courage, ont dénoncé des situations de haine, d’oppression, de destruction. Les portraits sont portés par un récit dynamique écrit à la première personne.

Les deux premiers titres, pour tout public à partir de 13 ans,  font écho à deux albums du voyage-lecture en cours : Ruby tête haute et Liberté à Congo Square.

Dorothy Courts, affronter la haine raciale / Elise FONTENAILLE
Trois ans avant Ruby Bridges, une jeune fille afro-américaine de 15 ans a dû affronter la haine raciale. Son admission dans un lycée de blancs en 1957 en Caroline du Nord lui valut des injures, des crachats, des menaces de mort. Elle raconte en moins de 50 pages la violence subie, les risques pour sa vie et celle de sa famille, l’obligation d’aller étudier ailleurs et la revanche qu’elle a tenue en revenant travailler, diplôme en poche, dans sa ville natale ! (9,95 €)

Harriet Tubman, la femme qui libéra 300 esclaves / Anouk BLOCH-LAINE
Le dimanche était un jour important pour Harriet, l’esclave. Il y avait l’office religieux où elle allait avec sa famille et, ce jour-là, la tension des maîtres se relâchait. C’est donc un samedi soir de septembre 1849 qu’elle s’enfuit, confiante en Dieu, et rejoint Philadelphie grâce au système du chemin de fer souterrain. De là, puis plus tard du Canada, elle deviendra « conductrice » et convoiera secrètement sa famille et autres esclaves vers le Nord abolitionniste. Sa tête sera mise a prix ce qui n’empêchera son  active participation dans la guerre de Sécession. (14,95 €)

VML


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes