They read it, they like it

cartes postales commentaire »

Au collège du Fort à Sucy-en-Brie (94), ce ne sont pas les professeurs de lettres qui ont  embarqué dans 1, 2, 3 albums avec Cécile, la documentaliste, mais ceux d’arts plastiques et d’anglais.  

La documentaliste et la professeur d’anglais ont joué des lectures épicées à  deux classes de 6e. Chaque lecture a été suivie d’un un débriefing en français suivi d’un  résumé en anglais fait par l’enseignante avec des points de vocabulaire et de grammaire. Les 6e choisissaient ensuite le smiley correspondant à leur ressenti sur l’album avec une explication en anglais :   I like it because / I don’t like because.

Le groupe angliciste d’une des classes a  préparé un résumé en anglais de Cours, chacun étant responsable d’une phrase lue à voix  haute aux germanistes,  et lu Méditerranée à voix haute en version bilingue, sur une traduction de la professeur.

Les élèves de l’autre classe entière ont créé  avec la professeur d’arts plastiques des instruments de musique, exposés au CDI avec des notices bilingues pendant qu’en anglais, ils rédigeaient un album numérique de l’Orchestre recyclé.

Des duos de lecture intergénérationnels en Suisse !

cartes postales commentaire »

A Favargny en Suisse, le hasard (ou des autorités éclairées, ça arrive !) a placé à proches l’un de l’autre deux établissements importants, deux lieux de vie que tout semble opposer : l’école secondaire et le home pour personnes âgées. Et il arrive que ces deux mondes en plus de se côtoyer, se rencontrent vraiment dans un beau partage, et que des liens magnifiques se créent entre ces deux mondes.

Abigaël, Gabriel, Deborah, Sylvie, Anna, Lana mais aussi Joris, Loïc, Justine, Tamara et Camille occupent leur pause de midi pour visiter quelques résidents et partager un moment de lecture.

Proposée et organisée par la bibliothèque en collaboration avec le service d’animation du Home, l’activité 1, 2, 3 albums offre une aventure de lectures solidaires. Huit albums, magnifiquement illustrés, pas trop longs à lire, mais présentant toujours un intérêt historique, artistique, philosophique, sociologique, etc… sont proposés aux jeunes. Chacun va alors les lire à un résident et partager quelques réflexions à ce propos.

Il faut voir le grand sourire et le visage qui s’illumine, quand Mme Piccand reconnaît Anna, l’élève qui va passer un moment avec elle. Car pour eux, c’est un moment intense, une vraie rencontre. Les jeunes prennent un peu de leur précieux temps pour le leur consacrer : c’est le printemps qui entre dans leur chambre, c’est la  jeunesse qui redonne un élan à leur vie, c’est le signe qu’ils ne sont pas complétement oubliés et que leur existence compte encore un peu. Anna reviendra huit fois, ainsi les deux générations pourront s’apprivoiser et une véritable amitié naîtra.

Pour les jeunes, c’est aussi une belle expérience : le plaisir de partager la passion de la lecture, la satisfaction d’aider, de se sentir utile. Toute rencontre est joie et ces jeunes savent que les aînés ont certainement des enseignements qui vont les aider à trouver un sens dans ce monde si complexe et si chaotique. Comme le relève un élève : « J’aime les personnes âgées, car elles ont beaucoup d’histoires. »

Christian CONUS

A Chalon, deux artistes amateurs inspirés par les albums

cartes postales commentaire »

Un mardi de février 2018, Guy, un sexagénaire isolé, peintre amateur, passe par hasard à la maison des seniors de Chalon-sur-Saône. On allait démarrer la lecture épicée des Robinsons de l’île Tromelin. Je l’ai invité à rejoindre le groupe. Après la lecture et l’échange, il demande à prendre la parole et improvise un poème. Il annonce qu’il reviendra. A la séance suivante, il apporte son carton à dessins rempli d’oiseaux merveilleux et nous en offre.
Je lui propose alors de faire un dessin par album. Il se prête au jeu, offrant même à la classe de 6e la tortue de Tromelin puis le portait des musiciens de l’orchestre recyclé. Il nous a avoué que cette proposition l’avait stimulé, de même que l’admiration que lui ont vouée les collégiens.
Comme Nos plus grands rêves ne l’inspire pas, le relais est pris par Pierre, un jeune adulte, lui aussi assidu aux ateliers, qui illustre au stylo bille le portrait d’un personnage qui l’inspire, Zhang Liao, un guerrier très grand stratège de la Chine antique.
Comme l’ont fait les 6e avec le groupe d’adultes avant le vote, à vous d’associer les dessins aux albums de la sélection.
VML

Ray, Adam Rainer, Fabio Chavez et son orchestre sur le podium d’ 1, 2, 3 albums

cartes postales commentaire »

Chaque voyageur-lecteur a été invité à désigner 1, 2 ou 3 titres du pack 2018 qui l’ont particulièrement touché.

L’album de Davide Cali, Cours caracole en tête. Suivent deux histoires vraies : L’histoire extraordinaire d’Adam R  et L’orchestre recyclé.

  

Tous les albums ont eu des voix, chaque récit parlant différemment aux uns et aux autres, selon son âge, son histoire, le contexte de lecture, les échanges qui ont eu lieu et les activités proposées.

A lire les résultats des différents groupes, on peut deviner s’il y a eu accompagnement de lecture ou non. La lecture épicée aidant à faire sens a libéré la parole et suscité des émotions. C’est particulièrement vrai pour Méditerranée, album nécessaire, dixit une professeur des écoles de Côte-d’Or qui, après la lecture collective, a fait chanter « Mercy » à toute sa classe.

Les robinsons de Tromelin ont révélé aux voyageurs une page d’histoire inconnue. Le livre, éclairage sur l’esclavage et exemple de robinsonnade, est voué à une longue vie dans les établissements scolaires.

Avec Naya, hommage a été rendu aux femmes.

Ici et là on aura partagé nouvelles et rêves sous des formes variées (mur, cahier, bande son, vidéo) grâce aux deux albums : Bonnes nouvelles du monde et Nos plus grands rêves.

A  lire les commentaires, la sélection 2018 était exceptionnelle. Le comité s’en félicite et souhaite partager ce compliment avec les éditeurs qui ont l’audace de publier des textes riches et beaux. Merci surtout aux auteurs et aux illustrateurs : nous comptons sur eux pour écrire ou dessiner d’autres  histoires vraies, des contes ou des catalogues avec lesquels on pourra, de 10 à 100 ans, lire, écrire, dire, échanger, dessiner, jouer, chanter, rire, pleurer …VIVRE tout simplement !
VML

Des déchets recyclés en œuvres d’art

carnet des lectures, L'incroyable histoire de l'orchestre recyclé commentaire »

Au lycée professionnel Camille Du Gast à Chalon-sur-Saône, 1, 2, 3 albums a permis de créer deux types de lien :

1/Une équipe adulte particulièrement investie, constituée d’enseignants, d’agents, d’accompagnants (deux Aides Vie Scolaire) a présenté la scénographie aux élèves de deux classes de CAP.

2/La classe de carrosserie-mécanique a voyagé en jumelage avec la classe photo de CM1-CM2 de l’école voisine Jean Lurçat, pilotée par le musée Nicéphore Niepce.
Les lycéens et les primaires se sont retrouvés à mi-parcours autour de deux albums : Les bonnes nouvelles du monde et L’orchestre recyclé.

En binôme, ils ont :
– partagé des rêves inspirés par des photographies (sur le principe du photo langage), puis rédigé un texte, l’ensemble étant rassemblé dans un petit livret qui sera offert à chacun à la rencontre finale en juin.

– fait des photographies de déchets plastiques ou alimentaires, agrandis jusqu’à n’être plus reconnaissables, et ont cherché à donner un nom aux formes ainsi révélées. Les œuvres ont été encadrées et exposées dans un couloir du lycée, avec l’intitulé en français et en anglais et le nom des créateurs.  Surprenant et magnifique ! Une bouteille est devenue chaîne de vélo, une dosette de café peau de rhinocéros, un tube de chips œil de cyclone.

En juin, à la dernière rencontre, les binômes, un grand + un petit, ont entre autres construit un mobile en objets récupérés suspendus par des fils nylon à une pièce de bois prise sur un touret et bloqués par des perles que le professeur d’arts appliqués gardait depuis des années !

PS : Dans le cadre du dispositif « Eveil » mis en place par la région Bourgogne-Franche-Comté, la classe logistique, aidée d’un comédien, a mis en scène la lecture de quatre albums. La présentation publique de grande qualité a fait faire aux apprentis des progrès en diction autant qu’en confiance en soi.

Vous rêvez de venir en Polynésie, eux d’aller en France !  

cartes postales commentaire »

Comme l’avait suggéré quelqu’un sur le blog,  j’ai proposé à ma collègue de français qui mène 1, 2, 3 albums avec moi, de faire « un mur de rêve ».  Je voulais jouer sur le singulier et le pluriel : mur de rêve /mur de rêves ?  « Seulement, le tableau blanc du CDI, ça fait pas trop rêver », m’a-t-elle dit.

J’ai laissé mûrir le projet pendant que les élèves écrivaient leurs propres rêves. Et je me suis dit que notre mur de rêve était autour de nous ! D’où l’idée de prendre des photos de notre cadre de vie et d’y insérer les tableaux des rêves des élèves ! Voici le résultat, sous forme de livret Calaméo.

Les jeunes de métropole se reconnaîtront dans certains rêves concernant l’argent, la famille, le foot, les ambitions. Mais sans doute pas dans celui d’être douanier ou de prendre le train ! Un rêve sur notre île de Moorea dont les plages de sable fin font tant rêver les Européens !

Fabienne Bourjon, documentaliste au collège d’Afareaitu (Moorea, Polynésie française)

Ray, le héros de Cours interviewé par des lycéens de Gex

carnet des lectures, Cours ! commentaire »

Bonjour, nous sommes trois élèves de seconde de la section MRCU (métiers des relations clients et usagers) au lycée  polyvalent Jeanne d’Arc à Gex dans l’Ain. Votre histoire racontée par Davide Cali dans l’album Cours nous a touchés. Nous vous remercions de nous accorder quelques instants pour répondre à nos questions.  

1/ « On va voir si tu as du souffle ». En quoi cette phrase est importante pour vous ?  Cette  phrase, c’est le commencement de mon histoire.  Lorsque que j’étais enfant, j’étais seul et perdu, mais un jour, quelqu’un m’a tendu la main, et m’a aidé à remonter la pente. Et moi aujourd’hui j’essaye de faire de même, d’aider des petits.

2/  Pourquoi avez-vous fait de la boxe ?
La boxe est un sport unique, un sport où il faut se battre pour gagner, où il faut analyser son adversaire, la situation et les possibilités. En réalité, je n’ai pas vraiment fait de la boxe j’ai surtout couru. La course m’a aidé à contrôler mes pulsions et mes sentiments.

3/ Qu’avez-vous ressenti lors de votre premier marathon ?
Comme tout le monde, de la fatigue, de l’essoufflement… Au début,  je pensais que je pouvais arriver dans les premiers. C’est seulement ensuite que je me suis rendu compte que le plus important c’était de tenir jusqu’à la ligne d’arrivée.  Je suis fier d’avoir couru jusqu’au bout.

4 / Eprouvez-vous de la reconnaissance envers votre ancien proviseur, M. Parker ?
Oui, énormément, car il m’a poussé vers la lumière et m’a aidé à comprendre qui j’étais en réalité, ce que je souhaitais devenir et quel genre de personne je voulais être plus tard.

5 / Qu’est ce qui vous a décidé à devenir proviseur dans ce collège ?
Je ne souhaitais aucunement exercer le métier de proviseur étant jeune, mais après mes études de mathématiques à l’université,  je me suis demandé comment j’en étais arrivé là et qui m’avait aidé. J’ai tout de suite pensé à M. Parker, mon ancien proviseur. Il avait trouvé un but dans la vie :  aider des enfants, les aider à grandir et devenir adulte. Je partageais les mêmes objectifs. J’ai donc suivi le cursus pour devenir enseignant.

6/ Que voudriez-vous dire aux jeunes en difficulté ?
N’abandonnez jamais. Allez toujours au bout de vos envies. Ne vous freinez pas à cause de ce que disent ou pensent les autres. Vivez à fond votre vie. Etudiez, voyagez, aimez !


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes