Lire et écrire en 6e avec des albums

carnet des lectures commentaire »

Depuis que nous avons lancé le projet avec la scénographie, les élèves de 6e ont eu plusieurs semaines pour lire les albums. Le projet a été bien accueilli et la plupart des élèves ont joué le jeu.

Chacun doit réaliser un carnet de lecteur : illustrer une première de couverture et écrire sous la forme d’abécédaire. Cela consiste à choisir des mots clefs et à les définir par rapport à l’album. C’est un bon exercice pour voir si l’élève a compris l’histoire (thèmes abordés) et cela permet de travailler l’expression et la langue sur de petites productions. Ce travail a lieu après une lecture épicée au CDI pendant les heures où je n’ai que la moitié de la classe ; ainsi nous passons auprès des élèves pour reprendre ce qui n’a pas été compris et reformuler avec eux leur pensée quelquefois bien embrouillée. Cela donne par exemple :

Pour Le maître d’école
H comme honte.Le père du garçon a honte quand il va voir le propriétaire et que celui-ci lui montre la lettre car il ne sait pas lire. (Gabin)

O comme obscurité. Il n’y a pas d’électricité dans la maison du narrateur. La famille du narrateur réclame la lumière. L’obscurité peut aussi signifier l’ignorance quand on est analphabète. L’album est dessiné en noir et blanc, cela fait penser à l’obscurité. (Léo)

Pour La Princesse aux mille et une perles
T comme trahison. Chayan trahit sa famille en voulant détruire le collier et en dispersant les perles pour ne pas que Khouniley soit reine. (Lola)

Pour Le Jardin du dedans-dehors
L comme liberté. Dedans, Chiara et son frère sont libres dans leur jardin. Dehors, les habitants de Téhéran ne sont pas libres car le pays est en guerre et les gens n’ont pas de droits. (Léo – le même !)

Chaque lettre sera illustrée à la manière des manuscrits médiévaux.

Delphine NAUCHE, professeur de français au collège de Pont-de-Vaux (01)

La scénographie 1, 2, 3 albums : un outil coopératif à l’Ehpad

cartes postales commentaire »

Pour beaucoup de voyageurs, la scénographie de présentation des albums jouée en janvier ou février est déjà de l’ histoire ancienne. Pas pour nous !

Comme chaque année, les résidents se sont livrés avec beaucoup de sérieux à la préparation de la scénographie. Lors des découpages, de la confection des pochettes et de l’ illustration des mots, leur curiosité a été éveillée : Pourquoi écrit-on tous ces mots ? Qui sont ces personnages ?  Qu’est-ce que l’on va faire avec tout ça ? Et comme toujours, nous, les animatrices, nous répondons en maintenant le suspense.

Avec des pieds de parasol et du grillage récupéré, les agents techniques ont fabriqué le grand présentoir vertical qui est volontairement resté dans la salle d’animation durant 2 mois, attirant les regards et questionnant le personnel, les bénévoles, les familles et les enfants du centre de loisirs de la commune.

Courant mars, la scénographie a été jouée trois fois : deux séances avec une vingtaine de résidents et une troisième avec les élèves de CM de l’école du village, partenaires du projet depuis quelques années déjà, mais jamais jusqu’ici associés dès la présentation des albums dans notre salle d’animation. Pour l’occasion, les résidents s’étaient adonnés à un atelier pâtisserie le matin même, réalisant ainsi de très bons gâteaux aux pépites de chocolat. Cette double dégustation littéraire et culinaire, entrecoupée du feuilletage des albums, a été riche en émotions et en gaité.

Rendez-vous a été pris avec les enfants et les anciens pour des lectures partagées à l’école à la rentrée des vacances de Pâques, à raison d’une fois par semaine. Ainsi les élèves pourront nous faire part de leurs 3 albums préférés avant la fin de l’année scolaire.

De notre côté, nous partageons la lecture des albums avec les résidents. On se salue, on fait un rappel du projet en début de séance, puis on lance une énigme. Le résident qui trouve la clé en premier choisit l’album du jour. Ce système motive les « troupes », beaucoup réfléchissant et incitant les plus endormis à s’intéresser. S’ensuivent des impressions, des échanges de savoirs et de savoir faire, des souvenirs, des évocations cinématographiques, musicales ou littéraires (exemple Shéhérazade et les contes des mille et une nuits pour La princesse aux 10001 perles) ou des créations artistiques.

Pari réussi : 1, 2 3 albums continue d’intéresser et d’attiser la curiosité !
Murielle Daumur, animatrice Ehpad Semur-en-Brionnais  (71)

S’intéresser au moins aux élèves, si ce n’est aux albums

cartes postales commentaire »

A lire les retours d’expérience positifs publiés sur ce blog, on oublierait que le terrain n’est pas toujours favorable à la lecture d’albums avec des plus de 10 ans. On connait les arguments :  Vous vous trompez de cible. /  Ce n’est pas pour mon public, c’est pour les enfants !  / Ils n’en ont pas besoin.  / Ils ne savent pas lire. / Ils ne peuvent plus lire./ Le programme est déjà trop lourd…

Quand on fait goûter aux méfiants une lecture épicée, on sait maintenant qu’on a toutes les chances de voir les visages s’ouvrir et les barrières tomber. Encore faut-il que l’auditoire soit disposé à l’écouter.

Dans cet établissement, des professeurs ont donné leur aval pour accueillir dans leur classe des élèves de 6e qui ont préparé au CDI et avec soin des lectures épicées à jouer à leurs camarades. Mais l’accueil qu’ils leur réservent est indigne :
– Un groupe est déstabilisé après s’être fait accueillir par ces mots :  » Voilà les envahisseurs  » !
– Dans une classe, l’enseignante reste à sa place face à ses élèves, occupant l’espace de représentation, et sitôt la lecture épicée amorcée, braque les yeux sur son portable.
– Dans une autre, le professeur s’installe au fond avec des copies à corriger.
Heureusement, une enseignante se montrera, elle, réceptive.

Chacun sera juge de cette désinvolture de pédagogues qui exigent des élèves attention et effort mais en situation inversée, ne savent leur rendre la pareille.
Pour éviter un tel mépris, il y a trois parades possibles :
– Modifier l’installation de la salle de classe pour avoir le public resserré en face de soi, même si ça prend trois minutes et que ça fait du bruit.
– Exiger l’attention de tous pour commencer … et attendre le temps qu’il faut pour que la consigne soit comprise y compris de l’adulte présent.
– Impliquer l’enseignant qui accueille les passeurs d’histoire en lui donnant une part, même minime, dans la lecture.

VML

Il était comment votre maître d’école ?

carnet des lectures, Le Maître d'école commentaire »

L’album Le maître d’école fait l’unanimité dans notre Ehpad. Les résidents apprécient énormément cette histoire vraie qui soulève maintes discussions et réveillent beaucoup de souvenirs.

Les difficiles conditions de vie : pas d’électricité mais des lampes à pétrole, pas d’eau courante, les WC au fond du jardin, simple trou ou planche avec un trou au milieu !
« On savait quand les dames avaient leurs ours car les serviettes à l’époque séchaient au vent sur l’étendage« .

L’école : le chemin pour s’y rendre à pied et en sabots, l’uniforme, le déjeuner emmené dans un panier et réchauffé sur le poêle de la classe, l’austérité des maîtres d’école qui tiraient les cheveux, les oreilles, qui mettaient des punitions ou des coups de règles.
On n’avait pas le droit de se plaindre,  jamais !
En 39, quand on arrivait à l’école, on hissait le drapeau bleu blanc rouge. On entrait en rang et en silence dans la classe : on restait debout à côté de notre bureau et on attendait l’ordre avant de s’asseoir !
A l’époque dans les écoles, il y avait un grand sentiment de patriotisme.

Pas facile de s’écouter les uns les autres tant les idées fusent et les émotions montent. Mais l’envie est très forte de partager nos manières de voir l’école d’hier et d’aujourd’hui.
Murielle, animatrice, Ehpad Semur-en Brionnais (71)  

Des élèves éveillent leurs profs aux albums

cartes postales, Le Jardin du dedans dehors commentaire »

Depuis plusieurs années que les bibliothécaires d’Argenton-sur-Creuse (36) animent un club lecture au collège Rollinat, elles désespéraient de ne pouvoir élargir le cercle de lecture, notamment 1, 2, 3 albums qui reste confiné à ce petit groupe de lecteurs volontaires. La documentaliste du collège n’assurant pas le relais auprès des adultes, il était difficile d’accéder à l’équipe enseignante. Comme on évoquait cette difficulté par téléphone, je leur ai conseillé de s’appuyer sur les élèves. Le résultat est prometteur. VML

En janvier, nous avons joué la scénographie dans le cadre du jeudi mensuel du club-lecture. En février, nous avons joué la lecture épicée de l’album Le jardin du dedans-dehors aux cinq élèves présents ce jour-là. Nous leur avons proposé de la préparer à leur tour pour des adultes de leur choix. Ils ont remis une invitation personnalisée à trois professeurs (histoire, anglais et physique) et deux surveillants qui malheureusement n’ont pas pu se libérer.

Les 5 présentateurs ont séduit le public composé des trois enseignants et de quatre élèves qui ont pris leur part dans l’animation en construisant le fameux mur ! Les applaudissements parlaient d’eux-mêmes.

Les jeunes ont fait aussi la promotion de trois autres albums. La professeur d’anglais a embrayé sur Ruby tête haute et celui d’histoire a saisi l’intérêt d’avoir des albums passerelles avec le programme. Les professeurs se sont inquiétés des modalités d’inscription et du moment où la prochaine sélection serait disponible.

Je leur ai remis, pour eux et leurs collègues, un tract-mémo : 1, 2, 3 albums, qu’est-ce-que c’est ?
Gageons que l’an prochain, l’embarquement dans 1, 2, 3 albums au collège Rollinat sorte enfin de la confidentialité !
Catherine Talureau, bibliothèque d’Argenton / Creuse

Enseignement : Ce printemps est la période idéale pour donner aux lecteurs-voyageurs des occasions de semer des graines d’1, 2, 3 albums.

Des lycéens, animateurs-lecture pour des plus jeunes

cartes postales commentaire »

Au CDI du Lycée Professionnel Albert Schweitzer de  Champs/Yonne (89), jeudi 3 avril 2019, a eu lieu une rencontre entre trois groupes de voyageurs : des 2e de ce lycée, des jeunes du lycée La Brosse de Venoy et une classe de CM1- CM2 du village que nous accompagnons de bout en bout dans 1, 2, 3 albums.

Les lycéens du LEP étaient les animateurs de la séance, l’accueil et l’animation étant à leur programme de leur section aide à la personne. Un peu réservés au départ, les ados ont parfaitement assuré l’organisation en deux temps :

1 / Ateliers graphiques en demi-groupe. L’un autour de Mille dessins dans un encrier, avec dessins individuels au pastel agrémentés d’un trait à l’encre noire pour constituer une frise. L’autre sous forme d’un panneau avec des visages exprimant différents sentiments.

 

 

 

 

 

 

 

2 / Une lecture chorale d’Un air de liberté à Congo square réalisée par 6 élèves de seconde dont on devinait le travail sur la voix fait en amont avec leur professeur et qui peuvent être fiers du rendu de grande qualité.

La rencontre conviviale s’est conclue par un goûter préparé par les hôtes, et les primaires sont repartis avec les réalisations plastiques à afficher dans leur classe.
A renouveler.

Georgette RAPHAEL et Rose-Marie MARTIN, bénévoles à la bibliothèque Champicaulivres, qui ce jour-là étaient de simples et heureuses spectatrices.

Partager le souvenir d’une émotion

carnet des lectures, Le Labyrinthe de l'âme, Une somme de souvenirs commentaire »

Quelques nouvelles d’1, 2, 3 albums à l’autre bout du monde.

Nos élèves ont eu la présentation des livres au mois de février.
1/ Depuis, ils lisent les albums au CDI, une heure tous les quinze jours. Cette heure de lecture encadrée, à laquelle ils ne sont pas réfractaires, est la seule façon de s’assurer de leur participation au projet.
2/ J’ai fait la lecture épicée d’Une somme de souvenir.
3/ J’ai choisi trois illustrations du Labyrinthe de l’âme que nous avons décortiquées ensemble, dont celle de la colère particulièrement riche.
4/ J’ai sélectionné des sentiments illustrés dans le livre et ai écrit leurs noms au tableau. Après explication et analyse en groupe, chacun a été invité à partager un souvenir en lien avec un de ces sentiments.
5 / Une fois terminée la rédaction des souvenirs, nous les partagerons en utilisant un logiciel qui permet la création de liens hypertextes sur une image.

Fabienne Bourjon, professeur documentaliste au collège Afareaitu/ Moorea/ Polynésie


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes