A 50 jours des lancements du 14e 1, 2, 3 albums

cartes postales commentaire »

Certains « grands voyageurs » accros à 1, 2, 3 albums s’inquiètent de notre silence. Qu’ils ne s’inquiètent pas, nous préparons très activement, mais discrètement, la nouvelle saison. Vous allez recevoir un mail d’infos et les plaquettes couleur une fois passé le rush de la rentrée.

Sachez que :
– La liste des albums et l’agenda des lancements sont en ligne sur le blog.
-Toutes les pages du blog (menu horizontal sous le bandeau du haut) ont été actualisées, avec notamment, dans « Etapes », le déroulement du projet et dans « Bagages », la liste des outils mis à disposition.
– La scénographie sera facile à monter, les lectures épicées sont bien avancées.

Beaucoup de nouveaux s’intéressent à 1, 2, 3 albums. C’est encourageant !

VML

Conseil de prof : embarquez dans 1, 2, 3 albums sans hésiter

cartes postales commentaire »

Je n’hésite plus à m’investir en tant que professeur de Lettres dans le projet 1, 2, 3 albums.

D’abord, et comme je l’ai déjà précisé dans un précédent article, il est aisé d’établir des liens entre le contenu des albums et les quatre thématiques au programme des lectures au collège.

Ensuite, les lectures épicées, fournies chaque année par Livralire, mêlant illustrations empruntées aux albums, textes habilement abrégés ou recomposés et lecture à voix haute, constituent un soutien à l’apprentissage de la lecture tel que nous le conduisons en classe. Par ce biais, les élèves, quelles que soient leurs difficultés, se trouvent bel et bien en situation d’exercer leur compréhension, comme Véronique et nos partenaires de la maison des seniors à Chalon-sur-Saône ont pu s’en rendre compte l’année passée.

Ces lectures épicées ont également l’avantage de pouvoir être conduites de manière aussi informelle que peu coûteuse en temps, une préoccupation constante chez tout professeur. Informelles parce que les échanges qui les prolongent sont essentiellement conduits à l’oral, permettant ainsi des prises de parole spontanées, développant et affinant les interprétations. Peu coûteuses en temps, parce que le temps d’une lecture correspond à celui d’une séance.

Enfin, ces mêmes lectures épicées fonctionnent comme des relais, des repères : elles permettent de mettre en mémoire des récits, des situations, des personnages qui annoncent ou rappellent celles et ceux à découvrir ou à retrouver dans les lectures au programme. Au cours d’une année scolaire, elles contribuent donc à élaborer et/ou consolider un réseau toujours plus serré de connaissances indispensables aux lecteurs en devenir que sont nos élèves.

Emmanuel Delorme, professeur de lettres à Chalon /Saône 5 Collège Camille Chevalier) et formateur en Bourgogne.

L’embarquement dans 1, 2, 3 albums 2019-2020 est ouvert à tous

cartes postales commentaire »

1, 2, 3 albums est ouvert à tous les établissements culturels, scolaires, sanitaires et sociaux de France et d’ailleurs.

Le jumelage intergénérationnel et/ou le partenariat culturel avec une bibliothèque n’est pas une condition de participation. Une classe, un Ehpad, un service de soins, un centre social, peut s’inscrire seul.

L’inscription est gratuite pour ceux dont le département est partenaire de Livralire. Elle est payante pour les autres : 110 € net pour une bibliothèque quel que soit le nombre de partenaires qui voyagent alors gratuitement / 50 € net pour un établissement isolé. Facturation en 2019 ou 2020 au choix.

L’inscription donne droit à :
– des supports de communication : stickers, signets, affiches.
– un kit d’animation : une scénographie pour présenter les albums, un panier de lectures « épicées » pour lire en groupe.
– un guide de voyage
– un suivi par mail (infos, partage d’idées, scrutin)

Dates et lieux de lancement, à l’automne 2019, pour ceux qui ont la chance d’être dans un département partenaire ou limitrophe.
Entrée libre et sans engagement, convocation sur demande.

YONNE : Appoigny, mardi 5 novembre / 9h -12h15 (Espace culturel, route des Bries)
SAONE-ET-LOIRE : Mâcon, vendredi 8 novembre / 9h -12h15 (Médiathèque, 23 rue de la République)
SUISSE : Lausanne, mercredi 13 novembre / 9h -12h15 (Bibliomedia,rue Dr César-Roux 34)
AIN : Ambérieu, vendredi 15 novembre / 9h -12h15 (Centre social du lavoir, place Pierre Sémard)
COTE-D’OR : Dijon / Saint-Apollinaire, mardi 19 novembre / 9h – 12h15 (dans  le quartier de la MCO,  salle de réunion de la DSTT,  ZAE Cap nord, 1 rue Au Bouchet)
ALLIER : Coulandon, vendredi 22 novembre / 9h -12h15 (MDA, La bruyère)
INDRE : Châteauroux,  jeudi 28 novembre / 9h -12h15 (BDI, 100 rue Montaigne)
TARN :  Albi, mardi 3 décembre, journée dans le cadre d’une formation à la MDT (rue Francisco Goya).

PARRAINAGE :  Les personnes qui ont déjà participé à 1, 2, 3 albums et qui viendront accompagnées d’un(e) collègue d’un autre établissement recevront un exemplaire papier du guide de voyage. Si leur invité(e) s’inscrit ensuite, il ou elle recevra un album en signe de bienvenue et son parrain, un autre album en remerciement.

Fiche d’inscription, agenda, descriptif, renseignements disponibles par mail : asso[at]livralire.org

 

8 albums « grand-large » pour philosopher, apprendre et voyager à tout âge

cartes postales commentaire »

La sélection du 14e voyage-lecture intergénérationnel 2019-2020 (visuels des albums ci-contre) est présentée sur le site Livralire.

Ce pack de 8 titres parus en 2018 et 2019, d’une valeur de 125,85 € (prix public sans remise collectivité), a été constitué par un comité de professionnels attentifs et exigeants.

COURGEON Rémi : Tiens-toi droite ( Milan)
DEDIEU alias Kuro Jiki : La femme du potier (HongFei)
FERRIER Paule : La princesse au don perdu (De la Martinière)
MAROIS André : Moi, c’est Tantale (Isatis)
MIM : Philémon et Baucis (Didier jeunesse)
SCARPELLI Giacomo : Le voyage de Darwin (Sarbacane)
SEONNET Michel : Un jour particulier (L’Elan vert, le pont des arts)
TORTOLINI Luca : L’inventaire des jours (Passepartout)

Proposer leur lecture aux publics les plus variés, permettra à ceux-ci de :
– voyager en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud jusqu’aux îles Galapagos
– aller à l’usine, sur un bateau, dans un palais, une masure en montagne, au bord d’un puits, chez un potier
– rencontrer des enfants, des couples, des familles
– croiser des gens généreux, courageux, curieux, confiants, mais aussi des personnes épuisées, colériques, roublardes…
– aborder le thème du travail : celui des paysannes françaises au 19 siècle, celui des enfants du 21e siècle, employés encore aujourd’hui dans des mines et des usines
– cerner une démarche scientifique
– évoquer la question du sexisme
– dénombrer les dons de chacun
– faire l’inventaire de leurs journées agréables, mémorables, surprenantes, détestables…

VML

Fin du 13e voyage

cartes postales commentaire »

 

Le blog du 13e voyage-lecture intergénérationnel est clos.

Le 14e s’ouvre.

 

L’album, un support lecture à haut potentiel !

cartes postales commentaire »

De janvier à juin 2019, 380 établissements scolaires, culturels, sociaux, médicaux, ont embarqué leurs publics dans le 13e 1, 2, 3 albums, certains avec 10 personnes, d’autres avec 450 (dans des collèges notamment).

On sait que la très grande majorité des voyageurs est prête à réembarquer. Grand merci aux animatrices (et animateurs) du voyage-lecture, professionnels ou bénévoles, qui ont  partagé sur ce blog des étapes et des ressentis et à celles qui ont pris le temps de faire un bilan écrit et de partager :

Les bénéfices
– La sélection intéressante et riche nourrit individuellement, questionne collectivement et donne des pistes d’échanges et de créations. Les albums sont des perles.
– Le support album fait mouche. Les a priori tombent d’eux-mêmes, les histoires sont touchantes et sans mièvrerie. Les illustrations variées et belles.
– La boîte à outils fournie par Livralire est conséquente, modulable, utilisable dans des contextes différents par les organisateurs du voyage et par les lecteurs eux-mêmes.
– Le canevas du projet constitue une méthodologie novatrice et singulière pour aborder la lecture et permet aux bibliothèques d’être au plus près des habitants.
– L’effet de communauté se crée autour des albums. Ce sentiment d’appartenance est très important aussi bien chez les personnes âgées souvent seules et chez des enfants qui cherchent l’intégration sociale.
– L’impact lecture est réel et mesurable même chez les plus réfractaires ou les plus fragiles.
– Les rencontres humaines sont vivifiantes parfois surprenantes et inattendues entre des élèves et des pensionnaires de l’Ephad.
– Le travail en équipe allège, donne une place à chacun et enrichit.
– Une place active est donnée aux voyageurs-lecteurs.

Des conseils
– Venir à la présentation de la scénographie et du projet.
– Oser se lancer en s’entourant de collègues ou de partenaires expérimentés.
– Savoir à l’avance avec qui on va voyager.
– Acheter les albums dès que possible à la rentrée pour que les collègues s’emparent des œuvres et établissent des ponts avec leur programme.
– Préparer son agenda pour ne pas se laisser déborder et pouvoir terminer dans les temps et dans de bonnes conditions.
– Travailler en collaboration avec souplesse.
– Ne pas vouloir en faire trop surtout si c’est son premier voyage.
– Accueillir ce qui se passe, ce qui se dit, après une lecture épicée.

Des difficultés
– Le manque de livres.
– Le manque de temps pour s’investir plus avant, notamment dans les lectures épicées.
– Le peu d’échos dans le corps enseignant dont l’accompagnement pédagogique serait pourtant nécessaire chez les plus jeunes.
– La volatilité du public adulte pourtant séduit par la scénographie mais peu enclin à emprunter les albums.
– L’investissement aléatoire des enseignants et des jeunes.
Le niveau de lecture.

Des impressions
En tant qu’organisateurs
– Nous prenons avec les apprenants langue étrangère un immense plaisir à dialoguer autour des albums, chacun offrant des thèmes différents et des pistes d’échanges.
– Je suis surprise à la bibliothèque de voir de nouveaux lecteurs s’intéresser à 1, 2, 3 albums et ravie de voir des personnes qui avaient assisté l’an dernier à la scénographie mais qui n’avaient pu venir cette année, lire volontiers la nouvelle sélection.
– Le vote responsabilise le lecteur qui se sent impliqué et prend plaisir à donner son avis.
– Après la scénographie, j’ai laissé l’enseignante voyager comme elle l’entendait.  Elle s’est contentée de veiller à la bonne circulation des livres dans les familles (bonus). Dommage qu’elle n’ait pas pour certains titres au moins utilisé les lectures épicées ou fait des lectures collectives. Ca aurait rendu certains textes plus accessibles.
– En conseil de classe, une maman m’a remerciée de proposer en tant que professeur de lettres des lectures originales aux élèves avec le projet 1, 2, 3 albums.

En tant que lecteurs
de 6e 
: Grâce au projet 1, 2, 3 albums j’ai appris … qu’il fallait se battre et ne pas laisser tomber / un peu plus ce que c’est que le racisme / que ce n’était pas pareil dans tous les pays / à aimer la lecture et me suis mise aux mangas.
Dans le projet 1, 2, 3 albums j’ai aimé lire des livres différents / les lectures épicées / avoir des livres sympas et rapides à lire / faire le carnet de lecteur / aller présenter à d’autres.

jeunes primo-arrivants : Chaque lundi on partageait un album. J’ai aimé quand j’avais un rôle. / A la fin de l’histoire qu’on avait lue, on discutait, on donnait notre opinion, on notait des mots nouveaux, on faisait un résumé. J’ai beaucoup aimé ces moments-là.

adultes en réinsertion : Beaux sujets, belles illustrations, quel beau voyage ! / Certaines histoires nous donnent une belle leçon de vie/ Je n’avais jamais entendu des histoires comme ça, c’est bien ! J’ai aimé ça ! / C’était ma première participation. J’ai trouvé cela très intéressant. Je reviendrai.

seniors : C’est vivifiant de voir des enfants / On apprend encore plein de choses avec les albums / J’aurai jamais pensé jouer une histoire à mon âge devant un public attentif.

VML

Un objet = un souvenir = des liens

carnet des lectures, Une somme de souvenirs commentaire »

Au vide-grenier de sa petite rue, Monsieur Wilson a vendu avec succès une somme de souvenirs. Il n’a plus rien pour évoquer sa femme et parler à sa petite-fille de sa grand-mère qu’elle n’a pas connue, sauf peut-être une robe …

À l’heure du jetable, du snapchat fugace, du fast food et de la disparition progressive des discussions intergénérationnelles, j’ai voulu montrer à mes élèves de 6e 1 et 6e 2 que les objets sont porteurs de souvenirs, et que les souvenirs, cela aide à vivre, à échanger… Les souvenirs se conservent, s’entretiennent, se racontent et créent du lien.

Ainsi, chaque élève est allé interroger un membre de son entourage, lui a demandé de choisir un objet auquel il tenait et pourquoi il voulait le transmettre. Nous avons alors fabriqué notre album… en souvenir de cette année passée ensemble.

Un grand merci à Michèle Aluze-Bourgeois, responsable du secteur jeunesse de la bibliothèque d’Autun, qui nous a soufflé l’idée de la collecte d’objets-souvenir, inspirée sans doute par l’album La vie des gens (1, 2, 3, albums 8) et à Paul Andali pour la conception graphique du livret avec 41 témoignages dont 5 sont partagés ci-dessous. (Cliquez au centre pour mettre en pleine page et lire les textes)
Julie ANDALI, professeur de lettres, collège la Châtaigneraie, Autun (71)


WP Theme & Icons par N.Design Studio - Traduction : WordPress tuto -Modifié par mfv
Flux RSS des articles Flux RSS des commentaires Connexion
Get Adobe Flash player Plugin by wpburn.com wordpress themes